503 connectés

Les visages de la victoire : La critique

Date : 07 / 03 / 2020 à 10h00
Sources :

Unification


Les visages de la victoire est un très bon documentaire et un magnifique hommage aux femmes originaires d’Algérie et du Maroc qui ont suivi leur mari pour s’installer en France dans les années 50.

Le réalisateur Lyèce Boukhitine a commencé par filmer sa propre mère avant de donner la parole à plusieurs femmes afin d’avoir leur point de vue et de brosser le portrait de ces personnes qui ont trouvé en la France un nouveau pays et qui, de par leur sexe, ont eu une vie particulièrement difficile.

Les portraits brossés sont très diversifiés et montrent des femmes résilientes n’ayant pas eu leur mot à dire concernant leur époux et s’étant souvent mariées à un très jeune âge. Parfois battues et obligées de rester à la maison, même si certaines ont trouvé l’amour dans leur mariage arrangé, et que leurs enfants sont la grande joie de leur vie, ces dernières ont souvent pour immense regret de ne pas avoir pu faire d’études, ou du moins exercer le métier qu’elles ont choisi.

La propre mère du réalisateur s’instruit par elle-même et son acte volontaire rappelle à tous qu’il n’y a pas d’âge pour étudier et pour faire les choses que l’on a toujours rêvé.

Mais évidemment, dans les années 50, les femmes avaient beaucoup moins de liberté et n’avaient pour la plupart pas le droit de travailler ou d’être émancipées. Le propos de l’une d’entre elle est d’ailleurs assez révélateur, quand elle rapporte que l’homme qu’elle a épousé a 13 ans s’est dressé contre sa mère qui voulait lui donner une baffe en affirmant que puisqu’elle était à lui, sa génitrice n’avait plus le droit de la toucher. Ainsi, quel que soit son sort et la chance, ou la malchance, que chacune d’entre elle a eu lors de son mariage, ces femmes ont pour point commun d’avoir rarement leur mot à dire et de devoir obéir à leur mari.

Il n’empêche que chacune d’entres elles ont réussi à se construire une vie et à y trouver des plaisirs. Leur parole, parfois difficile à entendre, est d’une grande véracité et permet d’écouter le message de personnes qui s’expriment bien trop rarement et qui pourtant sont passionnantes à percevoir. D’autant qu’avec sincérité, pudeur et humanisme, ce qu’elles content va droit au cœur.

Les visages de la victoire est un bien bel hommage à des femmes et à des mères qui n’ont pas eu des vies faciles et qui à travers ce qu’elles disent montre à la fois leurs forces et leur volonté, ainsi que la joie d’avoir fait au mieux en n’ayant pas toujours eu de bonnes cartes en main.

Touchant et véridique.

SYNOPSIS

Elles s’appellent Chérifa, Aziza, Jimiaa, Mimouna... Des femmes dont on n’entend quasiment jamais la parole. Les femmes des Immigrés des Trente Glorieuses. Elles ont dû renoncer à leurs désirs de jeunesse, pour suivre des hommes qu’elles n’ont presque jamais choisis, et se résigner à leur sort, afin d’élever leurs enfants du mieux qu’elles ont pu. Leur victoire, c’est leur résilience, et leur volonté d’émancipation, qui leur donnent au visage un sourire de jeune fille, comme retrouvé au fond du cœur.

BANDE ANNONCE

LES VISAGES DE LA VICTOIRE - Bande annonce - Sortie le 11 Mars 2020 from Lyèce Boukhitine on Vimeo.


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 33
- Titre original : Les visages de la victoire
- Date de sortie : 11/03/2020
- Réalisateur : Lyèce Boukhitine
- Scénariste : Lyèce Boukhitine
- Interprètes : Chérifa, Aziza, Jimiaa, Mimouna
- Photographie : Guillaume Martin, Lyèce Boukhitine
- Montage : Noémie Moreau, Martine Armand
- Musique : Vincent Ségal
- Producteur : Comic Strip Production
- Distributeur : Dean Medias

LIEN

- ALLOCINÉ


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Josep : La critique
La femme qui s’est enfuie : La critique
Rétrospective Ida Lupino : La critique
Les trois jours du Condor : La critique
Kajillionaire : La critique
Festival de la Finlande en 3 films : La programmation
Dirty Diana : Un drame érotique avec Demi Moore pour (...)
Blade Runner 2019 : La critique du tome 1
L’Appel de Cthulhu - 7ème édition : La critique des Manuels (...)
Netflix - Bandes annonces : 1er octobre 2020
Matrix 4 : Pas de Smith mais l’Agent Johnson sera bien là (...)
The Comey Rule : Review de la mini-série
Le Seigneur des Anneaux : Le ballet des reprises de productions (...)
Justice League Dark : John Constantine & Zatanna en séries TV (...)
Black Adam : Aldis Hodge sera Hawkman