Là où chantent les écrevisses : La critique

Date : 15 / 08 / 2022 à 11h00
Sources :

Unification


LÀ OÙ CHANTENT LES ÉCREVISSES

- Date de sortie : 17/08/2022
- Titre original : Where The Crawdads Sing
- Durée du film : 2 h 05
- Réalisateur : Olivia Newman
- Scénariste : Lucy Alibar d’après l’œuvre de Delia Owens
- Interprètes : Daisy Edgar-Jones, Taylor John Smith, Harris Dickinson, Michael Hyatt, Sterling Macer Jr, David Strathairn, Garret Dillahunt, Jayson Warner Smith

LA CRITIQUE

Là où chantent les écrevisses est la très belle adaptation du roman éponyme de Delia Owens.

Le scénario de Lucy Alibar se focalise sur une jeune femme qui est accusée d’avoir tué son ancien petit-ami mort dans des circonstances accidentelles. Le spectateur va alors découvrir comment, enfant abandonnée, elle a dû survivre dans le marais où elle habite et la manière dont les gens de la petite ville mitoyenne l’ont considéré alors qu’elle grandissait.

Le film d’Olivia Newman se déroule en grande partie dans le marais où vit le protagoniste principal. Par des séries de flashbacks bien insérés, on découvre progressivement l’enfance et l’adolescence de la jeune femme, ainsi que les deux hommes qu’elle a aimés.

L’œuvre bénéficie d’une grande délicatesse et on prend beaucoup de plaisir à découvrir la vie pas facile d’une femme résiliente et volontaire. Celle-ci est d’ailleurs remarquablement interprétée par Daisy Edgar-Jones qui est formidable dans le rôle-titre. Elle illumine vraiment son personnage de femme souvent taiseuse, passionnée par la nature et observant celle-ci en silence.

David Strathairn est très bon dans le rôle de l’avocat voulant prouver son innocence. Taylor John Smith est excellent en ami d’enfance n’étant pas toujours là quand il le faut. Et Harris Dickinson est vraiment intéressant en riche copain pas toujours aussi sympathique qu’il le semble.

La photographie de Polly Morgan est formidable. Elle rend un magnifique hommage au marais dans lequel se déroule l’intrigue et apporte une grande personnalité à la maison qui se niche dedans, servant de lieu de résidence au protagoniste principal.

Les très beaux costumes de Mirren Gordon-Crozier et le soin porté aux décors par Sue Chan donnent vraiment l’impression de voyager dans le temps, alors que les souvenirs du personnage principal prennent vie devant nos yeux. Sans compter qu’en plus de l’ostracisme qu’elle reçoit de par sa manière de vivre, l’œuvre évoque aussi la condition de la femme et le racisme rampant de la partie du pays où se déroule l’intrigue.

De plus, la musique de Mychael Danna accompagne bien les nombreux passages contemplatifs donnant l’occasion d’être immergé au cœur d’une nature à la fois très belle et féroce qui a aussi servi de père et de mère à une enfant abandonnée à elle-même.

Il est facile de se laisser bercer par ce conte parfois cruel et sombre réservant quelques rebondissements. Une véritable poésie se dévoile au fil des séquences et l’intérêt du procès renouvelle régulièrement le suspense du long métrage.

Là où chantent les écrevisses est un très bon film bénéficiant d’une fort belle écriture et d’une interprétation sans faille. La qualité de la mise en scène associée aux magnifiques paysages naturels où se déroule le récit apportent un supplément d’âme à une œuvre touchante et captivante.

Sympathique et immersif.

SYNOPSIS

Kya, une petite fille abandonnée, a grandi seule dans les dangereux marécages de Caroline du Nord. Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur la " Fille des Marais " de Barkley Cove, isolant encore davantage la sensible et résiliente Kya de la communauté. Sa rencontre avec deux jeunes hommes de la ville ouvre à Kya un monde nouveau et effrayant ; mais lorsque l’un d’eux est retrouvé mort, toute la communauté la considère immédiatement comme la principale suspecte. À mesure que la vérité sur les événements dessine, les réponses menacent de révéler les nombreux secrets enfouis dans les marécages.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Polly Morgan
- Montage : Alan Edward Bell
- Musique : Mychael Danna
- Costumes : Mirren Gordon-Crozier
- Décors : Sue Chan
- Producteurs : Reese Witherspoon, Lauren Levy Neustadter, Erin Siminoff, Aislinn Dunster, Elizabeth Gabler pour Sony Pictures, Hello Sunshine, 3000 Pictures
- Distributeur : Sony Pictures Releasing France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Là où chantent les écrevisses



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Être prof : La critique
La cour des miracles : La critique
Smile : La critique
Les Mystères de Barcelone : La critique
The Woman King : La critique
See : Critique 3.06 The Lowlands
La Sorcière rouge : L’avenir du personnage Marvel dans le (...)
Secret Invasion : La série Disney+ sera Maria Hill ou ne sera (...)
His Dark Materials : Les premières images de la saison (...)
Jack Ryan : Prime Video annonce enfin la saison 3
Être prof : La critique
Grendel : Netflix se la joue comme Warner Bros. Discovery
LA Brea : Martin Sensmeier dans la saison 2 annoncée
StarzPlay : Le streamer de Lionsgate change de nom
3000 Truands : La critique du jeu de bluff et d’artefacts