For All Mankind : Une saison 4 très Ocean’s Eleven mais avec un astéroïde

Date : 02 / 01 / 2024 à 14h00
Sources :

Collider


C’est lors d’un entretien avec nos amis de Collider que Joel Kinnaman évoque l’arc narratif de son Ed Baldwin dans la saison 4 de For All Mankind, et qu’il parle de ce qu’il a préféré tourner cette année.

Cette saison 4 de l’uchronie spatiale de Apple TV+, créée par Ronald D. Moore, Ben Nedivi et Matt Wolpert, est tournée vers l’exploitation minière des astéroïdes. La possibilité de récolter des ressources inestimables et d’encaisser des milliards de dollars constitue un nouvel obstacle pour Baldwin et Danielle Poole (Krys Marshall), le commandant de La Vallée du Bonheur. Maintenant qu’il doit faire face à son vieillissement, à une condition physique qui entrave ses performances en plus de son attitude, et à une tragédie personnelle, Baldwin est aux prises avec le contrôle. Au cours de l’interview donnée à Steve Weintraub de Collider, Kinnaman explique à quel point il connaissait l’évolution de son personnage avant de commencer son travail sur la saison 1, comment l’image de "héros américain" de Ed s’est peu à peu effritée au fil des saisons et comment ce dernier doit y faire face dans la saison 4.

Vous avez déjà fait beaucoup de choses intéressantes dans votre carrière, quelle a été votre plus grande nervosité la veille du début du tournage ?

Ce qui est étrange, c’est que j’ai plutôt l’impression de participer à des talk-shows de fin de soirée. Je ne sais pas pourquoi, mais ces émissions m’attirent beaucoup plus que le travail. En fait, cela revient à aller sur scène. Même si je ne joue que devant 300 retraités d’une petite ville de Suède, je serai plus nerveux en montant sur scène qu’en tournant une grande scène avec Steven Spielberg, ou quoi que ce soit d’autre. Je n’ai pas encore travaillé avec Spielberg, mais vous voyez ce que je veux dire. Pour une raison ou une autre, c’est plus difficile. C’est toujours comme les premiers jours. Je ne suis pas vraiment nerveux à l’idée de faire un film, mais c’est généralement le premier jour.

C’était peut-être le premier jour sur Suicide Squad de James Gunn. Il y avait tellement d’acteurs que vous ne saviez pas vraiment ce qui se passait ou si vous alliez devoir faire face à des égos démesurés. Puis, au bout de cinq minutes, on se rend compte que ça va être génial. Mais oui, les séries, elles me touchent vraiment. Je l’apprécie presque toujours pendant que je le fais, mais c’est toujours de l’anxiété avant.

La clé, c’est d’avoir ses histoires et les choses que l’on veut partager avant de s’asseoir sur cette chaise.

Oui, exactement.

J’adore le fait que les gens ne se rendent pas compte que toutes ces talk shows ne sont pas répétées, mais qu’elles le sont [en réalité].

Oui. Non, il y a vraiment un plan.

Pour For All Mankind, Matt, Ben et Ron m’ont dit qu’ils avaient à l’origine un plan sur six ou sept ans, une sorte de schéma de base de l’évolution du projet. Quand vous avez signé, que saviez-vous de l’histoire d’Ed ? Que vous ont-ils dit ?

J’en savais assez peu, mais il s’agissait surtout d’un plan, d’une idée de base de l’évolution du personnage. Mais ce qui m’a vraiment attiré, et la partie de leur présentation qui m’a vraiment accroché, c’est qu’il est, en apparence, cet archétype américain, mais ensuite, même dans la première saison, ce qui arrive à une personne comme ça, cette sorte de héros tout américain où son fils meurt et où il ne peut pas gérer ses émotions, il a beaucoup de déficiences dans sa vie intérieure et dans la façon dont il traite les émotions. Puis, au fil de la série, nous commençons à démolir cet archétype, et cela culmine dans la quatrième saison où ses incapacités physiques commencent à se manifester, ainsi que sa confiance en lui.

Une personne comme Ed est très motivée et guidée par la confiance. C’est pourquoi il s’est permis d’être impulsif pendant toutes ces années, parce qu’il a toujours été suprêmement confiant dans le fait qu’il allait s’en sortir d’une manière ou d’une autre, et c’est ce qu’il a fait. Et puis, tout d’un coup, cette confiance commence à s’effriter, ses capacités physiques ne sont plus ce qu’elles étaient, et il prend soudain des décisions impulsives. Mais les choses ne se passent pas comme il le souhaite et des gens sont morts à cause de ses erreurs. C’est alors que l’anxiété existentielle paralysante commence à s’insinuer et que la peur de la mort devient un élément central de son existence. C’était donc très fascinant de suivre ce parcours et d’incarner ce personnage au fil des décennies, de le voir vieillir et de constater que sa confiance en lui commence lentement à s’estomper.

J’ai vu les huit premiers épisodes de la saison 4, mais pas les deux derniers. Je sais que le dernier épisode dure 1 heure et 17 minutes, ce qui signifie que c’est un gros épisode, alors que pouvez-vous dire à propos du final et peut-être d’un astéroïde ?

Oh, je ne sais pas ce que j’ai le droit de dire. Ai-je le droit de dire "vol d’astéroïde" ? Je ne sais pas. Je ne pense pas pouvoir le dire.

Tout se construit autour de l’astéroïde, toute la saison.

C’est une vision folle et c’est une sorte d’Ocean’s Eleven dans l’espace qui se déroule à l’échelle du système solaire. C’est une aventure assez épique que nous allons vivre.

Quand vous avez lu le scénario, je ne sais pas si Matt et Ben vous ont dit à l’avance ce qui allait se passer, mais c’est une série télévisée, ce n’est pas un film, et ce qu’ils préparent, c’est un putain de film, vous voyez ce que je veux dire ?

Je plaisantais, je disais : "Ben, tu es aussi dans le fauteuil de maquillage ? Parce que tu as l’air d’avoir 10 ans de plus, mec." Cette saison a définitivement mis beaucoup plus de cheveux gris dans les cheveux de ces anciens jeunes messieurs. Ils ont fait monter les enchères à chaque saison, et cette saison est de loin la plus importante, et le final est un peu fou.

J’ai vraiment hâte. Avez-vous une scène ou une séquence préférée des quatre saisons jusqu’à présent, une scène pour laquelle vous vous êtes dit : "C’est tout simplement génial. Je n’arrive pas à croire que je fais partie de cette série."

Il y en a beaucoup, mais c’est amusant parce que l’expérience du jeu et ce que l’on voit sont différents, et généralement les scènes les plus excitantes à jouer ne sont pas les grandes scènes d’action qui pourraient être les plus excitantes quand on les regarde. Je dirais que mon point fort a été certaines des scènes que j’ai eues avec Krys, lorsque nous nous affrontons. J’adore la voir évoluer en tant qu’actrice et prendre de la hauteur, et j’ai trouvé qu’elle a montré une série de choses que je n’avais jamais vues auparavant. Elle a vraiment montré à tout le monde à quel point elle est une actrice formidable. Elle a toujours été géniale, mais là, c’était d’un autre niveau. Nous avons donc eu quelques scènes très, très amusantes.

Vous avez dû porter du maquillage dans la saison 4 et je suis curieux de savoir s’il vous est arrivé de quitter le plateau en portant le maquillage pour aller faire un tour et voir les réactions des gens quand vous étiez presque anonyme ?

J’aurais dû le faire, mais ils me surveillaient de près. De plus, le maquillage était une véritable plaie, laissez-moi vous le dire. Très souvent, je devais me maquiller à minuit et je devais être sur la chaise à 1 heure du matin, puis terminer à 7 heures et commencer le tournage à 7 heures, et ensuite vous ajoutez une journée de 12 à 14 heures. Je voulais aussi ces longues journées parce que je voulais m’asseoir le moins possible sur la chaise de maquillage. Je ne sais pas si c’était la bonne décision, mais ces journées étaient vraiment longues. Vous passez six heures à vous faire maquiller, ce qui est très ennuyeux parce que quelqu’un vous pique l’œil pendant six heures, mais ensuite la journée commence et vous êtes constamment en train de faire des retouches parce que vous devez garder tout ce maquillage sur vous. Dès que vous faites de grandes expressions faciales, ou si vous sortez accidentellement au soleil pendant un petit moment, vous avez un peu chaud et vous transpirez, si vous marchez rapidement, vous transpirez et la précipitation s’accumule en dessous, puis elle devient une bulle, alors c’est comme un entretien constant. Chaque minute où je ne tourne pas, je m’assois, je médite et j’essaie de ne pas crier sur les gens.

Oui, je ne pense pas que les gens réalisent vraiment ce qu’il faut faire pour réaliser ce genre de maquillage dans une série. Savez-vous ce que vous allez faire l’année prochaine, ce que vous allez filmer ?

Oui, mais les six derniers mois ont été marqués par des changements constants de calendrier. J’ai donc eu une année complète qui a connu quatre itérations différentes à ce stade. Je pense donc savoir ce que je ferai l’année prochaine, mais nous verrons bien. D’autant plus que certains de ces projets sont indépendants et qu’avec les films indépendants, on ne sait pas si on va tourner avant le jour où l’on est sur le plateau.

La saison 4 de For All Mankind est disponible en streaming sur Apple TV+.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


For All Mankind : La saison 5 réunira les deux vedettes (...)
For All Mankind : Un renouvellement stratosphérique pour la série (...)
For All Mankind : Après Mars, où ira la série Apple TV+ en saison (...)
For All Mankind : Une saison 4 très Ocean’s Eleven mais (...)
For All Mankind : On sait enfin ce qui est arrivé à Danny Stevens (...)
House of the Dragon : Critique 2.05 Régent
Deadpool & Wolverine : La bande annonce finale et (...)
La Voix du Lac : La critique des deux premiers épisodes
Ranma 1/2 : La bande annonce de la nouvelle série non censurée de (...)
Il était une fois les séries : Ranma 1/2
Alien : La série trouve enfin son titre... intrigant
Dune - Prophecy : La nouvelle bande annonce
Star Trek - Strange New Worlds : Un personnage de TOS à la (...)
The Ark : Critique 2.01 Failed Experiment
Alien - Romulus : Une nouvelle bande annonce, visuellement (...)