F1 : Joseph Kosinski et Jerry Bruckheimer nous disent tout

Date : 10 / 07 / 2024 à 16h00
Sources :

Deadline


Quand il s’agit de donner au public une expérience cinématographique immersive, on peut compter sur Jerry Bruckheimer et Joseph Kosinski. L’iconique producteur hollywoodien et le cinéaste ont collaboré sur Top Gun - Maverick sorti et 2022, et le duo compte bien réitérer l’expérience avec F1.

Dans un long entretien avec Stewart Clarke de Deadline, Bruckheimer et Kosinski sont revenus en détail sur les conditions de production de F1, évoquant également les questions de budget et l’implication du Groupe Formule 1 et de la FIA dans le processus, et ce que cela implique sur les paddocks. Brad Pitt tient le rôle principal, aux côtés du jeune Damson Idris entre autres. Ehren Kruger, qui a également travaillé avec Kosinski et Bruckheimer sur Top Gun 2, est à nouveau crédité au scénario. Et c’est finalement Warner Bros. qui a décroché la distribution du film, qui devrait commencer à sortir à compter du 25 juin 2025.

L’entretien avec Deadline a eu lieu avant les prises de vue qui ont eu lieu lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, sur le circuit emblématique de Silverstone.

Faire un film est compliqué. Les courses de Formule 1 représentent d’énormes projets logistiques. Que se passe-t-il lorsque tout cela se met en marche ?

KOSINSKI : Brad et Damson conduisent les voitures, ce qui est assez spectaculaire en soi, mais le faire devant un public en direct et à la vitesse à laquelle ils le font et trouver un moyen de le filmer… La logistique ne ressemble à rien de ce que j’ai fait auparavant. Nous tournons sur les Grands Prix proprement dits, il y a certains aspects de ce film où nous travaillons dans des fenêtres très, très étroites, en tournant sur la piste, entre les essais et les séances de qualification, devant des centaines de milliers de personnes.

Lewis Hamilton, septuple champion du monde de F1, est producteur via sa bannière Dawn Apollo Films. Il est également toujours en course, dans quelle mesure est-il impliqué ?

KOSINSKI : C’est la première personne que j’ai contactée il y a trois ans. Je savais que pour que nous le rendions aussi authentique que possible, quelqu’un dans l’équipe qui le vit jour après jour serait inestimable. Lewis a été un partenaire incroyable ; il a sauté sur Zoom avec moi entre les courses pour parcourir le scénario, ligne par ligne, tour par tour, composé de pneu par composé de pneu, pour s’assurer que nous obtenons tous les détails correctement. Au-delà de cela, au niveau créatif et narratif, il a également son mot à dire.

BRUCKHEIMER : Cela commence vraiment avec Lewis. De Lewis, nous sommes arrivés à Mercedes, de Mercedes, nous avons eu la voiture ; si vous l’abordez de la bonne manière, ce n’est pas aussi difficile que vous le pensez. Ensuite, nous sommes allés voir Stefano [Domenicali, PDG du groupe Formule 1], nous sommes allés voir [le président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem], nous sommes allés voir les dirigeants de chaque équipe. Nous avons rencontré tous les pilotes pour leur dire ce que nous faisions. Nous avons rencontré presque tout le monde en Formule 1. Et nous récidivons à Silverstone, en recommençant et en leur expliquant exactement pourquoi nous sommes de retour. À cause de la grève, nous n’avons pas pu filmer toutes les images.

Vous avez mentionné les arrêts de production à cause des grèves, comment avez-vous géré cela étant donné que le calendrier de tournage était lié aux véritables courses ?

BRUCKHEIMER : La grève a été malheureuse pour l’industrie, mais elle nous a été bénéfique d’une certaine manière. Nous n’avons eu que quatre jours de travail avec les acteurs, et c’était à Silverstone. Ce que nous avons fait, c’est que nous avions mis en place une énorme deuxième unité et un directeur de deuxième équipe, mais comme ils ne pouvaient pas travailler, Joe l’a fait.

Joe a réalisé toute la deuxième équipe du film. C’est phénoménal de faire en sorte que votre réalisateur de première équipe ait sa vision. Habituellement, avec la deuxième unité, vous devez refaire beaucoup de choses, vous n’obtenez pas exactement ce que vous voulez. Nous avons économisé de l’argent en n’ayant pas à refaire les tournages, car Joe a obtenu exactement ce qu’il voulait pendant cette période. Nous sommes désormais de retour à Silverstone avec les acteurs.

Les retards et les perturbations liés aux grèves vous ont-ils obligé à prendre en compte de nouvelles prises de vue ?

BRUCKHEIMER : Nous n’avons jamais refait quoi que ce soit, rien du tout. C’est un terme inapproprié, une rumeur qui s’est répandue. Non, une fois la grève déclenchée, nous nous sommes concentrés uniquement sur les voitures et sur la conduite [avec les cascadeurs, pas les acteurs]. Nous avons créé une équipe plus petite, réduit notre personnel et tout cela pour économiser de l’argent. Et puis nous avons continué sur toutes les différentes pistes. Nous avons pratiquement terminé tous les trucs de la deuxième équipe.

En ce qui concerne ce que conduisent les stars, utilisez-vous des voitures de Formule 2 modifiées ?

KOSINSKI : Nous avons travaillé avec Mercedes et c’était en fait l’idée de Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes-AMG Petronas Formula One Team. Ils se plaignent tous du fait que les films de course ne sont pas assez rapides, car généralement, lorsqu’ils construisent ces voitures, ce sont des voitures de cinéma. Elles ont l’air vraies, ce ne sont pas de vraies voitures de course.

Lors d’une de nos premières réunions, Toto a déclaré : « Vous devriez construire cela à partir d’une voiture de Formule 2, mais en le faisant ressembler à une Formule 1 », c’est donc un châssis et un moteur de Formule 2. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec Mercedes et leur équipe de conception pour développer une carrosserie personnalisée qui ressemble à la dernière génération de Formule 1. Elles sont construites spécifiquement pour ce film. Elles intègrent également 15 supports de caméra, y compris les enregistreurs, les batteries et les émetteurs. Elles sont faites pour tourner des films, mais ce sont fondamentalement des voitures de course.

BRUCKHEIMER : Le plus important est de raconter une belle histoire et une histoire émouvante, c’est toujours la priorité, mais en revenant aux premières conversations avec Lewis, il a dit qu’il n’y avait pas encore de film qui capture vraiment ce que c’est que d’être dans une voiture de Formule 1, c’était donc un objectif : mettre le public dans l’une de ces incroyables machines.

Qu’a fait Lewis des stars lorsqu’elles sont montées dans les voitures ?

BRUCKHEIMER : Avant la grève, nous avons formé Brad et Damson pendant près de trois mois dans diverses voitures. Ils ont commencé en Formule 3, puis sont passés à la Formule 2. Lewis dit qu’ils sont vraiment formidables ; ce sont des athlètes. Il a été vraiment impressionné par eux, par leur conduite.

Avez-vous utilisé ou créé de nouvelles technologies ou techniques pour capturer les images dont vous avez besoin ?

KOSINSKI : A ce niveau, oui. Nous avons pour cela des caméras sur mesure qui sont très petites et légères afin qu’elles n’entravent pas trop les performances de la voiture et c’est la clé car vous ne voulez pas avoir une voiture de course et y mettre ensuite 100 kg d’équipement. Nos supports de caméra ont également été conçus avec Mercedes. Les caméras sont spécialement conçues par Sony.

C’est la prochaine génération de ce que nous avons fait sur Top Gun. Tout est beaucoup plus petit et la grande innovation est que nous sommes désormais capables de contrôler le mouvement des caméras sur les voitures. Nous ne sommes pas enfermés dans ce genre de positions fixes que nous avions sur Top Gun. Nous contrôlons désormais en temps réel les panoramiques et la mise au point tout en filmant via un réseau RF très étendu que nous avons construit autour des pistes.

Vous vous installez sur les hippodromes et filmez pendant que les courses se déroulent. Comment cela augmente-t-il la pression pour obtenir les clichés dont vous avez besoin du premier coup ?

KOSINSKI : L’année dernière, à Silverstone, nous avons tourné une scène sur la grille. Nous avions environ neuf minutes pour tourner une scène de dialogue d’une page avec trois acteurs. C’est comme un arrêt au stand. Cela apporte vraiment une intensité et tout le monde se penche en avant d’une manière que vous ne feriez peut-être pas lors d’une journée de tournage normale sur une scène normale, où vous avez 10 heures pour réussir. Maintenant, quand vous disposez de neuf minutes, avec tous les acteurs, vous avez simplement l’adrénaline qui monte et vous la ressentez dans les performances.

Jerry, Joe, vous dites que pour la dernière moitié de la saison, vous couvrez neuf courses, quelles pistes verrons-nous dans le film ?

KOSINSKI : Les 24 heures de Daytona, ce qui n’est évidemment pas la Formule 1, mais c’est une course que nous avons filmée et qui prendra tout son sens lorsque les gens verront le film. Ensuite nous avons : Silverstone, la Hongrie, Spa (Belgique), Monza (Italie), Zandfoort (Pays-Bas), le Japon, Las Vegas, Abu Dhabi et Mexico.

Ce film est réalisé pour Apple mais sortira en IMAX et en salles. Dans quelle mesure était-il important d’avoir cet aspect cinématographique étant donné le spectacle de tout cela ?

KOSINSKI : Il est tourné pour le grand écran et aura une version IMAX qui dure plus d’une heure en IMAX complet, au format plein écran, vous obtiendrez donc cette image agrandie. Nous l’avons toujours abordé comme un film pour le cinéma. Quant à savoir quand et où il apparaîtra en aval, cela reste à déterminer, mais la seule façon de le voir lors de sa première sortie est dans les salles de cinéma.

Jerry, vous avez mentionné la grève et comment cela a affecté le calendrier de tournage. Selon certaines informations, le budget atteindrait la barre des 300 millions de dollars. Sont-ils dans la bonne fourchette ?

BRUCKHEIMER : Il s’agit malheureusement de dizaines de millions de dollars qui ne vont pas dans le bon sens, mais qui vont dans le bon sens pour nous. Ce que les gens ne réalisent pas, c’est que, tout d’abord, nous tournons dans des [lieux] à prix réduit, l’Angleterre a un gros prix réduit, beaucoup de pays d’Europe ont des prix réduits, ainsi qu’Abu Dhabi. Tout cela réduit le budget. De plus, nous avons récolté plus d’argent pour notre voiture [grâce au sponsoring] que certaines équipes de Formule 1. Si l’on prend tout cela en considération, le chiffre est beaucoup plus bas que ce que l’on pourrait croire.

Permettez-moi d’être insistant sur ce point, que pouvez-vous dire en terme de chiffre réel ?

BRUCKHEIMER : Nous ne pouvons pas vous donner de chiffre car c’est l’argent d’Apple et ils peuvent en parler. Mais ce que vous pouvez dire, c’est que c’est un peu inférieur à ce qui a été rapporté.

KOSINSKI : Je vais juste dire que je suis habitué, dans beaucoup de films sur lesquels j’ai travaillé, à ce qu’ils soient surestimés pour une raison quelconque, mais je n’ai jamais eu d’expérience où ils se sont trompés à cause de ça. Je ne sais pas d’où vient ce chiffre.

Formula 1 - Pilotes de leur destin a beaucoup fait pour la visibilité de la F1 aux États-Unis, mais elle n’est pas aussi populaire que dans d’autres parties du monde, qu’est-ce que cela signifie pour sa réception au niveau national ?

KOSINSKI : La Formule 1 est en quelque sorte le summum du sport automobile, donc au cours de la prochaine année, nous essaierons certainement de faire passer le message, mais en fin de compte, nous faisons un film qui, si vous n’avez jamais assisté à une course ou si vous n’y êtes jamais allé, Si vous n’en savez rien, vous aurez quand même une belle histoire et vous en apprendrez beaucoup sur ce sport en le regardant. Je suis sûr que les gens ne sont pas devenus des experts en aéronavale dans Top Gun, mais en regardant le film, nous avons veillé à ce que vous compreniez surtout les enjeux émotionnels, mais aussi juste assez pour comprendre le monde. Nous faisons la même chose ici.

BRUCKHEIMER : C’est le seul sport dans lequel votre co-équipier est aussi votre concurrent, et c’est un grand drame en soi. Pensez-y ; vous vous battez contre votre propre co-équipier pour une place sur le podium. Et tout ce que nous utilisons dans le film s’est réellement produit lors d’une course de F1. Personne ne peut dire : « Cela n’arrivera jamais ». C’est arrivé. Pour les purs et durs, qui connaissent vraiment leurs courses, ils vont être à l’intérieur d’une course et regarder les événements se dérouler, du point de vue de nos personnages. C’est un tour de magie amusant à réaliser, les gens vont s’amuser.

Les pilotes de Formule 1 sont les stars de cinéma du monde du sport. Il y a des rumeurs qui disent qu’Esteban Ocon et Carlos Sainz seront dans le film – y aura-t-il d’autres pilotes dans le film ?

KOSINSKI : Oui, ils jouent tous eux-mêmes. Nous nous intégrons simplement dans ce monde, donc les pilotes sont qui ils sont dans ces courses [dans le film]. Nous sommes la onzième équipe, nous sommes en queue de peloton dans un peloton d’équipes incroyable. Nous voyons les pilotes sur la piste et nous espérons les voir tous hors piste également.

BRUCKHEIMER : Ces pilotes sont choisis parce qu’ils sont phénoménaux, pour la F1, ils doivent être incroyables, ils sont charismatiques et beaux parce qu’ils représentent une marque. Ils sont comme des stars de cinéma, c’est la même chose. Il y a tellement de similitudes avec notre monde. Nous devons donner de l’émotion au public. Regardez Top Gun - Maverick avec tous les vols et toutes les choses formidables que Joe a faites : si nous n’avions pas eu cette histoire émouvante, ils n’auraient pas fait la queue pour voir le film, ni l’auraient pas vu deux ou trois fois. Nous allons essayer de faire la même chose ici.


Les films sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Twister : Helen Hunt explique pourquoi il est nécessaire de (...)
F1 : Joseph Kosinski et Jerry Bruckheimer nous disent (...)
Trap : M. Night Shyamalan promet que les bandes annonces ne (...)
Twisters : Le réalisateur révèle comment la suite honorera le (...)
F1 : Brad Pitt fait rugir le moteur de sa monoplace dans une (...)
Alien : La série trouve enfin son titre... intrigant
Dune - Prophecy : La nouvelle bande annonce
Star Trek - Strange New Worlds : Un personnage de TOS à la (...)
The Ark : Critique 2.01 Failed Experiment
Alien - Romulus : Une nouvelle bande annonce, visuellement (...)
R.I.P. : Bob Newhart, le professeur Proton, est décédé
Brèves : Les informations du 19 juillet
Justice League vs Godzilla vs Kong : La critique pop-corn
Max - Bandes annonces : 19 juillet 2024
The Deliverance : L’histoire vraie dont s’inspire le (...)