Asphalt Burning : La review du film Netflix

Date : 01 / 01 / 2021 à 11h00
Sources :

Unification


Asphalt Burning est le bon troisième volet de la saga nordique de course automobile dont les deux premiers opus, sortis en 2014 et en 2016, ont été des succès au box-office norvégien.

On retrouve ainsi une partie du casting des deux précédents longs métrages qui continuent à faire partie des aventures de ce pilote émérite se retrouvant obligé de faire des rallyes pas vraiment légaux.

Ce sont aussi le réalisateur Hallvard Bræin et le co-scénariste Christopher Grøndahl, qui ont œuvré sur les deux précédents volets, qui se retrouvent aux commandes du troisième sorti directement sur la plate forme Netflix.

Le scénario de Kjetil Indregard et de Christopher Grøndahl montre un protagoniste principal qui va enfin épouser sa petite amie. Mais suite à un rebondissement imprévu, celui-ci va devoir se battre contre un rude adversaire sur le circuit de Nürburgring en Allemagne pour pouvoir reconquérir l’amour de sa belle. Si le récit est linéaire, la fin est un peu abrupte et certains éléments ne sont pas complètement achevés. Cela laisse donc de la place pour un quatrième film. Il ne faut d’ailleurs pas rater la dernière séquence post-générique, qui n’ajoute pas vraiment quelque chose de plus, mais est amusante à voir.

Les films précédents avaient été épinglés par rapport à la manière dont les femmes étaient mises en avant. En effet, en dehors de la fille adulte et de la petite amie du personnage principal, ces dernières sont traitées plus que cavalièrement. Et malheureusement, au vu du traitement réservé à l’artiste Wencke Myhre, qui fait une petite apparition dans cet opus, il y a encore du travail à faire dans ce domaine. C’est d’ailleurs étonnant de voir en 2020 comment certaines scènes sont écrites, essayant d’offrir quelques passages « romantiques », alors que l’on se retrouve plus devant du harcèlement malsain qui met mal à l’aise (par exemple : non, suivre de près une femme qui vous attire et s’installer à sa table n’est pas quelque chose de sympathique).

Il faut d’ailleurs avouer que le scénario ne vole pas toujours très haut, et manque de subtilité. Il n’est finalement qu’un prétexte à la grande force du film, des scènes de poursuite en voiture et de rodéo mécanique qui en mettent vraiment plein les yeux. D’ailleurs, si on passe outre les défauts liés au comportement de certains personnages et à leur relation, on se fait vraiment plaisir à regarder un récit fait chauffer le moteur.

La mise en scène de Hallvard Bræin sait d’ailleurs parfaitement capter ces séquences spectaculaires, réalisées par de formidables cascadeurs, et aidées parfois par des effets spéciaux permettant des scènes invraisemblables comme celle du pont. Le réalisateur se penche aussi sur certains de ses personnages, notamment le duo père-fille ou celui de leurs deux amis se déplaçant en corbillard.

L’interprétation est sympathique. Anders Baasmo Christiansen est efficace dans le rôle de ce pilote ne lâchant pas prise. Ida Husøy est très bonne dans celui de sa fille. Jenny Skavlan est agréable en petite-amie à reconquérir et Alexandra Maria convaincante en ex-colocataire. On retrouve aussi Otto Jespersen et Sven Nordin qui forment un bon duo décalé associés à Trond Halbo en très bon pilote. Bjorn Kjellman dans le rôle d’un Suédois à la vie bancale est très amusant et Henrik Mestad en ex-commissaire obsédé par le pilote, l’est tout autant.

Asphalt Burning est un film qui n’est pas fatiguant, surtout lorsque l’on passe outre les ellipses et les incohérences du scénario. Les grands moments de course en voitures et la qualité de la réalisation en font vraiment une œuvre à ne pas rater pour les amateurs de ce type de long métrage. Cela donne envie de rattraper les deux précédents opus qui offrent aussi de grandes courses déjantées et des confrontations entre individus ne jurant que par la puissance de leur moteur et la dextérité de leur conduite.

Divertissant et spectaculaire.

SYNOPSIS

Ses projets de mariage étant au point mort, Roy relève le défi d’un adversaire : courser sa fiancée qui s’est enfuie sur le circuit mythique du Nürburgring en Allemagne.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 40
- Titre original : Børning 3
- Réalisateur : Hallvard Bræin
- Scénariste : Kjetil Indregard, Christopher Grøndahl
- Interprètes : Anders Baasmo Christiansen, Kathrine Thorborg Johansen, Ida Husøy, Otto Jespersen, Sven Nordin, Trond Halbo, Alexandra Maria Lara, Wencke Myhre
- Photographie : Askild Edvardsen
- Musique : Johannes Ringen
- Costumes : Sofie Rage Larsen
- Décors : Bertram Strauß
- Producteur : Ellen Alveberg, Reza Bahar, Petter J. Borgli, John M. Jacobsen pour Filmkameratene AS, Gifted Films West GmbH
- Distributeur : Netflix France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Asphalt Burning



Les films et séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films et séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


After Life : Critique de la saison 3
L’emprise du vice : La critique du film Netflix
Complètement à cran : Critique de la mini-série
Reclus : La critique du film Netflix
Mother/Android : La critique du film Netflix
Bad Monkey : Vince Vaughn a de la compagnie, mais toujours pas de (...)
Reboot : Hulu passe commande, Judy Greer en renfort
Etherne : Le Jeu de Rôle antique
Cinéma - Bandes Annonces : 18 janvier 2022
Star Trek Picard : Motivé, motivé le Q pour la saison (...)
Batgirl : Leslie Grace se montre en héroïne DC
Peacemaker : Abreuvez-vous du générique hilarant de la série DC / (...)
After Life : Critique de la saison 3
The Chef : La critique
The Last of Us : Storm Reid pour la série HBO