Code 8 - Partie II : La critique du film Netflix

Date : 28 / 02 / 2024 à 14h00
Sources :

Unification


CODE 8 - PARTIE II

- Date de diffusion : 28/02/2024
- Diffusion : Netflix
- Titre original : Code 8 - Part II
- Durée du film : 1h40
- Réalisateur : Jeff Chan
- Scénariste : Chris Pare, Jeff Chan
- Interprètes : Robbie Amell, Stephen Amell, Alex Mallari Jr., Sirena Gulamgaus, Aaron Abrams, Moe Jeudy-Lamour, Natalie Liconti, Nneka Elliott, Sammy Azero, Jean Yoon

LA CRITIQUE (SANS SPOILER)

Le premier volet de ce film canadien, soutenu par les fans lors d’une large campagne de financement participatif sur Indiegogo, avait plutôt plu.

On en retenait une exploitation criminelle des super-pouvoirs (poussée par la marginalisation de ceux qui ont la malchance d’en posséder), des personnages attachants qui tombaient comme des mouches, un monde futuriste proche de nous et assez réaliste, avec une police et des contrôles de drones omniprésents.

Dans cette partie 2, on retrouve dès le début l’ambiance de son aîné, en revoyant d’entrée les deux complices cambrioleurs (incarnés par les cousins Robbie et Stephen Amell). Ils ont pris de l’épaisseur bien entendu (surtout le plus jeune, Connor).

Plusieurs années se sont écoulées depuis que ce dernier s’est rendu à la Police, et il vient de sortir de prison. Un petit carton (presque identique à celui du premier film) rappelle la situation de ce futur, avec 4% de la population possédant des pouvoirs et largement surveillée, mais aussi la fameuse drogue Psyke, tirée du liquide cérébro-spinal de ces personnes.

On découvre tout de même l’évolution de ces derniers moments, un doute sur l’utilisation trop intense de la force de feu des gardiens-robots, finalement remplacés par des chiens-robots non létaux. Celui-ci aura bien entendu son importance, dans des scènes rappelant un peu Minority Report.

Tout ceci se déroule à Lincoln City, ville malicieusement liée au seizième président des États-Unis qui mit fin à l’esclavage, alors que ses habitants ont abandonné leur liberté, pour lutter contre la criminalité, en s’imposant un grand contrôle de leur vie. Une inquiétude et une tendance très actuelles.

Au rayon des nouveautés, de nouveaux pouvoirs font leur apparition, comme le Caméléon ou le Transconducteur.

Ce n’est pas le moment de poser des questions, c’est le moment de trouver des solutions.

Comme à son habitude, Connor se retrouve tout en bas de l’échelle, et devra s’extraire de sa vie tranquille pour agir, alors que la petite Pavani aura besoin de son aide pour laver l’honneur de son frère, face à une police bien trop propre sur elle pour être honnête.

Le thème du cambriolage est donc abandonné pour glisser vers un plus classique film de justicier, entre le marteau et l’enclume, entre Connor et Garrett, deux frères ennemis aux intérêts divergents.

Intimiste, vu à la hauteur d’homme, ce film de super-héros reprend donc tout ce qui avait fait le succès d’estime du premier volet, mais en faisant mieux sur bien des points. La mise en scène, oublie d’être tapageuse, à part dans certaines scènes d’utilisation intense des pouvoirs, qui rythme l’ensemble, et les effets spéciaux ne sont pas grandiloquents, mais sans défauts ou scintillements, rendant le tout réel.

Le scénario est sans doute un peu trop classique, mais le plaisir est là, surtout que le film bénéficie de l’indulgence des productions qui s’émancipent des grosses cylindrées.

Et qui sait, Code 8 pourrait bien devenir une vraie franchise, en gardant, nous l’espérons, ses spécificités.

BANDE ANNONCE





Les films et séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films et séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


Scoop : La critique du film Netflix
Anthracite - Le mystère de la secte des Écrins : Critique de la (...)
Parasyte The Grey : Critique de la série Netflix
Le Salaire de la Peur : La critique
Le problème à 3 corps : Critique de la saison 1
Deadpool & Wolverine : Un buddy-movie plutôt qu’un (...)
Star Trek - Discovery : Préparez-vous pour un long final
Swamp Thing : Warner Bros. avait sous-estimé la série DC (...)
La Fièvre : Une grosse annonce après le final (SPOILER)
Doctor Who : Ce sera finalement un fauteuil pour deux en (...)
Scoop : La critique du film Netflix
Resilient Man : La critique
Mufasa - Le Roi lion : Comment Barry Jenkins est venu à faire un (...)
S.W.A.T. : Ce ne sera finalement pas la fin sur CBS !
Knight : La campagne de financement Deluxe est lancée