Il était une fois les séries : La saison 6 de 24 Heures chrono

Date : 06 / 06 / 2024 à 08h00
Sources :

Unification


24 HEURES CHRONO - SAISON 6

- Type : action, espionnage
- Titre Original : 24
- Diffusion USA : La Fox, 14 janvier 2007
- 1ère Diffusion France : TF1, le 5 novembre 2008
- Épisodes : 24 x 42 minutes
- Créée par : Joel Surnow, Robert Cochran
- Production : Joel Surnow, Robert Cochran, Howard Gordon, Brian Grazer, Tony Krantz, Evan Katz, Manny Coto, David Fury, Kiefer Sutherland
- Musique : Sean Callery
- Interprètes : Kiefer Sutherland, Kim Raver, Mary Lynn Rajskub, D. B. Woodside, Eric Balfour, Rick Schroder, Powers Boothe, Regina King, Peter MacNicol, Jayne Atkinson, James Morrison, Gregory Itzin, Jean Smart, Marisol Nichols, William Devane, Alexander Siddig, Glenn Morshower, Harry Lennix, Rena Sofer, Raphael Sbarge, Kal Penn, Megan Gallagher, Paul McCrane, Tzi Ma, Rade Šerbedžija, John Noble, James Cromwell

Après avoir vécu cinq Jours à sauver son pays, Jack Bauer (Kiefer Sutherland) revient sur les devants de la scène anti-terroriste. Lançons nous maintenant dans la saison 6 de 24 Heures chrono.

Le Jour 6 se déroule près de deux ans après les évènements du Jour 5. Revenu de captivité, Jack est à nouveau le centre des attentions de terroristes islamistes qui à nouveau comptent bien faire exploser une bombe nucléaire - encore une - à Los Angeles. Ce qui change dans ce nouveau lot d’épisodes, c’est le contexte dans lequel tout ce mic mac se déroule... Les États-Unis sont la cible de fréquents attentats depuis un certain temps, et l’odeur nauséabonde de la méfiance envers les immigrés venant du Proche-Orient est à son paroxysme. La saison reproduit ici la politique de justice sans concession du pouvoir américain de George W. Bush de l’époque, avec un conseiller à la Maison-Blanche prêt à tout pour mettre sous les verrous toute personne dont la couleur de la peau - ou ses croyances - ne coïncident pas avec les pseudo idéaux de la Première démocratie du monde.

Le Pays de l’Oncle Sam a également encore du mal à se réveiller du cauchemar et des révélations du Jour 5, qui a vu un des personnages les plus improbables être à l’origine des évènements du Jour précédent. Les "amis russes" des américains y mettent encore une fois leur grain de sel, et pour ne rien arranger, Jack apprend l’implication de certaines personnes qu’il connaît le mieux dans les évènements passés et du Jour, même s’il n’a pas revu ces dernières depuis très très longtemps.

Dès les débuts de la saison, on retrouve un Jack brisé par plus de 20 mois de captivité chez son ennemi le plus puissant. Abandonné par son pays pendant tout ce temps, en bon patriote qu’il est, il accepte néanmoins de servir de martyr pour sauver son pays. Du côté de la Maison-Blanche, la saison creuse également dans l’idée de dynastie au sein de la politique américaine. Après la dynastie Kennedy, après la dynastie Bush, le pouvoir américain passe dans la série entre les mains de différents membres d’une même famille.

Ce Jour 6 commence à 6h00 du matin et sans se renouveler, elle arrive tout de même à capter le public avec des évènements qu’on ne voit pas arriver, des piliers de la Constitution U.S. mises à sac, et que les services de sécurité n’arrivent pas forcément à arrêter. La preuve, la série se confirme comme étant l’une des plus populaires de l’époque avec environ 15 millions de postes de télévision américains allumés sur La Fox. Après une saison 5 historiquement haute dans les télémétries US, la série s’inscrit maintenant dans la durée comme un véritable phénomène culturel, et les américains, et le reste du monde, en redemandent encore plus.

La saison innove néanmoins dans son modèle narratif, faisant quelque peu penser à la saison 4. Si plusieurs intrigues parcourent les 24 épisodes de la saison, certaines intrigues majeures se déroulent simultanément. Pendant les 2/3 de la saison, Jack doit empêcher des terroristes islamistes - aidés d’ultra-nationnalistes russes nostalgiques de l’époque soviétique - de semer le chaos à Los Angeles avec plusieurs bombes atomiques. Et du côté de la Maison-Blanche, le téléspectateur doit également suivre la tentative de prise de pouvoir par le Vice-Président, prêt quant à lui à semer le chaos sur le monde (on évoque une Troisième Guerre mondiale - encore).

Le reste de la saison - à partir de l’épisode 17 - est dédiée à la quête d’un module électronique - encore un - qui, s’il tombe entre les mains d’une puissance émergente pour l’époque, pourrait mettre fin à l’accord qui avait été conclu dans la douleur lors de la saison 5 de la série, et du même coup mettre le feu aux poudres et faire plonger le monde dans une guerre qui y mettra fin tel que nous le connaissons. D’abord traité comme un arc narratif secondaire, la saison 6 nous raconte comment Jack aura à faire à des personnes qui lui sont liées intimement dans les premiers épisodes, histoires qui finiront finalement par devenir l’arc principal de la fin de saison.

La saison 6 de 24 Heures chrono sera également la troisième partie d’un arc commencé dans la saison 4, avec un certain Président américain beaucoup trop émotif et à qui on a donné tous les pouvoirs à un moment (et il en aura fait n’importe quoi). On y retrouve également un personnage de la saison 5 qui, on ne le savait pas à ce moment-là, a un lien particulier avec Jack.

Une série pas vraiment à bout de souffle avec ce Jour 6, mais en manque d’originalité. C’est simple, les scénaristes ont repris certaines idées qui avaient déjà été explorées dans les saisons précédentes et les ont compilées dans un seul lot d’épisodes. Mais la saison vaut le coup d’oeil, on ne s’ennuie pas tant l’action y est omniprésente et les cliffhangers inter-épisodiques sont à la hauteur de la réputation de la série. Kiefer Sutherland est au sommet de son art, le gars est partout, il fait tout, et il ne s’arrête évidemment jamais pour aller pisser ou manger quelque chose. L’arc à propos des personnages qu’il connaît le mieux vaut le détour. On voit également l’ex agent de terrain endosser le rôle de véritable bourreau des coeurs. Dans une situation franchement dramatique, le mec trouve le moyen de faire fondre le coeur de...

Cette année, 24 Heures chrono fait appel à une sacrée pointure : James Cromwell, dans un rôle de patriarche qui lui va à ravir. Évidemment les fans de Star Trek se souviennent de son rôle dans Star Trek - Premier Contact, le film mettant en scène La Nouvelle Génération, et dans lequel il a joué le rôle de Zefram Cochrane, celui qui dans la franchise tant aimée a inventé le premier moteur à distorsion.

GÉNÉRIQUE ET EXTRAITS

24 Heures chrono I Les premières minutes de Saison 6



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Il était une fois les séries : Kum Kum
Il était une fois les séries : Bécébégé
Il était une fois la Télévision : Les Pubs qui ont marqué la télé (...)
Il était une fois les Acteurs : Les caméos les plus ratés
Il était une fois le Cinéma : La véritable histoire de (...)
Star Trek - Strange New Worlds : Un personnage de TOS à la (...)
The Ark : Critique 2.01 Failed Experiment
Alien - Romulus : Une nouvelle bande annonce, visuellement (...)
R.I.P. : Bob Newhart, le professeur Proton, est décédé
Brèves : Les informations du 19 juillet
Justice League vs Godzilla vs Kong : La critique pop-corn
Max - Bandes annonces : 19 juillet 2024
The Deliverance : L’histoire vraie dont s’inspire le (...)
Star Trek : Informations et interrogations pour le film (...)
Avengers : Les frères Russo pour le 5ème volet et Secret Wars (...)