567 connectés

PIFFF 2019 : Jour 3

Date : 14 / 12 / 2019 à 08h00
Sources :

Unification


Cette troisième journée a présenté des œuvres plutôt psychologiques portées par de très bons comédiens.

En compétition, Spiral sort de l’ordinaire, alors que The Wave prend aux tripes. Le vice-versa étant d’ailleurs vrai.

Le festival a osé, et c’était bien sûr une bonne idée, aussi en ce vendredi 13 décembre, on ne pouvait pas passer à côté de l’œuvre culte éponyme.

La journée s’est achevée sur une séance interdite présentant un milieu de la pornographie très éloigné des idées reçues. Le producteur Kelly Hayes était d’ailleurs présent à cette projection et vous pouvez retrouver la présentation du long métrage et la session de questions-réponses qu’il a eu avec le public ci-dessous.

Les spectateurs ont continué de se déplacer pour chacune des séances, ne remplissant certes pas la salle de 600 places, mais continuant de montrer un grand intérêt à un festival qui défend le cinéma fantastique, horrifique et tout simplement de genre que le public adorent aller voir. Et cela, sur grand écran !

Vous pouvez trouver dans l’article ci-dessous un avis rapide sur les quatre longs et le court métrage projetés ce vendredi.

Piège, slasher, psychotropes et pornos sont les mots-clés de la journée.

- SITE OFFICIEL
- SITE FACEBOOK


11h00 : LE GRAND PRIX CLIMAX

« Le Grand Prix Climax a pour objectifs de valoriser et de faire émerger les scénaristes et scénarios de genre, de constituer un vivier de talents francophones et de favoriser la production française de films de genre. »

Le jury est composé de Olivier Afonso (Réalisateur), Louise Blachère (comédienne), Jean-Luc Cano (Scénariste), Amélie Grossier (Chef maquilleuse) et Nicolas Herlin (maquilleur fx, animatronicien).

Après une compétition très disputée, les 5 scénarios sont finalistes du Grand Prix Climax 2019 sont :

- les guerriers de Aurélien Mathieu
- L’hôte de Franck Richard et Florent Silieri
- Je Kyll de Robin Plomb
- Psychonautes de Rémi Brion
- Sacrifice de Mathieu Delozier et Joël Petitjean.

Les gagnants du prix 2019 sont Mathieu Delozier et Joël Petitjean pour Sacrifice.

Pour sa 4e année, Climax sera une plongée hallucinée dans une secte apocalyptique, un film noir où s’affrontent des télépathes pour l’avenir du monde, une choc entre banlieue et campagne où les fusils de chasse répondent aux armes automatiques, la rencontre angoissante d’un doppelgänger du 3eme âge et une comédie musicale schizophrénique… sur fond de Heavy metal !

14h30 : Spiral

Malik et Aaron emménagent avec la fille de ce dernier dans un quartier a priori plus progressiste. Dès les premières journées dans ce nouveau domicile, Malik est témoin de comportements étranges de la part de ses nouveaux voisins, d’agressions domestiques à caractère homophobes.

Avis : C’est un très bon film horrifique qui est proposé par Kurtis David Harder. Le scénario se focalise sur un couple arrivant dans une petite ville américaine et qui va se retrouver confronté à des événements de plus en plus étranges. Il s’agit aussi d’une œuvre psychologique particulièrement bien travaillée, reposant sur un scénario vraiment anxiogène. Les acteurs sont tous formidables, particulièrement Jeffrey Bowyer-Chapman qui crève l’écran et que l’on voit s’enfoncer de plus en plus dans un enfer dont il ne voit pas le bout. Le long métrage est vraiment marquant et reste longtemps en mémoire, notamment son final complètement dérangeant et son ambiance délétère.


16h30 : Vendredi 13

En 1957, un jeune garçon meurt noyé dans les eaux de Crystal Lake. Un an plus tard, un couple de moniteurs sur le point de s’adonner à la luxure est sauvagement assassiné. Malgré tous ces signes peu encourageants d’un point de vue touristique, Camp Crystal Lake rouvre ses portes vingt ans plus tard.

Avis : Après Halloween de John Carpenter, qui a vraiment lancé le sous-genre du slasher, le Vendredi 13 de Sean S. Cunningham a enfoncé le clou et a permis à ce type de films d’avoir un essor massif dans les années qui ont suivies. De nombreuses suites ont vu le jour, mais ce premier long métrage, bénéficiant des effets spéciaux remarquables de Tom Savini, continue de faire son petit effet des décennies après sa sortie et permet de comprendre pourquoi le film a acquis depuis un titre d’œuvre culte. On retrouve donc ce qui va devenir le traditionnel camp de vacances avec ses moniteurs jeunes et beaux se faisant massacrer les uns après les autres. Cela faisait des années que je n’avais pas vu le film, et le découvrir sur grand écran permet de se rendre compte que, au début des slashers, les personnages féminins n’étaient pas complètement que des quiches. S’il ne s’agit pas, assurément, d’un grand film, c’est clairement un long métrage à voir pour comprendre son influence sur le cinéma d’horreur qui a suivi. Sans compter qu’on se fait toujours plaisir devant les morts touchant les jeunes gens du camp et on continue à apprécier ce final haletant annonçant les futures suites.


19h30 : Bienvenue

Un couple arrive dans un appartement de location pour la nuit...quand quelque chose attire leur attention. Quelque chose ou quelqu’un. A regarder avant vos prochaines vacances !

Avis : Il s’agit d’un court métrage de Vincent Julé qui a été projeté avant un long météo en compétition et qui permet de voir une famille emménager dans un nouvel appartement. Très court, mais efficace et exploitant bien son idée originale, on se fait plaisir en le regardant.

19h30 : The Wave

Frank mène une vie bien rangée d’avocat d’affaires avec femme et hypothèque. La veille d’une réunion décisive, il s’autorise une petite folie et rejoint son collègue dans une beuverie nocturne. De fil en aiguille, Frank absorbe un hallucinogène qui va lui pourrir la vie. Ou l’améliorer, selon la perspective.

Gille Klabin

Avis : Le long métrage de Gille Klabin est vraiment une œuvre qui ne donne pas du tout envie de prendre des substances illicites. Traumatisé par une expérience faite des années plus tôt, le réalisateur s’est inspiré d’un fait divers et y a inséré un très mauvais trip qui touche le personnage principal. Les comédiens sont vraiment très bons et la mise en scène parfois remarquable. Le travail sur les effets spéciaux et sur ce que vit le protagoniste principal est vraiment superbe visuellement. Si on arrive à deviner rapidement ce qu’il va se passer, des surprises sont toutefois à attendre du film et ce dernier entraîne sans faillir le spectateur dans sa spirale psychédélique à la morale cosmique.


21h30 : Mope

La dramatique histoire vraie de Steve Driver et Tom Dong, aspirants “Chris Tucker et Jackie Chan du porno”, et leurs efforts toujours plus pathétiques pour s’élever au-delà du pitoyable statut de “mope” - dans le jargon du X, les moins que rien, les figurants de bukkake à peine dignes d’une éjaculation.

Invité : Kelly Hayes, Producteur

Avis : Le film de Lucas Heyne se base sur un fait divers s’étant passé il y a quelques années qui concerne des extras travaillant dans le milieu pornographique. Le film se focalise sur l’un d’entre eux et montre l’amitié extrêmement forte qui le lie à un autre comédien de seconde zone et leur espoir à tous deux de devenir de grandes stars dans le milieu du X. Les deux comédiens sont vraiment très bons et font souvent rire, tout au moins au début. L’œuvre se fait assez rapidement plus sombre et désespérée, et un rythme un peu inégal donne une impression de redondance et décroche parfois l’attention. Il s’agit toutefois une plongée intéressante dans le milieu de la pornographie et de ses studios les plus minables employant des acteurs ratés. Elle montre, de plus, un personnage jusqu’au-boutiste, voulant aller au bout de son rêve tout en n’en n’ayant pas le talent.

Présentation du film et session de questions-réponses avec le producteur Kelly Hayes :


Bande annonce :



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


PIFFF 2019 : Jour 7
PIFFF 2019 : Jour 6
PIFFF 2019 : Jour 3
PIFFF 2019 : Jour 2
PIFFF 2019 : Jour 1
Les nouvelles aventures de Sabrina : Review 3ème partie
The Eternals : Les stars de Games of Thrones en images sur le (...)
Bambi : Un remake à la Roi Lion pour le faon de Disney
Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings : Rosalind Chao pour le (...)
The Expanse : 3 recrues prennent du galon
Pinocchio : Robert Zemeckis co-écrira et tournera la version (...)
Les traducteurs : La critique
Fear Agent : Nouvelle série de Seth Rogen chez Amazon (...)
DMZ : Rosario Dawson pour l’adaptation d’Ava DuVernay (...)
The Prince : La famille royale britannique en série animée chez (...)