371 connectés

I Am Mother : La review du film Netflix

Date : 10 / 06 / 2019 à 13h45
Sources :

Unification


I am Mother est un très bon film de science-fiction se focalisant sur un robot qui élève une enfant dans un abri après une apocalypse.

Le scénario de Michael Lloyd Green présente le dernier moyen pour l’humanité de subsister grâce à un immense blockhaus abritant des embryons élevés par un androïde spécialisé. C’est l’intrusion dans ce monde bien organisé d’une femme venant de l’extérieur qui remet en question toutes les croyances de l’adolescente, unique occupant humaine des lieux.

Les amateurs de science-fiction peuvent s’attendre à quelques surprises provenant de l’histoire qui est plus complexe qu’elle le paraît. Cette dernière est d’ailleurs bien menée jusqu’à sa fin restant longtemps en mémoire. De plus, certains détails, pouvant surprendre les fans de ce type de scénario, trouvent une explication logique à leur raison d’être, montrant au fil du récit qu’il ne s’agit pas d’incohérences.
Les décors de Lisa Brennan sont très beaux et on se croit vraiment dans un immense lieu protégé, à l’environnement de couloirs et de salles souvent identique à ce que l’on trouve dans un vaisseau spatial.

Le droïde est très bien fait et a une apparence suffisamment humaine pour que son comportement soit des plus dérangeants. Ses déplacements ont d’ailleurs été interprétés par Luke Hawker. De plus, les effets spéciaux sont bien réalisés et participent à l’ambiance de fin du monde régnant sur l’intrigue.

Les deux comédiennes sont formidables. Clara Rugaard est très attachante en adolescente brillante. Hilary Swank campe avec justesse une survivante de l’apocalypse. Il faut aussi saluer Rose Byrne dont la voix incarne à merveille cette mère robotisée à la douceur cachant bien des secrets.

La réalisation de Grant Sputore est intéressante, ne donnant jamais au spectateur d’impression claustrophobique. Il fait bien monter l’inconfort en jouant à la fois sur un futur dramatique et un drame psychologique.

I am Mother est un film de science-fiction très réussi qui présente une façon originale de montrer une apocalypse humaine. Avec un scénario plus malin qu’il ne le semble, deux très bonnes actrices, et des effets spéciaux vraiment bien exploités, l’histoire de cette étrange mère et de sa fille chérie vaut vraiment la peine d’être visionnée. Les informaticiens pourront aussi apprécier le début du générique de fin.

Dérangeant et ingénieux.

SYNOPSIS

Afin d’éviter l’extinction des êtres humains, un robot "La Mère" a été désigné afin de les éduquer. Une femme va mettre en péril ce nouvel équilibre.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 54
- Titre original : I Am Mother
- Date de sortie : 07/06/2019
- Réalisateur : Grant Sputore
- Scénariste : Michael Lloyd Green
- Interprètes : Clara Rugaard, Hilary Swank, Rose Byrne, Luke Hawker
- Photographie : Steve Annis
- Montage : Sean Lahiff
- Musique : Dan Luscombe, Antony Partos
- Costumes : Marriott Kerr
- Décors : Lisa Brennan
- Producteur : Kelvin Munro, Timothy White pour Southern Light Films, The Penguin Empire, Rhea Films
- Distributeur : Netflix France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

I Am Mother



Les films sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits



 Charte des commentaires 


Murder Mystery : La review du film Netflix
Rolling Thunder Revue : A Bob Dylan Story : La review du film (...)
I Am Mother : La review du film Netflix
Chopsticks : La review du film Netflix
Le bout du monde : La review du film Netflix
Sherlock Holmes 3 : Dexter Fletcher pour réaliser le (...)
Herbes Flottantes : La critique
Mindhunter : La saison 2 bientôt disponible sur Netflix
L’Oeuvre Sans Auteur : La critique
Bridgerton : La prochaine Downton Abbey de Netflix ?
Confort de jeu : Casque amplifié Nacon GH-300SR
Cinéma - Bandes Annonces : 16 juillet 2019
Terminator - Dark Fate : Les femmes prennent le pouvoir
Star Wars - The Mandalorian : Jon Favreau prépare déjà la saison (...)
Secret Obsession : La review du film Netflix