Sous la Seine : Le film menacé d’être retiré de Netflix quelques jours après sa sortie

Date : 01 / 06 / 2024 à 13h00
Sources :

Deadline


Sous la Seine, le thriller Netflix, sur un requin terrorisant Paris, pourrait être retiré de la plateforme quelques jours après sa sortie prévue le 5 juin en raison d’une procédure judiciaire intentée par un scénariste-réalisateur qui affirme que le film a été développé sans son consentement à partir d’une idée originale qu’il a déposée auprès de la société des auteurs (SACD) en 2011.

Une première audience le 14 juin jugera une demande légale de l’avocat du plaignant pour suspendre la sortie du film tandis qu’un second procès pour plagiat suivra son cours. En vertu de l’article 1240 du Code civil français, le plagiat est défini comme une partie bénéficiant des efforts et du savoir-faire d’une autre, sans autorisation, ni paiement.

Se déroulant sur fond des prochains Jeux Olympiques de Paris et des projets de tenir l’épreuve de natation du triathlon dans la Seine, le drame en langue française Sous la Seine tourne autour de l’arrivée d’un requin tueur dans les eaux du célèbre fleuve traversant Paris.

Le maître du genre français Xavier Gens dirige un casting mené par Bérénice Bejo dans le rôle d’une brillante scientifique marine qui affronte ses démons pour sauver les Parisiens et les athlètes d’un bain de sang. Les autres membres du casting incluent Nassim Lyes, Léa Léviant et Iñaki Lartigue.

Le scénariste et réalisateur Vincent Dietschy affirme que le film ressemble à un projet intitulé Silure, qu’il a commencé à développer en 2011. Inspiré par le film classique de requin tueur de Steven Spielberg, Les Dents de la mer, il mettait en scène un silure géant carnivore semant la terreur dans la Seine.

Dietschy avance que les producteurs de Sous la Seine, Sébastien Auscher et Edouard Duprey, ont eu connaissance de son idée après l’avoir présentée à l’agent français Laurent Grégoire en 2014, et qu’un dossier de développement avec un traitement détaillé a commencé à circuler parmi d’autres producteurs en 2015.

Contactés par Deadline, Auscher et Duprey réfutent les affirmations de Dietschy :

Nous n’avions jamais entendu parler de ’Silure’ jusqu’à la mise en demeure que nous avons reçue l’année dernière de l’avocat de M. Dietschy. ’Sous la Seine’ est un projet original, et nous exercerons notre droit à nous défendre dans les procédures judiciaires engagées par M. Dietschy.

Nous demanderons au tribunal de nous accorder des dommages-intérêts significatifs pour diffamation, car nous faisons face à une procédure très agressive et totalement infondée, qui a causé un préjudice important, tant au niveau de notre réputation que professionnellement.

Le duo a annoncé pour la première fois qu’ils s’associaient sur un projet de requin en septembre 2015 dans un post Facebook de Kaly Productions.

Auscher n’est pas étranger aux films de requins tueurs, ayant géré la sortie française de films tels que Bloody Waters, Sharktopus et Dinoshark sous la bannière de sa société de films axée sur le home entertainment, Program Store, qui prend des crédits de production sur le film Sous la Seine.

Duprey produit sous la bannière de Kaly Productions avec des crédits incluant le succès de 2019 Les Crevettes pailletées, sur une équipe de water-polo gay, et Toute première fois (2015).

Face aux dénégations et à la promesse de contre-poursuites, l’avocate de Dietschy, Maître Héloïse de Castelnau, spécialisée en droit de la propriété intellectuelle et du travail, poursuit deux actions en justice.

La première est une poursuite contre Program Store, Kaly Productions, l’agence Adéquat de Grégoire et Netflix pour plagiat, la seconde est une assignation demandant à Netflix de suspendre la sortie du film pendant que les réclamations de Dietschy sont traitées par les tribunaux. Gens, qui a rejoint le projet au stade de la production, n’est pas concerné par l’action en justice à aucun niveau. Castelnau explique :

Le plagiat, c’est utiliser le travail des autres, sans en faire une copie exacte… ce sera une affaire longue et compliquée en raison de l’analyse des contrats et des documents impliqués, et je n’attends pas de jugement avant au moins un an.

La seconde procédure est une procédure d’urgence demandant l’interdiction de la diffusion du film sur Netflix en raison d’un acte illicite, qui porte préjudice à mon client… le juge, en cas de violation évidente de la loi, pourrait prendre la mesure conservatoire de suspendre le film, car sa diffusion représente un problème pour mon client.

Une décision sur cette demande est attendue lors de l’audience du 14 juin, ce qui signifie que la sortie initiale du film se déroulera comme prévu, mais pourrait être suspendue autour du 15 juin, en fonction de la décision.

De Castelnau suggère que Netflix avait initialement prévu de sortir le film plus près des dates des Jeux olympiques de Paris – du 26 juillet au 11 août, mais a reprogrammé à une date antérieure suite à ses lettres juridiques qui ont commencé à la fin de 2023. Netflix a annoncé la date du 5 juin le 9 avril, avant l’audience du 22 avril.

En fin de compte, cette audience a été reportée au 14 juin à la demande de de Castelnau en raison de la diffusion tardive d’une copie demandée de Sous la Seine seulement trois jours avant. L’avocate explique :

Nous voulions du temps pour pouvoir comparer le scénario de mon client et le film. Cela signifie que le film sortira, mais notre espoir est que lors de l’audience, le film soit suspendu jusqu’au jugement final.

Elle ajoute que Netflix n’est pas la principale cible de l’action en justice, même s’il est nommé dans le procès :

Ce n’est pas Netflix que nous accusons de plagiat en réalité, car ils ont rejoint le projet en 2021, bien après 2015, qui pour nous est l’année où le scénario de mon client a beaucoup circulé, et où nous pensons qu’il a été exploité sans sa permission.

De Castelnau dit que son dossier est construit autour de la tenue méticuleuse des dossiers de Dietschy de tous les documents et communications liés au développement de Silure.

Selon une chronologie des événements détaillée dans le procès, Dietschy a commencé à développer Silure en 2011 et a enregistré le projet auprès de la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques) en octobre 2012.

Entre 2013 et début 2014, il a développé un traitement de 23 pages pour le long métrage en collaboration avec la scénariste Emily Barnett, qu’il a réenregistré à la SACD en janvier 2014 ainsi qu’au CNC (Centre National du Cinéma) en février 2014, dans le cadre d’une demande de soutien à l’écriture de scénario.

Selon le procès, le synopsis enregistré à ce moment-là disait : « Une jeune policière, plongeuse à la brigade fluviale de Paris, se retrouve confrontée à un phénomène naturel sans précédent, incarné par un gigantesque silure, terriblement agressif et tueur d’êtres humains. Alors que le monstre sème la panique dans la capitale, menaçant les politiques du maire quelques jours avant le choix de la ville qui organisera les Jeux olympiques, l’héroïne se retrouve en première ligne pour affronter cette figure du mal d’un nouveau genre. Aidée dans son combat par un jeune ichthyologiste du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), elle se rapproche en même temps de son supérieur hiérarchique, le commandant. »

Dietschy n’a pas réussi à obtenir le soutien à l’écriture du CNC, mais a continué à développer le projet et à essayer d’attacher des producteurs.

Selon la chronologie présentée dans l’assignation de de Castelnau, Dietschy a présenté le projet à Grégoire en janvier 2015, après une introduction par le réalisateur Serge Bozon. Dietschy dit que Grégoire était enthousiaste à propos du projet, mais qu’une série de réunions et de communications n’a abouti à rien de concret.

Selon le procès, de 2016 à 2022, Dietschy s’est concentré sur l’écriture et la réalisation du long métrage Notre histoire (Jean, Stacy et les autres) tout en continuant à chercher un moyen de réaliser Silure.

Le procès note que Notre histoire (Jean, Stacy et les autres) présente un personnage de cinéaste en train de réaliser un projet de passion intitulé Silure, sur un poisson prédateur traqué par une plongeuse de la brigade fluviale de Paris à l’approche des Jeux olympiques, « illustrant et pitchant littéralement le projet dans le film. »

Selon la chronologie, Dietschy a été informé pour la première fois qu’un autre long métrage similaire à Silure était en cours avec Netflix au printemps 2023 par l’actrice Milo McMullen. En lisant la couverture médiatique, il a vu de nombreuses similitudes avec son projet et a décidé de porter l’affaire devant les tribunaux.

L’affaire marque la première incursion de de Castelnau dans le monde du cinéma et de la télévision, son travail en propriété intellectuelle étant principalement avec des marques de mode internationales s’implantant en France. Elle raconte :

Après que Vincent Dietschy soit venu me voir, j’ai mentionné son cas sans nommer de noms à des personnes que je connais dans le monde du cinéma. Ils m’ont tous dit, “Cela arrive tout le temps”. C’était comme si c’était normal. Cela m’a vraiment choqué, pour moi, le vol du travail de quelqu’un ne devrait pas être considéré comme normal. C’était comme si c’était intégré dans le monde du cinéma français.

C’était un projet de passion pour mon client. Les gens disent, “mais il a commencé à y travailler il y a 12 ans”. Bien sûr, il a fait d’autres choses entre-temps, ne serait-ce que pour des raisons financières, mais il n’a jamais renoncé au projet et indépendamment de cela, vous n’avez pas le droit de voler le travail des autres.

Contactée par Deadline sur le cas, Netflix a refusé de commenter.


Les films sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Deliverance : La bande annonce démoniaque
La Plateforme 2 : La bande annonce
S.O.S. Bikini Bottom - Une mission pour Sandy Écureuil : La bande (...)
L’Imaginaire : La bande annonce et la date de diffusion sur (...)
Rebel Moon : Zack Snyder programme enfin ses Director’s (...)
Alien : La série trouve enfin son titre... intrigant
Dune - Prophecy : La nouvelle bande annonce
Star Trek - Strange New Worlds : Un personnage de TOS à la (...)
The Ark : Critique 2.01 Failed Experiment
Alien - Romulus : Une nouvelle bande annonce, visuellement (...)
R.I.P. : Bob Newhart, le professeur Proton, est décédé
Brèves : Les informations du 19 juillet
Justice League vs Godzilla vs Kong : La critique pop-corn
Max - Bandes annonces : 19 juillet 2024
The Deliverance : L’histoire vraie dont s’inspire le (...)