Black Adam : La critique

Date : 19 / 10 / 2022 à 15h00
Sources :

Unification


BLACK ADAM

- Date de sortie : 19/10/2022
- Titre original : Black Adam
- Durée du film : 2 h 04
- Réalisateur : Jaume Collet-Serra
- Scénaristes : Adam Sztykiel, Rory Haines, Sohrab Noshirvani d’après l’œuvre de C.C. Beck, Bill Parker
- Interprètes : Dwayne Johnson, Aldis Hodge, Pierce Brosnan, Noah Centineo, Sarah Shahi, Quintessa Swindell, Marwan Kenzari, Bodhi Sabongui, Mohammed Amer

LA CRITIQUE

Après avoir introduit Shazam dans l’univers DC, il était évident que ce Black Adam, qui a un certain lien avec ces films récents, était attendu.

L’œuvre permet d’ailleurs d’étendre encore l’univers DC en proposant la Société de justice d’Amérique, ce qui permet d’introduire un certain nombre de nouveaux personnages.

Le scénario d’Adam Sztykiel, Rory Haines et Sohrab Noshirvani présente un ancien esclave qui, 5 000 auparavant, a obtenu des pouvoirs quasiment divins qu’il a mal employé. Mais aujourd’hui, réveillé dans un monde qu’il ne reconnaît plus, comment va-t-il pouvoir s’adapter ?

Le film de Jaume Collet-Serra réserve son lot de séquences spectaculaires, d’affrontements épiques et de bagarres dantesques. Sans compter que le côté sombre est assumé et que les morts sont nombreuses. Même si les combats en pleine ville montrent à chaque fois des lieux étonnamment déserts avant de faire réapparaître des habitants venant d’on ne sait trop où.

Le long métrage mélange de l’action, de l’émotion et une pointe d’humour. Tout en n’oubliant pas un certain contexte politique qui est plutôt bien vu et souvent porté par l’un des personnages principaux, une universitaire du pays dans lequel l’intrigue se déroule. Sans compter que la famille est aussi au cœur du récit et a une grande importance dans le déroulement de l’intrigue.

Celle-ci est très bien jouée par Sarah Shahi qui est impeccable en femme souhaitant libérer son pays du joug de ceux qui l’occupent. Bodhi Sabongui est très bon dans le rôle de son fils débrouillard. Mohammed Amer est amusant en oncle de la famille. Pierce Brosnan est excellent en Docteur Fate, chef de l’escouade de super-héros envoyée pour arrêter Black Adam. Aldis Hodge est formidable dans le rôle de Hawkman, son grand ami. Et Quintessa Swindell, en Cyclone, et Noah Centineo, en Atom Smasher, sont très bons en jeunes recrues venant faire leurs armes. Leurs pouvoirs sont bien mis en valeur et permettre d’introduire de nouvelles capacités dans l’univers DC cinématographique de Warner.

Mais c’est évidemment Dwayne Johnson, dans le rôle-titre, qui crève littéralement l’écran. Celui-ci retransmet parfaitement la personnalité ambiguë d’un personnage qui s’éloigne vraiment des canons des super-héros. Il fait donc planer un petit vent de changement dans un univers héroïque qui a décidé d’intégrer plus de noirceur, de non-manichéisme et qui est plus représentatif de la société actuelle dans laquelle nous vivons.

Les effets spéciaux sont très sympathiques. Les lieux sont diversifiés et crédibles grâce au très beau travail fait sur les décors par Tom Meyer. Les tenues des différents personnages sont aussi de toute beauté, notamment celle de Hawkman qui est imposante.

La photographie de Lawrence Sher est bien travaillée et rend parfaitement l’atmosphère de cette ville située dans un lieu où le soleil brille et où les vestiges du passé sont érodés par le passage du temps.

La musique de Lorne Balfe renforce le côté spectaculaire de certaines des rencontres entre les différents protagonistes. D’autant que l’histoire se joue à plusieurs niveaux, entraînant un final s’achevant en apothéose.

D’ailleurs, ne quittez pas la salle dès le générique final pour ne pas rater une séquence qui se niche dans celui-ci et qui annonce une rencontre à venir qui pourrait être vraiment imposante.

Black Adam est un très bon film de super-héros qui coche toutes les cases attendues et apporte plus de noirceur et une vraie dimension politique à un récit intégrant dans un univers DC en pleine expansion un individu plus ambigu.

Avec une origine Story que l’on prend plaisir à découvrir, une réalisation montrant très bien l’évolution d’un personnage à plusieurs facettes, un grand soin porté au visuel et aux affrontements et un casting que l’on espère pouvoir retrouver, l’œuvre repose aussi sur le capital sympathie que l’on a pour Dwayne Johnson qui incarne parfaitement un nouvel anti-héros qui n’a pas dit son dernier mot.

Spectaculaire et divertissant.

SYNOPSIS

Dans l’antique Kahndaq, l’esclave Teth Adam avait reçu les super-pouvoirs des dieux. Mais il en a fait usage pour se venger et a fini en prison. Cinq millénaires plus tard, alors qu’il a été libéré, il fait régner sa conception très sombre de la justice dans le monde. Refusant de se rendre, Teth Adam doit affronter une bande de héros d’aujourd’hui qui composent la Justice Society – Hawkman, le Dr Fate, Atom Smasher et Cyclone – qui comptent bien le renvoyer en prison pour l’éternité.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Lawrence Sher
- Montage : John Lee, Michael L. Sale
- Musique : Lorne Balfe
- Costumes : Kurt and Bart
- Décors : Tom Meyer
- Producteurs : Beau Flynn, Hiram Garcia, Dany Garcia, Dwayne Johnson pour New Line Cinema, DC Entertainment, FlynnPictureCo, Seven Bucks Productions
- Distributeur : Warner Bros. France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Black Adam





 Charte des commentaires 


Gotham Knights : Critique 1.01 Pilot
Doom Patrol : Critique 4.06 Hope Patrol
Doom Patrol : Critique 4.05 Youth Patrol
Doom Patrol : Critique 4.04 Casey Patrol
Doom Patrol : Critique 4.03 Nostalgia Patrol
Star Trek - Strange New Worlds : Encore plus de genres explorés (...)
L’Imaginaire : La bande annonce et la date de diffusion sur (...)
Enemy : Un remake par un showrunner de Star Trek
Sunny : La bande annonce de la série Apple TV+
Blue Beetle : Une série animée en préparation chez DC (...)
The Ark : La bande annonce de la saison 2
Un meurtre pour rien : La critique
Moi, Ben : La bande annonce de la série SF d’Apple (...)
Brèves : Les informations du 18 juin
Annecy Festival 2024 : Johan, Pirlouit et la Peyo Compagny