Sweet Tooth : Critique de la saison 3 Netflix

Date : 06 / 06 / 2024 à 14h00
Sources :

Unification


SWEET TOOTH

- Date de diffusion : 06/06/2024
- Plateforme de diffusion : Netflix
- Épisodes : 3.01 à 3.08
- Réalisateurs : Toa Fraser, Robyn Grace, Ciarán Foy, Jim Mickle
- Scénaristes : Noah Griffith & Daniel Stewart, Zaike LaPorte Airey, Carly Woodworth, Kseniya Melnik, Oanh Ly & Daniel G. King, Bo Yeon Kim & Erika Lippoldt, Jim Mickle d’après l’œuvre de Jeff Lemire
- Interprètes : Christian Convery, Nonso Anozie, Stefania LaVie Owen, Naledi Murray, Amy Seimetz, Rosalind Chao, Adeel Akhtarh, James Brolin, Cara Gee, Ayazhan Dalabayeva, Kelly Marie Tran, George Ferrier

LA CRITIQUE

La troisième saison de Sweet Tooth, en 8 épisodes de 45 minutes, vient clore en beauté une série particulièrement atypique présentant une fin du monde sortant vraiment de l’ordinaire.

Le scénario continue de suivre le périple de Gus qui se lance à la recherche de sa mère et doit pour cela arriver en Alaska avec ses amis. Mais ils se font poursuivre par une redoutable cheffe de clan qui est bien décidée à les attraper.

Les épisodes sont tous très agréables et n’ont quasiment jamais de temps mort. On retrouve ainsi un rythme un peu similaire à celui du début de la série, avec un road movie à travers des paysages magnifique pratiquement vide d’humains dans lesquels ceux qui restent sont généralement peu fréquentables.

Il est vraiment très agréable de continuer de suivre le périple de Gus, d’autant que celui-ci est passionnant. De plus, la série s’achève vraiment dans le dernier épisode et offre une fin magnifique, porteuse de la même poésie crépusculaire qui se répand régulièrement au fil des épisodes depuis la première saison.

Les effets spéciaux sont très bons et permettent de s’immerger sans problème dans ce monde en pleine déliquescente où la nature retrouve ses droits. Les prothèses du personnage principal sont très crédibles et aident vraiment à croire à sa nature d’hybride.

Si le scénario fait des raccourcis et permet régulièrement à des personnages d’arriver au même endroit en même temps pour garder un rythme élevé et un certains suspense, il reste efficace. On lui pardonne donc facilement ses minis Deus ex machina devant la qualité de l’aventure proposée. Le final en est d’ailleurs à son image, avec une proposition magnifique que chacun pourra interpréter à sa manière.

Christian Convery est excellent en personnage principal voyant toujours le côté positif des choses. Nonso Anozie est formidable en protecteur infatigable voulant racheter son passé. Adeel Akhtarh est impeccable en médecin croisant à nouveau leur chemin. Stefania LaVie Owen est superbe en jeune fille débrouillarde. Naledi Murray est très sympathique dans le rôle de sa sœur mutante.

On retrouve avec plaisir Rosalind Chao qui est impressionnante en cheffe de gang. Kelly Marie Tran est très bonne en fille aînée de celle-ci. George Ferrier est intéressant en homme de mains. Et Amy Seimetz est très juste en mère adoptive du personnage principal. Parmi les nouveaux venus, Cara Gee est fort bonne en responsable d’une enclave humaine et Ayazhan Dalabayeva l’est tout autant dans le rôle de sa fille.

Malgré la maladie qui se répand et les mésaventures touchant les personnages principaux, l’œuvre explore parfaitement la famille, au sens large, et l’amitié. Elle montre que les liens du cœur peuvent être aussi puissants que ceux biologiques. Et que la famille qu’on se fait a autant de valeur que celle d’origine.

Toutefois, l’œuvre continue de garder une tonalité sombre avec de nombreuses morts s’égrainant au fil du récit. Il est d’ailleurs difficile de garder ses yeux secs devant certains passages qui ont une grande dominante émotionnelle.

La série est aussi écologique et montre bien les liens étroits entre la nature et l’humain et la manière dans celui-ci peut mettre en danger ce qui lui permet de vivre.

La troisième et dernière saison de Sweet Tooth est excellente et permet de retrouver une dernière fois avec un immense plaisir un étrange garçon à moitié cerf et sa bande d’amis voulant l’aider à mener sa quête jusqu’au bout. Avec son histoire offrant une fin très satisfaisante, sa réalisation réservant de grands moments d’aventure et des péripéties émotionnelles et spectaculaires et son interprétation remarquable, la série est un véritable bijou qui sera toujours aussi plaisant à regarder dans quelques années.

Magnifique et original.

SYNOPSIS

À venir
Gus et ses amis se lancent dans une expédition éprouvante avec l’espoir de trouver un remède au Fléau… et de découvrir enfin la vérité sur les hybrides.

BANDE ANNONCE



Les films et séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films et séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


L’Imaginaire : La critique du film Netflix
Le Flic de Beverly Hills - Axel F. : La critique express
SupraCell : Critique des 4 premiers épisodes de la série (...)
Ultraman Rising : La critique du film Netflix
La Chronique des Bridgerton : La critique de la saison 3B de la (...)
The Boys : L’antidote pour lutter contre l’ennui du (...)
Star Wars : Le film de Shawn Levy a trouvé son scénariste
Eruption : Le bestseller de Michael Crichton a trouvé (...)
Japan Expo 2024 : Le samedi 13 juillet
The Old Man : Première bande annonce de la saison 2
Japan Expo 2024 : La finale de l’ECG, Extreme Cosplay (...)
Brèves : Les informations du 14 juillet
Le croque-mort, l’elfe & le marshal : La critique du (...)
Cinéma - Bandes annonces : 14 juillet 2024
Lost : L’un des auteurs sait pourquoi la série est toujours (...)