389 connectés

Le chant de la forêt : La critique

Date : 03 / 05 / 2019 à 08h30
Sources :

Unification


Savoir écouter Le Chant de la forêt n’est pas dû à tout le monde. Et c’est bien dans un monde tout à fait à part que nous invitent João Salaviza et Renée Nader Messora.

Leur film est une ode à l’écoute de soi autant qu’à celle des ancêtres... dans un contexte à la fois quotidien et fantastique.

Fantastique, le quotidien peut l’être...
Il suffit de se fondre dans ce cas précis dans une croyance de la Nature, plus, une connaissance du milieu, qui est partagée ici avec une belle générosité.

Envoutant ... ce film fait un drôle d’effet.
Trop rares sont les témoignages de vie différente, et ô combien inspiratrice...
Ce film est prenant, étonnant, indescriptible.
Il n’y a pas d’autre choix que d’aller le voir. Pour peu que l’on ait envie de s’initier à une conception de la vie et de la mort inhabituelle dans nos contrées.

Je ne veux pas en révéler trop, pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte.
Juste à expliquer comment les auteurs ont choisi de raconter une histoire, en mettant en avant un personnage, que l’on suit avec intérêt, et mis en scène avec parcimonie et beaucoup de respect une page de la vie communautaire d’un peuple méconnu.

"La caméra est là pour observer et pour filmer ce qui se passe devant elle..." précise Renée Nader Messora. "... des rituels et des cérémonies qui alors n’ont pas pu être mis en scène. Des moments très importants dans l’organisation sociale et politique de la communauté, des moments qui ne sont pas joués parce que nous sommes présents, des moments qu’il est tout simplement impossible de mettre en scène."

La légèreté de cette présence de l’équipe de tournage rend le film aussi immersif que possible.

Une expérience formidable, tellement singulière et authentique. Qui offre une vision de l’existence bien différente de la cynique perception de la vie, là où nous vivons, dans une partie de la planète régie par des valeurs urbaines et capitalistes.

A voir.
A vivre.


SYNOPSIS


Ce soir, dans la forêt qui encercle ce village au nord du Brésil, le calme règne.
Ihjãc, un jeune indigène de la tribu Krahô marche dans l’obscurité, il entend le chant de son père disparu qui l’appelle.
Il est temps pour lui d’organiser la fête funéraire qui doit libérer son esprit et mettre fin au deuil.
Habité par le pouvoir de communiquer avec les morts, Ihjãc refuse son devenir chaman.
Tentant d’échapper à son destin, il s’enfuit vers la ville et se confronte alors à une autre réalité : celle d’un indigène dans le Brésil d’aujourd’hui.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE


- Durée du film : 1 h 54
- Titre original : Chuva é Cantoria na Aldeia dos Mortos
- Date de sortie : 8 mai 2019
- Réalisateurs, Scénaristes : João Salaviza, Renée Nader Messora
- Traductions & Recherches : Ana Gabriela Morim De Lima, Ian Packer
- Interprètes : Henrique Ihjãc Krahô, Raene Kôtô Krahô, les habitants du village de Pedra Branca - Territoire Indigène de Krahô
- Photographie : Renée Nader Messora
- Montage : João Salaviza, Renée Nader Messora, Edgar Feldman
- Son : Pablo Lamar
- Producteur : João Salaviza, Renée Nader Messora, Ricardo Alves Jr, Thiago MacêDo Correia- Entrefilmes, Karõ Filmes, Material Bruto
- Distributeur : Ad Vitam

LIENS


- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Le chant de la forêt



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Dirty God : La critique
Tolkien : La critique
Noureev : La critique
Nevada : La critique
Silence : La critique
Swamp Thing : La série était prévue pour 3 saisons
Jinn : Review de la saison 1
Murder Mystery : La review du film Netflix
Stranger Things / The Dark Crystal : Netflix montre ses (...)
Dirty God : La critique
Oblivion Song : Robert Kirkman adapté au cinéma (SPOILERS)
Little Fire Everywhere : La série avec Reese Witherspoon et Kerry (...)
Breaking Bad : La critique du jeu de plateau
Cinéma - Bandes Annonces : 17 juin 2019
Tolkien : La critique