Terminator Dark Fate : James Cameron envisage une trilogie

Date : 02 / 09 / 2019 à 14h30
Sources :

Deadline


James Cameron comprend mieux que quiconque que revisiter le passé pour changer le cours de l’histoire est une proposition risquée, mais cela n’a pas empêché le titan d’Hollywood d’assumer sa dernière mission cinématographique : revenir à la franchise Terminator qui lui a donné le premier succès de sa carrière historique.

"C’est spécial," a déclaré Cameron à propos du succès de Terminator qui l’a propulsé vers des projets de spectacles toujours plus grands, tels qu’Aliens, Abyss, Titanic et Avatar. Le plus grand showman de la science-fiction a quitté sa licence Skynet en 1991, mais il a maintenant retrouvé sa première grande série cinématographique avec Terminator : Dark Fate, la production Skydance et Paramount, qui sortira en salles en France le 23 octobre.

Les 2 stars de la franchise, Arnold Schwarzenegger et Linda Hamilton, ainsi qu’Edward Furlong, qui était un adolescent lorsqu’il a interprété John Connor il y a 28 ans dans Terminator 2 : Le Jugement dernier, se joignent à Cameron.

Après le succès retentissant de T2, Cameron a déclaré « hasta la vista » à la franchise et s’est tourné vers un autre type de collaboration avec Schwarzenegger (True Lies en 1994), mais l’engin cinématographique du réalisateur a poursuivi sa marche métallique sans son créateur, ajoutant 3 longs métrages de plus en plus suspects, Terminator 3 : Le soulèvement des machines en 2003, Terminator : Salvation en 2009 et Terminator Genisys en 2017.

Ce trio de films a sans doute été oublié par les fans depuis leur sortie, mais leur statut sera maintenant rétrogradé pour devenir officiellement obsolète au lancement de Dark Fate juste avant halloween (pour les français et juste après pour les américains). C’est parce que les aspects de voyage dans le temps de la nouvelle histoire ont été utilisés pour effacer efficacement les événements subvenus dans les 3 épisodes précédents.

Cameron explique que cette approche faisait partie du discours du patron de Skydance, David Ellison, visant à ramener le créateur de John Connor, Skynet et le T-800 dans le giron de la mythologie. Une tactique similaire a été utilisée sur Star Trek, la marque de science-fiction la plus populaire de Paramount, lorsque le film de 2009 utilisait les voyages dans le temps à la fois comme moyen de complot et comme une nouvelle opportunité de déborder de canon.

"Je suppose que c’est une situation inhabituelle d’un point de vue haut placé, étant donné que je n’ai pas participé aux 3 films intermédiaires, mais lorsque j’en ai parlé à David Ellison, sa vision était essentiellement de revenir aux sources et de poursuivre Terminator 2, qui est l’un de ses films préférés," a déclaré Cameron. "Il a toujours cru au potentiel de Terminator, mais il a vraiment senti que son propre film, Genysis, et il a été très honnête avec moi à ce sujet, n’a pas réussi et n’a pas vraiment fait ce qu’il avait voulu. Alors, il a dit : « Reprenons à zéro et revenons à Terminator 2. » Et cette idée était intrigante."

Cette intrigue a fait boule de neige et a suscité un intérêt accru. La grande question était alors celle de la distribution : qu’en est-il d’Hamilton et de Schwarzenegger ? Cameron et Ellison étaient entourés de Tim Miller, le réalisateur de Deadpool, qui avait déjà été amené à la barre du prochain film Terminator (alors que ce projet était une suite de Terminator Genisys de 2017) et que les 3 ont rongé les possibilités. Un rapide consensus s’est formé : tout le monde voulait le retour de Sarah Connor, mais seulement si Hamilton revenait jouer le rôle elle-même.

"Nous avons passé plusieurs semaines à créer une histoire et à déterminer le type d’histoire que nous voulions raconter afin d’avoir quelque chose à proposer à Linda," a déclaré Cameron, mariée à l’actrice de 1997 à 1999. "Nous avons retroussé nos manches et commencé à monter l’histoire. Lorsque nous avons réussi à comprendre quelque chose, nous l’avons considéré comme un arc de 3 films. Il y a donc une plus grande histoire à raconter. Si nous avons la chance de gagner de l’argent avec Dark Fate, nous savons exactement où nous pourrons aller avec les films suivants."

Cameron souligne rapidement que Miller est le réalisateur du film dans tous les sens du terme. "Mon rôle de producteur était dans la pré-production et dans la préparation et l’encadrement du scénario. Mais ce sera le film de Tim quand il arrivera dans les salles."

En fait, Cameron, absorbé par l’ampleur des suites d’Avatar et leurs exigences en matière de création de monde, ne s’est jamais rendu personnellement sur les plateaux de Dark Fate. De loin, cependant, il s’intéressa activement aux éléments de l’histoire du projet. Avec le retour de Cameron et des vedettes familières, le casting, l’équipe technique et l’équipe créative avaient suscité un regain de moral, mais Cameron connaissait un aspect du projet qui nécessitait plus que l’enthousiasme du groupe.

"Je me suis concentré pour que le scénario soit corrigé," a déclaré Cameron. "Je n’ai pas eu le sentiment que nous ayons débuté le tournage avec un scénario achevé. Il y avait beaucoup d’élan sur le projet, il y avait une date de début, il y avait beaucoup d’énergie et beaucoup de fièvre, mais le scénario n’était ce qu’il devait être, alors j’ai travaillé tranquillement dessus et expédié les pages. Parfois, je livrais des pages la veille du tournage. Je ne suis pas sûr que ce soit toujours utile à 100%, mais dans l’ensemble, j’ai gardé les personnages sur la bonne voie, leur sonorité était correcte et ils semblaient être exactement là où ils devaient être."

Cameron est-il revenu pour disséquer les trois 3 Terminator réalisés sans sa participation ? Oui, lui et l’équipe d’écriture du projet ont revisité les troisième, quatrième et cinquième films de la série des cyborg tueurs, qui, dit Cameron, ont révélé certaines choses qu’il faudrait éviter si Dark Fate veut avoir une chance de d’obtenir un futur brillant.

"L’une des choses qui semblaient évidentes en regardant les films qui sont apparus plus tard, c’est que nous devions revenir à l’essentiel et éviter les erreurs en rendant les choses trop complexes et que nous devions éviter les histoires qui sautent et qui remontent dans le temps", a-t-il encore ajouté. "Restons simples dans l’unité relative du temps. Avec une histoire, qui se déroule en 36 ou 48 heures. Dans les deux premiers films, tout se passe en moins de deux jours, donc il y a de l’énergie et de l’élan."

Cameron voulait aussi revenir au monde inquiétant et viscéral - rempli de couleurs mécaniques, d’action de haut niveau et de choix difficiles - présenté dans les deux premiers films. Cependant, cela a créé un conflit entre deux impératifs : faire correspondre leur "promesse d’une action implacable et impitoyable pour la classification R" vue dans les premiers films et maintenir le prochain chapitre dans une arène PG-13 permettant ainsi au public de venir en nombre voir le film et de rendre le box-office le plus viable qui soit. Le tiraillement dans l’une ou l’autre direction était important, a dit Cameron, et aucune réponse facile ne s’est présentée.

"Depuis les 2 dernières décennies écoulées, faire des films de science-fiction est devenu une affaire de compromis", a-t-il encore rajouté. "Ce compromis demande d’essayer d’attirer un plus large public tout en faisant des films très coûteux, puis de suivre la règle générale qui veut que, une fois que vous faites un de ces films, le réflexe doit être le PG-13 et si ce n’est pas le cas, vous pouvez perdre 25% voire 30% de vos gains potentiels. Et sur un gros film, c’est votre marge, ça peut faire la différence entre rentabilité et perte d’argent."

Les explorations PG-13 de la mythologie Skynet qu’ont été les 2 précédents Terminator : Salvation de McG et Genisys d’Alan Taylor - ont permis de démontrer que l’approche R-rated est nécessaire.

Cameron admet néanmoins qu’au début du tournage de Dark Fate, du temps a été consacré pour tourner des scènes dans les deux sens - en langage et en action R, puis une version PG-13 qui servirait en quelque sorte de couverture de contenu qui préserverait les options de repli si la décision de classement était reconsidérée.

"Même au début du tournage, on se disait : "OK, faisons ça avec les 2 options." Nous aurions donc une scène où Sarah est sans filtre, puis nous la tournerions de nouveau mais cette fois avec les filtres. Mais on s’est dit : « Au diable tout ça, c’est une perte de temps. » Je pense que tout le monde voulait retrouver le ton et la sensibilité des 2 premiers films, ce que je considérais comme flatteur."

La montée en puissance du film s’est accélérée au Comic-Con San Diego du mois dernier (c’est là que le retour de Furlong a été annoncé par Cameron, via une liaison satellite depuis la Nouvelle-Zélande) et elle s’est accélérée aujourd’hui avec la campagne de promotion sur les médias sociaux de Paramount, marquant le Jour du jugement dernier (le 29 août). Pour les non-initiés, cette date (de l’année 1997), est citée comme le Jour du Jugement Dernier, c’est-à-dire le jour où la civilisation humaine est mise à genoux par Skynet.

Pour Cameron, Hamilton et Furlong, le film qui arrive en octobre sera leur première incursion dans la sombre mythologie depuis Terminator 2 : Le Jugement Dernier, sorti en 1991. Cette suite de Terminator (1984) était à l’époque le film le plus cher (102 millions de $) de l’histoire d’Hollywood, et il a terminé comme le film le plus lucratif de l’année avec 521 millions de $ au box-office mondial.

Produit et réalisé par Cameron - qui a co-écrit avec William Wisher - Terminator 2 : Le Jugement Dernier, la suite quelque peu édulcorée de Carolco Pictures et Tristar Pictures, est sortie pendant le week-end du 4 juillet 1991. Les effets marquants du CG ont porté l’intense film d’action de science-fiction loin dans les marchés étrangers, tandis qu’il a fallu attendre l’exploitation en vidéo pour véritablement parler de succès sur le sol américain.

Les 2 films de Cameron ont propulsé Schwarzenegger au sommet d’Hollywood et ont fait de son personnage (le T-800, un cyborg assassin venant du futur) l’un des plus inconcevables sur la liste des personnages les plus célèbres du cinéma. Ils servent également de modèle à plusieurs générations de cinéastes (et de concepteurs de jeux-vidéo). Cameron trouve-t-il cela flatteur ?

"Cela fait partie du plaisir à être dans cette chaîne de causalité du développement des mythes artistiques - ou comment on veut y penser - au cinéma. Je pense à l’endroit où j’étais quand j’écrivais Terminator, j’aimais Alien, j’aimais Mad Max, j’aimais Blade Runner, j’aimais Mondwest, j’aimais 2001 : L’Odyssée de l’espace. Et tout cela est là-dedans. J’ai donc été influencé par les films qui m’ont précédé. Aucun artiste n’existe dans le vide et tous les scénaristes sont fans de quelque chose. Quelque chose vous a tellement excité que vous n’avez eu qu’à essayer d’en faire votre propre version et donc rien de tout cela n’existe dans le vide. L’astuce est de le rendre nouveau et frais et de prendre les éléments qui sont entrés dans votre processus de pensée et de combiner ces éléments d’une manière nouvelle et fraîche et ensuite de les faire vôtres."

"Je regarde un film comme Matrix par exemple et j’y retrouve un peu d’ADN de Terminator et je suis d’accord avec le fait que c’est génial ! Je peux fêter ça. C’est une idée complètement nouvelle. Je pense que Matrix est l’un des films de science-fiction les plus profondément nouveaux jamais réalisés et pourtant je vois de l’ADN de Terminator dedans. Et j’en suis flatté. J’aime ça parce que j’ai en quelque sorte mis le ballon en jeu sur le terrain et quelqu’un d’autre l’a attrapé et a couru avec. Ils ont fait quelque chose de bien. [...] Je pense que c’est comme ça que ça marche, on s’inspire les uns les autres en tant qu’artistes pour aller plus loin et penser à de nouvelles choses basées sur des idées qui sont dans l’air du temps."

Concernant la complexité des films, Cameron a expliqué que le public est de plus en plus exigeant et qu’il est prêt pour avoir du contenu de plus en plus sophistiqué.

"L’avantage, c’est que vous n’avez plus à expliquer les choses. Il y a eu un moment où les choses devaient être expliquées et maintenant nous pouvons construire sur ces idées sans avoir à le faire. Vous savez, il faut avoir été arraché des années 1940 pour être perdu devant la science-fiction de nos jours. Si un tel homme regardait un film de science-fiction d’aujourd’hui, ils ne le comprendrait pas du tout. Il lui manquerait toutes les références culturelles et le développement des idées entre le monde tel qu’il connait et le monde tel que nous le connaissons maintenant."

Et pour Cameron, qui a célébré son 65ème anniversaire ce mois-ci, rien ne vaut de renouer avec l’héritage du passé et de le rattacher aux possibilités cinématographiques de l’avenir. Sa voix se fait plus énergique et plus forte lorsqu’il explique les possibilités extraordinaires qu’il découvre dans la magie obscure d’une salle de cinéma.

"Ce que j’aime le plus, c’est de créer cette sorte d’expérience sous-entendue où l’on éteint son téléphone et on s’engage. Vous, en tant que spectateur, vous vous engagez pour deux heures ou deux heures et demie, peu importe ce que c’est. C’est ce que j’aime. On se regarde parfois sur le plateau d’Avatar quand on se détend avec les animateurs et qu’on se dit : « Wow, c’est vraiment cool ! C’est ce que je préfère. Et tu n’as encore rien vu, bébé ! » "


Terminator Genisys est Copyright © Paramount Pictures et Skydance Productions Tous droits réservés. Terminator Genisys , ses personnages et photos de production sont la propriété de Paramount Pictures et Skydance Productions.
Terminator, Terminator 2 Le jugement dernier, Terminator 3 Le soulèvement des machines et Terminator Renaissance sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés.Les personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Terminator : Les regrets de James Cameron
Terminator : James Cameron nous avait prévenu en 1984 (...)
Terminator : Un nouveau film dans le carton déchiré de James (...)
Terminator : Et si James Cameron rebootait sa franchise (...)
Terminator - Dark Fate : Tim Miller serait-il une forte tête (...)
Star Trek - Strange New Worlds : Encore plus de genres explorés (...)
L’Imaginaire : La bande annonce et la date de diffusion sur (...)
Enemy : Un remake par un showrunner de Star Trek
Sunny : La bande annonce de la série Apple TV+
Blue Beetle : Une série animée en préparation chez DC (...)
The Ark : La bande annonce de la saison 2
Un meurtre pour rien : La critique
Moi, Ben : La bande annonce de la série SF d’Apple (...)
Brèves : Les informations du 18 juin
Annecy Festival 2024 : Johan, Pirlouit et la Peyo Compagny