422 connectés

Filles de mai - voix de femmes, de 1968 au féminisme : La critique

Date : 01 / 05 / 2019 à 09h00
Sources :

Unification


Fille de mai est un très bon documentaire revenant sur mai 68, la révolution sexuelle et la montée du féminisme qui a suivi.

Néanmoins, le grand intérêt du long-métrage de Jorge Amat repose sur le fait que ce dernier donne la parole exclusivement qu’à des femmes et qu’on peut se replonger dans ces événements d’un point de vue qui n’a jamais été montré d’une telle façon.

Ce sont 29 femmes qui sont amenées à témoigner et qui racontent leur vécu de près. De nombreuses images d’archives vidéo et des photographies de l’époque permettent de se replonger dans le contexte de ces faits que l’on suit chronologiquement.

On peut découvrir la fin des années 60 et le début des années 70 par le biais de femmes extrêmement différentes, étudiantes ou travailleuses, célibataires ou mariées, de gauche, communistes ou apolitiques, qui permettent de découvrir l’esprit d’une révolte étudiante qui a touché divers milieux et qui a fini par amener au féminisme.

Si les événements ont eu lieu il y a 50 ans, ce qui frappe en premier, c’est la place de la femme dans la société à l’époque des faits. De nombreuses femmes reviennent sur leur emprisonnement dans des rôles sociétaux quasiment inamovibles et la façon dont celles qui essayaient de s’en affranchir étaient parfois considérées. Ainsi, une femme ne pouvait pas être à la fois belle et intelligente. Ces dernières faisaient parfois partie de divers groupes, mais s’occupaient en grande partie de support logistique.

Il est vraiment intéressant, encore plus si on est soi-même une femme, de découvrir comment mai 68 a changé la condition de la femme et a permis de créer de nombreux groupes revendiquant une égalité complète entre les hommes et les femmes.

En effet, bientôt, celles-ci n’apprécient plus de se voir uniquement comme des sous-fifres ou d’avoir des hommes qui se battent pour qu’elles deviennent leurs égales, mais veulent exister par elle-même et revendiquer, elle-même, leurs droits et la reconnaissance de ce qu’elles sont et de ce qu’elles font.

Avec des interviews passionnantes et parfaitement imbriquées dans la trame narrative, on passe un grand moment devant ce documentaire qui met en lumière des événements d’une façon différente de ce que l’on connaît sur mai 68.

D’ailleurs, comme le dit une intervenante, "La révolution sexuelle, c’était offrir la possibilité aux hommes d’avoir accès au corps des femmes." Une réflexion d’autant plus intéressante, que certaines reviennent sur le fait qu’elles avaient parfois du mal à se refuser à leurs amis masculins.

Leur témoignage sur cette période est donc d’autant plus intéressant qu’elles permettent de brosser différemment des choses qui n’ont pas été vu, ni ressenti, de la même façon par les hommes et par les femmes.

La création de différents groupes féministes, et leur façon de montrer leur revendication, sans user de violence et dans une certaine bonne humeur, est bien raconté et permet s’appréhender la complexité des enjeux de l’époque.

Fille de mai est un très bon documentaire qui permet de revoir les événements marquants de la fin des années 60 et du début des années 70 qui ont entraîné des changements sociétaux profond. Avec des témoignages très intéressants, une réflexion parfois naïve sur ce qui s’est passé, reconnue par certains protagonistes, et une appropriation progressive de leur corps par les femmes qui se sont battus pour en avoir un droit complet, le film est vraiment captivant.

Il reste néanmoins le constat, loin de l’optimisme et de la joie ambiante de l’époque, que le combat est toujours d’actualité et qu’il reste beaucoup à faire pour obtenir une véritable égalité entre les hommes et les femmes. Un document passionnant qui permet de voir un certain nombre de choses actuellement avec un autre prisme et qui montre que si les idéaux méritent toujours t’être portés vers l’avant, il faut continuer à se battre jour après jour pour pouvoir les atteindre.

Passionnant et instructif.

SYNOPSIS

Depuis 50 ans, l’histoire de Mai 68 est racontée par des hommes, presque exclusivement : pouvoir politique, leaders étudiants, responsables syndicaux, ou encore commentateurs… Comme si les femmes n’avaient pas leur place dans cette histoire, n’y avaient été que des figurantes. Pourtant, et ce n’est pas un des moindres aspects de ces années, elles ont permis l’émergence d’un discours féministe moderne et structuré. Ce documentaire donne à entendre cette autre parole, étonnamment confisquée depuis, cet autre récit au féminin, comme un écho qui résonne aujourd’hui à l’heure où la place des femmes, leurs prises de parole, secoue toutes les structures de la société.

29 femmes évoquent leur Mai 68. Elles racontent leur révolte et comment elles ont vécu les événements qui leurs ont fait prendre conscience du besoin d’émancipation féminine et comment elles se sont organisées pour lutter pour les droits des femmes.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 30
- Titre original : Filles de mai
- Date de sortie : 01/05/2019
- Réalisateur : Jorge Amat
- Interprètes : Adrienne Larue, Anna Zelensky, Anne Querrien, Chantal Lermyte, Catherine Faux, Christine Buci-Gluksmann, Danielle Jaeggi Danièle Linhart, Dominique Gouguenheim, Elisabeth Roudinesco, Laurence Carill, Florence Prudhomme, Geneviève Fraisse, Isabelle Saint Saëns, Isabelle Rathery, Jacqueline Feldman, Macha Meril, Marielle Burkhalter, Michèle Collin, Michèle Katz, Mireille Nathan Murat, Nicole Lapierre, Rose Meunier, Rosine Feferman, Sonia Fayman Sophie Bouchet- Petersen, Talila, Tanith Noble, Valérie Lagrange
- Producteur : Utopiart
- Distributeur : Les films de Saint André des Arts

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Anna un jour : La critique
Buñuel après l’âge d’or : La critique
Dirty God : La critique
Tolkien : La critique
Noureev : La critique
X-Men - Dark Phoenix : Simon Kinberg assume la responsabilité de (...)
Swamp Thing : Review 1.03 He Speaks
Spider-Man Far from Home : La garde robe en 3 bannières
Titans : Drew Van Acker sera Aqualad
Chernobyl : La série HBO explose tous les records
Elba vs. Block : Idris Elba cascadeur pour Quibi
Anna un jour : La critique
Paradise Lost : Bridget Regan et Josh Hartnett pour la série de (...)
Buñuel après l’âge d’or : La critique
La roue du temps : Les tomes 5 et 6 en poche chez Bragelonne