Le Jour où j’ai rencontré ma mère : La critique

Date : 16 / 04 / 2024 à 11h00
Sources :

Unification


LE JOUR OÙ J’AI RENCONTRÉ MA MÈRE

- Date de sortie : 17/04/2024
- Titre original : Kiddo
- Durée du film : 1 h 31
- Réalisateur : Zara Dwinger
- Scénaristes : Zara Dwinger, Nena van Driel
- Interprètes : Frieda Barnhard, Rosa van Leeuwen, Aisa Winter, Lola van Zoggel, Fien Lindenhovius, Indy-Rose Kroonen, Maksymilian Rudnicki, Djayklin Lima

LA CRITIQUE

Le Jour où j’ai rencontré ma mère est un très bon film parlant avec beaucoup de tendresse et de subtilité de la maternité, de la dépression et de l’enfance.

Le scénario de la réalisatrice Zara Dwinger et de Nena van Driel se focalise sur une jeune fille vivant dans un foyer dont la mère débarque un jour. Elle va alors partir avec elle en voiture et va découvrir qu’il s’agit d’un véritable périple qui les emmènera dans un autre pays, la Pologne.

Le film de Zara Dwinger est d’une grande tendresse. Il est drôle et décalé et offre un magnifique portrait mère-fille extrêmement complexe. Malgré cette thématique sombre, l’œuvre ne l’est jamais et écoute avec attention chacun de ses personnages apprenant à s’apprivoiser l’un, l’autre, alors qu’ils ne connaissent finalement pas.

Ce road movie singulier est particulièrement entraînant. D’autant que les personnages sortent vraiment de l’ordinaire. Rosa van Leeuwen est excellente en jeune fille fantasmant sa mère et ayant beaucoup d’imagination. Frieda Barnhard est remarquable dans le rôle de sa génitrice qui vit sa vie comme elle l’entend. Les deux comédiennes offrent une très belle relation mère-fille qui entraîne facilement le spectateur à leur suite dans une équipée parfois incroyable sur des chemins où des événements étranges peuvent arriver.

D’autant que le long métrage fait lui aussi preuve de beaucoup d’imagination. Ainsi, des petits passages sont insérés au fil du récit pour illustrer ce que pense la jeune fille de ses tribulations. Ces éléments sont toujours bien trouvés et généralement drôles. Ils apportent aussi une véritable tendresse et montrent que la perception des choses dépend de chacun et peut s’habiller de poésie.

Cet étrange huis clos mobile repose aussi sur des répliques de qualité et sur des situations truculentes. Il fait souffler un certain vent de fraîcheur et de joie qui entraîne tout sur son passage, bien que la réalité s’immisce régulièrement dans ce voyage haut en couleur.

Le Jour où j’ai rencontré ma mère est un très bon film rempli de cœur et de joie qui offre une magnifique rencontre entre une jeune fille et la mère qu’elle aime, mais avec qui elle ne peut pas vivre. Avec ce récit rempli de péripéties étonnantes, ce duo de comédiennes qui fonctionne si bien et cette mise en scène les mettant très bien en valeur, on passe un sympathique moment de divertissement qui fait aussi bien rire que mettre la larme à l’œil.

Sympathique et original.

SYNOPSIS

Lu, onze ans, rêve de sa mère dans le lit de son foyer d’accueil. Celle-ci, dit-elle, est une célèbre cascadeuse hollywoodienne. Mais lorsqu’elle vient enfin lui rendre visite, Lu se retrouve malgré elle embarquée dans un road trip endiablé direction la Pologne. Elle se rend vite compte qu’avec Karina, sa mère, c’est tout ou rien. La réalité va rapidement les rattraper et les obliger à décider de ce qu’elles sont prêtes à faire pour rester ensemble… Séances

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Douwe Hennink
- Montage : Fatih Tura
- Musique : Jac van Exter
- Costumes : Vita Mees
- Décors : Bram Doyer
- Producteurs : Layla Meijman, Maarten van der Ven pour Shipsboy, Studio Ruba
- Distributeur : Les Films du Préau

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Le Jour où j'ai rencontré ma mère



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Chien blanc : La critique
Transformers - 40th Anniversary Event : La critique
Roqya : La critique
Reines : La critique
Les 4 âmes du coyote : La critique
House of the Dragon : Un nombre d’épisodes plus faible qui (...)
Wolf man : La place du film dans le Dark Universe
Sugar : Critique de la saison 1
Snootworld : David Lynch toujours à la recherche de financement (...)
Les Simpson : L’interprétation vocale des personnages (...)
Thelma la licorne : La critique du film Netflix
Les Quatre fantastiques : Natasha Lyonne rejoint le groupe (...)
Brèves : Les informations du 20 mai
Dark Souls Redemption : La critique du tome 1
Cinéma - Bandes annonces : 20 mai 2024