439 connectés

Michel-Ange : La critique

Date : 20 / 10 / 2020 à 10h00
Sources :

Unification


Michel-Ange est un bon film biopic russo-italien qui présente une partie de la vie de ce dernier alors qu’il est tiraillé par ses engagements et la politique locale de l’époque.

Le scénario du réalisateur Andrey Konchalovsky et d’Elena Kiseleva montre une période de l’existence de Michel-Ange débutant juste à la fin de la conception de la fresque de la Chapelle Sixtine. Ce dernier, engagé par le pape appartenant à la riche famille della Rovere, va devoir changer d’allégeance à sa mort, alors que les Médicis reprennent le pouvoir en ayant un nouveau souverain pontife issu de leur famille.

Le film d’Andrey Konchalovsky montre l’homme tiraillé entre ses engagements, parfois perturbé par la mélancolie et un génie qui le pousse à une passion dévorante pour son art. Mais aussi un individu aimant l’argent et n’arrivant pas, de temps en temps, à tenir ces propres engagements.

Le réalisateur a d’ailleurs passé de nombreuses années à se documenter sur l’artiste et la période est s’est entouré de véritables connaisseurs reconnus pour l’aider à apporter une grande vraisemblance aux scènes qu’il nous propose.

La reconstitution de l’Italie du XVe siècle est absolument remarquable. Le travail sur les décors de Maurizio Sabatini est formidable. La Chapelle Sixtine a même été reproduite pour permettre de rentrer au cœur de ce génie créatif. Plusieurs petites villes italiennes ont été mises à contribution, ce qui donne vraiment l’impression d’être projeté dans l’Italie de la renaissance.

Le soin apporté aux costumes par Dmitry Andreev est aux très nombreux accessoires est aussi impressionnant. Tout comme l’impression de saleté et de noirceur que dégagent les rues. Cela contraste d’ailleurs beaucoup avec les palais opulents des nobles, qui ont aussi des costumes particulièrement chatoyants, à l’opposé de ceux de Michel-Ange, souvent tachés et troués ou alors d’une grande sobriété.

La photographie d’Aleksandr Simonov est très belle. La luminosité est bien travaillée et tous les passages se déroulant dans les magnifiques carrières de carrare, qui sont de véritables carrières à proximité de celle historique, sont d’une grande beauté.

D’autant qu’en fil rouge de l’histoire, l’extraction d’un immense bloc de marbre blanc parfait capte régulièrement l’attention.

D’ailleurs, une grande partie du casting est composée de non-professionnels, et ceux travaillant dans les carrières sont de vrais marbriers. Si ce choix rend encore plus réalistes les interactions des nombreuses foules et des lieux où se côtoient des gens de tout métier, c’est bien Alberto Testone qui crève l’écran en rôle-titre.

Outre une ressemblance frappante avec le véritable artiste, le comédien est impeccable dans son rôle d’homme entier, habité par ses doutes, mais entièrement dévoué à sa passion. Quant à Jakob Diehl, il est vraiment très bon dans le rôle de son assistant fidèle.

Michel-Ange est un bon film à la reconstitution extrêmement minutieuse qui permet de se plonger dans la vie et la carrière d’un artiste qui a marqué les arts de son empreinte. Avec une réalisation investie, un travail considérable sur la reconstitution de cette époque révolue et un acteur impressionnant, l’œuvre est puissante et permet, aussi, aux spectateurs peu connaisseurs de découvrir la vie d’un tel artiste du XVe siècle.

Minutieux et intéressant.

SYNOPSIS

Michel Ange à travers les moments d’angoisse et d’extase de son génie créatif, tandis que deux familles nobles rivales se disputent sa loyauté.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 09
- Titre original : Il Peccato
- Date de sortie : 21/10/2020
- Réalisateur : Andrey Konchalovsky
- Scénariste : Elena Kiseleva, Andrey Konchalovsky
- Interprètes : Alberto Testone, Jakob Diehl, Francesco Gaudiello, Federico Vann, Glen Blackhall, Orso Maria Guerrini, Anita Pititto, Antonio Gargiulo
- Photographie : Aleksandr Simonov
- Montage : Karolina Maciejewska, Sergey Taraskin
- Musique : Eduard Artemev
- Costumes : Dmitry Andreev
- Décors : Maurizio Sabatini
- Producteur : Andrey Konchalovsky, Elda Ferri pour Jean Vigo Italia, Andrei Konchalovsky Studios, Rai Cinema
- Distributeur : UFO Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Michel Ange



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Vortex : La critique
Miss : La critique
100% loup : La critique
ADN : La critique
Le bon grain et l’ivraie : La critique
The Wretched : Le concours
Le Club : La critique du jeu de rôle de monstres
Prime Video - Bandes annonces : 25 novembre 2020
Thor - Love and Thunder : Chris Hemsworth se prépare pour un film (...)
Resistance : La review du film Canal+
Black Panther 2 : Début de production programmée et un (...)
Antidisturbios : Review de la saison 1
Predator : Dan Trachtenberg en charge de ressusciter les (...)
Cheyenne et Lola : Review 1.01 Le big-bang et 1.02 L’échelle de
The Last of Us : HBO donne le feu vert à l’adaptation