448 connectés

Destroyer : La critique

Date : 18 / 02 / 2019 à 12h15
Sources :

Unification


Destroyed est un bon film présentant une Nicole Kidman méconnaissable et prodigieuse dans le rôle d’une flic bien fatiguée.

Une enquêtrice quinquagénaire enquête sur une exécution qui semble avoir un lien avec son passé troublé. Le scénario se focalise sur la policière et alterne flashbacks et temps présent afin de permettre de faire découvrir progressivement aux spectateurs les tenants et aboutissants d’une bien triste affaire.

Le long-métrage de Karyn Kusama n’est pas réellement divertissant et plonge le spectateur dans des endroits bien sombres. Il est marquant par son ambiance parfois délétère et surtout grâce à la prestation prodigieuse d’une comédienne incroyable.

Car l’œuvre repose complètement sur Nicole Kidman qui est éblouissante, à la fois en jeune femme ambitieuse, et en policière brisée dont le destin tient en haleine. Peu sympathique lorsqu’elle est âgée, grimée de façon spectaculaire et méconnaissable, la comédienne dévoile l’étendue de son talent dans un rôle dramatique qui lui vaudra sans aucun doute une nomination aux Oscars en 2019.

Le reste du casting est très bon avec Sebastian Stan impeccable en jeune agent infiltré et Toby Kebbell fascinant en gourou sectaire attiré par l’argent.

Karyn Kusama filme son actrice au plus près et tisse une toile dont on découvre l’étendue à l’issue d’une histoire captivante et à la fin magistrale. Il alterne très bien séquences intimistes, souvent centrées sur son personnage principal dont on suit les déambulations solitaires, et les scènes d’action. Car les deux principales ponctuant l’œuvre sont extrêmement bien faites et des plus efficaces.

La ville de Los Angeles et ses environs participent pleinement à l’ambiance poussiéreuse et étouffante régnant sur un récit écrasé par le soleil. Les lieux parfois désolés, à l’image de certains de ses habitants, apportent un voile crépusculaire brouillant encore plus le long métrage.

Destroyer est un film impressionnant qui montre une prestation de comédienne rare. Le malaise ressenti en voyant l’œuvre et l’atmosphère sordide et délétère planant dessus n’en font pas forcément un moment plaisant à passer. Néanmoins, la prestation de Nicole Kidman, époustouflante, irradie le long métrage et laisse une empreinte impérissable.

Dur et sec.

SYNOPSIS

La détective du LAPD Erin Bell a jadis infiltré un gang du désert californien, ce qui a eu de conséquences dramatiques. Lorsque le chef de la bande réapparaît, elle doit fouiller dans le passé pour se défaire de ses démons.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 02
- Titre original : Destroyer
- Date de sortie : 20/02/2019
- Réalisateur : Karyn Kusama
- Scénariste : Phil Hay, Matt Manfredi
- Interprètes : Nicole Kidman, Toby Kebbell, Tatiana Maslany, Sebastian Stan, Scoot McNairy, Bradley Whitford, Toby Huss, James Jordan
- Photographie : Julie Kirkwood
- Montage : Plummy Tucker
- Musique : Theodore Shapiro
- Costumes : Audrey Fisher
- Décors : Lisa Sonne, Kay Lee
- Producteur : Fred Berger, Matt Manfredi, Phil Hay pour Automatik Entertainment, 30WEST
- Distributeur : Metropolitan FilmExport

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Destroyer



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


La Maison de la mort : La critique
Chambord : La critique
Le chardonneret : La critique
Edith en chemin vers son rêve : La critique
Portrait de la jeune fille en feu : La critique
Crisis on Infinite Earths : Arrivée tonitruante de Tom Welling (...)
Battlestar Galactica : La nouvelle série de Peacock ne sera pas (...)
Undone : La Review de la Saison 1
Sauvés par le gong : Mark-Paul Gosselaar et Tiffani Thiessen (...)
Mosquito Coast : La série reçoit le feu vert d’Apple TV (...)
La Maison de la mort : La critique
L’Étrange Festival 2019 : Des films hors-compétition (...)
The Woods : Netflix commande sa deuxième série polonaise
Hogan’s Heroes : Une suite à la série Papa Schultz en (...)
Défis Fantastiques : La critique de la campagne Maudit Trésor (...)