True Lies : Critique 1.01 Pilot

Date : 04 / 03 / 2023 à 14h00
Sources :

Unification


TRUE LIES

- Date de diffusion : 01/03/2023
- Plateforme de diffusion : CBS
- Épisode : 1.01 Pilot
- Réalisateur : Anthony Hemingway
- Scénariste : Matt Nix
- Interprètes : Steve Howey, Ginger Gonzaga, Mike O’Gorman, Erica Hernandez, Annabella Didion, Lucas Jaye, Omar Miller

LA CRITIQUE

En 1994 une comédie française, la Totale, a été adaptée en blockbuster américain avec Arnold Schwarzenegger, ce qui a donné True Lies. Cette série éponyme reprend exactement le même contexte.

Le scénario de Matt Nix se focalise sur une famille dont le père est un agent secret extrêmement efficace. Mais sa femme va commencer à avoir des soupçons, ce qui va l’entraîner dans un monde dont elle ignore tout.

Le premier épisode d’une quarantaine de minutes est très drôle et plante parfaitement le décor. On alterne entre l’espion extrêmement doué et sa femme qui révèle avoir des ressources insoupçonnées. Les deux forment un duo qui marche très bien et on attend avec impatience la suite afin de découvrir si elle sera à la hauteur d’un épisode pilote à la fois fun, divertissant et rempli d’action.

L’interprétation est tout à fait convaincante. Steve Howey est impeccable en agent d’exception savant tout faire. Ginger Gonzaga est formidable dans le rôle de son épouse spécialiste des langues. Omar Miller est très drôle en meilleur ami gérant la logistique. Mike O’Gorman et Erica Hernandez sont fort bons dans le rôle de ses coéquipiers. Annabella Didion et Lucas Jaye sont intéressants dans celui des enfants du couple.

Dès ce premier épisode, on voyage beaucoup. La partie se passant à Paris est vraiment agréable, alors que l’on découvre l’envers du décor de cette agence d’espionnage. Une destination qui est sans doute un hommage à l’œuvre originale.

Le rythme est très bon et on ne s’ennuie jamais avec ces nombreuses péripéties que l’on découvre. De l’humour est régulièrement insufflé dans le récit, alors que les bagarres et les fusillades sont crédibles.

Le duo fonctionne bien et les deux comédiens font vraiment croire à leur histoire d’amour que la révélation du véritable métier de l’un d’entre eux met en tension. Il faut donc attendre la suite afin de voir si ce premier essai très réussi perdure dans le temps et si on a envie de continuer de suivre ce couple sortant de l’ordinaire.

Le premier épisode de True Lies est très bon et tout en gardant l’esprit des films qui l’ont inspiré, apporte une nouvelle dimension à cette histoire d’espionnage pas comme les autres. Avec une histoire qui lance en fanfare cette nouvelle série, une réalisation efficace et des comédiens très bien trouvés, on prend beaucoup de plaisir à suivre leurs péripéties.

Amusant et divertissant.

SYNOPSIS

Professeure lassée par sa routine, Helen est stupéfaite en découvrant que son mari apparemment ordinaire mène une double vie extraordinaire. A l’insu de tous, Harry est en réalité un brillant espion au service de l’agence de renseignements américaine Omega Sector. L’enseignante et mère de famille rejoint Harry et son équipe d’agents de haut niveau pour des missions secrètes autour du globe. S’ouvre à eux une vie exaltante ponctuée de dangers et d’aventures...

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Sous la Seine : La critique du film Netflix
Sweet Tooth : Critique de la saison 3 Netflix
Mon oni à moi : La critique du film Netflix
Bionic : La critique du film Netflix
Kali : La critique du film Prime Video
The Instigators : La bande annonce d’un braquage qui tourne (...)
The Boys : La critique des trois premiers épisodes de la saison (...)
Blade : Le reboot maudit de Marvel Studios ?
Doctor Who : Critique 1.08 La légende de Ruby Sunday
Mission Impossible 8 : Tom Cruise a prévenu Shea Whigham
Star Wars Outlaws : La nouvelle bande annonce et 10 minutes de (...)
Annecy Festival 2024 : Rencontre avec Adam Elliot, Cristal du (...)
Those About to Die : La bande annonce
Que la bête meure : La critique
Star Trek : La lettre de fête des pères de Julie Nimoy