231 connectés

Deadly Class : Review 1.09 : Kids of the Black Hole

Date : 16 / 03 / 2019 à 12h00
Sources :

Unification


Je ne connaissais pas grand chose à la culture punk avant de lire Deadly Class. Bon, je connaissais mes classiques : Sex Pistols, The Clash et 2 ou 3 de leurs morceaux. Je savais que c’était une idéologie basée sur plusieurs concepts philosophiques favorisant la liberté maximale de l’individu. Mais honnêtement, j’avais toujours eu d’autres choses qui m’intéressaient davantage pour m’y intéresser davantage comme un nouvel épisode d’Hunter X Hunter ou le dernier Zelda.

Et puis je suis tombé il y a quelques années sur Deadly Class dans une librairie indépendante où le premier tome avait été mis en avant avec un commentaire élogieux du libraire. Lecture des premières pages, coup de foudre et tous les autres tomes ont vite rejoint ma bibliothèque personnelle. Outre cette fabuleuse reconstitution des années 80, il y a la mise en avant de toutes ces cultures considérées à cette époque comme alternatives comme le hip-hop ou la culture punk. Même si au fur et mesure qu’il a fait progresser son récit, Rick Remender, le scénariste du comics se recentre davantage sur la tragédie vécue par ses personnages, ses deux premiers tomes m’ont ouvert à la culture punk que je ne connaissais pas, voire que je méprisais aussi un peu. Billy, sideckick maladroit et drôle avec une capacité à balancer la vanne qui tue au bon moment, a contribué à cela. Tout comme Marcus et sa suffisance à juger ce qu’il ne connaît pas, chose que nous avons tous tendance à faire. Tout çà pour dire que si on pouvait mesurer la réussite d’une œuvre sur sa capacité à nous ouvrir au Monde, on peut dire que Deadly Class est une indiscutable réussite.

On a donc le droit dans cet épisode à une réjouissante scène de pogo à laquelle participent Saya et Marcus sur le morceau Kids of the Black Hole , titre de l’épisode et joué par le groupe punk The Adolescents. Lors du générique, un encart nous informe d’ailleurs que l’épisode est d’ailleurs dédié au bassiste fondateur Steve Soto, mort l’année dernière. Dans le comics, en quelques cases, ce moment d’enthousiasme communicatif m’avait fortement marqué et j’ai été ravi de le vivre en live action. Il représente l’esprit de camaraderie porté par The Deadly Class et qui rend les personnages si attachants et si vivants.

Cet épisode prépare avec efficacité le season final à venir. Marcus et ses camarades pensent qu’il faudra des explosif pour prendre d’assaut la maison où se réfugie Chester. On a d’ailleurs une très réjouissante scène d’ouverture où l’on voit ce dernier chanter sur un improbable morceau de country aux paroles sacrément grossières en compagnie de ses compagnons d’infortune. Le genre de scène " What the Fuck " qui contribuera à rendre la série culte !

La force de cet épisode est de confronter l’ensemble des personnages à des choix qui vont avoir une répercussion phénoménale sur leur futur. Quels sont ceux vont suivre Marcus dans sa croisade contre Chester ? Marcus va t-il renoncer à Saya ou va t-il céder à la tentation ? Viktor et Brandy vont-ils définitivement offrir leurs services à madame Gao ?

Je l’ai dit à plusieurs reprises lors de mes précédentes reviews, je n’étais pas convaincu par la vulnérabilité à Maître Lin, totalement absente du comics. Cet épisode parvient finalement à aller vers une direction tragique intéressante pour le personnage et permet de faire un lien logique avec la quête de El Alma Del Diablo toujours à la recherche de l’assassin de son fils. De même, Willie a une intrigue totalement différente du comics qui avait bien du mal à me convaincre. En fin de compte, cela lui permet de prendre de la hauteur et de mettre en garde ses camarades face au projet aux multiples risques qu’ils veulent accomplir.

La seconde moitié de cet épisode offre des scènes inédites au comics et je dois avouer que j’ai trouvé ces ajouts particulièrement efficaces tout en offrant pas mal de surprise. Il faut dire qu’elles étaient portées par des scènes d’action comme d’habitude époustouflantes et bénéficiant de surcroît d’un suspens haletant.

Lorsque l’épisode se conclut avec deux scènes particulièrement iconiques, l’une avec Marcus et ses camarades et l’autre avec El Alma Del Diablo, je dois avouer que j’ai ressenti une excitation maximale dans la mesure où je pensais déjà à ce qui allait se passer dans le season final. Vraisemblablement, nous y retrouverons tous les événements épiques qui clôturent le deuxième tome. La question maintenant est de savoir si nous allons avoir la chance d’avoir en plus la tonitruante course-poursuite qui ouvrent le troisième livre. Allez ! Plus que quelques jours à tenir avant d’obtenir les réponses à nos interrogations et peut-être préparer nos mouchoirs !

Dernière chose, Deadly Class est le fer de lance de l’offre Canal+ Séries disponible depuis mardi 12 mars. Les 8 premiers épisodes sont tous disponibles et ce 9ème épisode a été mis en ligne 24h après sa diffusion américaine.

EPISODE

- Episode : 1.09
- Titre  : Kids of the Black Hole
- Date de première diffusion : 13/03/2019 (Syfy) - 14/03/2019 (Canal+ Séries)
- Réalisateur : Wayne Yip
- Scénaristes : Rick Remender & Miles Orion Feldsott

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


American Gods : Review 2.02 The Beguiling Man
Love Death + Robots Saison 1 : Review de la série Netflix
Doom Patrol : Review 1.05 Paw Patrol
Star Trek Discovery : Review 2.09 Project Daedalus
Triple Frontiere : La review du film Netflix
Cinéma - Bandes Annonces : 22 mars 2019
Star Wars : La période du prochain film révélée ?
Avengers Endgame : Privilégier la surprise
The Suicide Squad : Qu’en est-il du film de James Gunn (...)
American Gods : Review 2.02 The Beguiling Man
Black Widow : Florence Pugh en négociation pour rejoindre le (...)
Stranger Things : La bande-annonce de la saison 3
Once Upon a Time in Hollywood : Bande-annonce et affiches pour le (...)
Arrow : Beth Schwartz signe un contrat plus global avec Warner (...)
La malédiction de la Dame Blanche : Le film sera connecté à (...)