227 connectés

True Detective Saison 3 : Le question-réponse avec Stephen Dorff

Date : 17 / 01 / 2019 à 08h30
Sources :

Unification


À l’issue de la projection du premier épisode de la saison 3 de la série True Detective, Stephen Dorff est venu répondre aux questions du public.

Vous pouvez retrouver la critique des deux premiers épisodes ICI.

- SITE OFFICIEL

Voici la retranscription des échanges passionnants qui ont eu lieu lors de cette session de questions-réponses très brillamment animée et traduite par la journaliste Charlotte Blum, spécialiste des séries télévisées. Cette dernière a d’ailleurs réalisée une série documentaire passionnante sur les réalisateurs de séries télévisées The Art of Television. Vous pouvez trouver la rencontre qu’Unification avait eu avec elle ICI et avoir un avis sur les épisodes 1 et 2, 3 et 4 et 5 et 6 en attendant prochainement ceux de la seconde saison qui compte 4 épisodes.

Vous pouvez aussi visualiser la vidéo en fin d’article.

Un grand merci à OCS d’avoir organisé une si belle soirée.

Comment avez-vous découvert la série ?

La saison 1 est incroyable et je me demandais qui était ce scénariste qui sortait de nulle part et qu’on ne connaissait pas avant. Je suivais les épisodes toutes les semaines. J’étais fan des acteurs, surtout de Matthew McConaughey, et de l’ambiance.

Est-ce que vous imaginiez comme nous chaque semaine ce qui allait se passer ?

Oui, je faisais des théories chaque semaine. J’étais complètement accro à la saison 1. Pour la saison 2, j’étais occupé, donc je ne l’ai pas vraiment regardée. Nic a mis 3 ans pour écrire la saison 3.

Qu’avez-vous pensé quand vous avez lu le script ?

Il était très petit quand je l’ai commencé et il est devenu plus gros au fur et à mesure. Je suis habitué aux scénarios de film. Et là, cela faisait au final un gros pavé à lire, comme un film de 8 heures. J’ai adoré regarder mon personnage vieillir. Dans les films, on tue untel, il y a une scène d’amour, et c’est le clap de fin. J’ai beaucoup aimé laisser mon personnage se déployer.

Comment avez-vous travaillé avec le showrunner et scénariste Nic Pizzolatto ?

C’est un grand leader, et un formidable créateur. Il est très intelligent. C’est un homme solide, radical et parfois intimidant, même pour moi. Je l’aime beaucoup et il m’a écrit sans doute le plus beau rôle que j’ai jamais eu. Il écrit avec beaucoup d’honnêteté.

Comment s’est passé votre travail avec Mahershala Ali ?

On s’est rencontré à l’aéroport de Los Angeles et j’étais très excité de travailler avec lui. Nous avions échangé des emails auparavant.

C’était facile de travailler avec lui. Nous avons commencé avec une scène simple, une scène de voiture. On avait une très belle alchimie dans les années 80. Attendez de voir notre collaboration sur les décennies suivantes. C’est un homme adorable, très sérieux qui s’entendait bien avec toute l’équipe. Et c’était un honneur de travailler avec lui pendant 7 mois.

Comment avez-vous trouvé une place dans cet univers à la voir noir et poétique ?

Il y a un très bel équilibre dans le scénario, mais je n’ai pas lu les scripts des deux saisons précédentes. (D’après la journaliste Charlotte Blum, ils faisaient plus de 500 pages, nda). J’ai été très remué par le script qui est très visuel et m’a fait ressentir pleins de choses. Nic a une qualité unique pour créer cet univers en y intégrant des éléments importants comme le temps, la vie, et l’amour.

Il a écrit l’un des meilleurs scripts que j’ai lu et qui est complètement original. On n’a pas l’impression de voir quelque chose que l’on a déjà vu plein de fois au cinéma ou à la télévision. C’était super de travailler avec quelque chose d’unique.

Parlez-nous un peu plus de ce scénario visuel ?

Il y avait une équipe incroyable sur ce projet et tout le monde était au top de ses capacités. Ils croyaient tous dans l’écriture de Nic. Quand on lit pour la première fois le script, on a pleins d’images qui viennent en tête, tellement il est détaillé.
Et quand on est arrivé en Arkansas, je me suis rendu compte qu’elles évoquaient les vrais paysages que l’on voyait sur le tournage.

Qu’est-ce que vous regardez à la télévision ?

J’ai adoré Escape at Dannemora et j’étais fasciné par cette évasion de prison. J’aime aussi Narcos saison 1 et 2. Et au cinéma, j’adore les films avec Tom Cruise.

Vous avez travaillé avec le réalisateur Jeremy Saulnier. Comment étaient vos rapports et quel est son apport à la série ?

Je l’adore. Il était là avec Nic quand on m’a casté pour le rôle.
J’adore son sens cinématographique. J’adore les 2 épisodes qu’il a fait qui sont très beaux. Il a décidé du ton et de l’esthétique de la série. C’est lui qui a fait venir le chef décorateur, la chef costumière et le chef opérateur. Il est obsédé par le cadre et l’esthétique.

Je me souviens du tournage d’une scène a priori toute simple et qu’on a refait plein de fois. La caméra devait faire un cadrage avec un angle de mon oreille. Mais on l’a refaite plusieurs fois, car le réalisateur voulait en fait juste filmer la montagne en arrière-plan.

C’est le premier réalisateur pour cette nouvelle saison de True Detective, et j’adore son esthétique. Nic a aussi réalisé un épisode. Il était très en confiance, faisait des choix radicaux. Il allait vite et savait ce qu’il voulait, car il avait tout écrit. Daniel Sackheim est habitué à travailler sur un projet pareil. La difficulté est que là, il y avait 3 réalisateurs et le créateur de la série et donc c’est finalement lui le patron. Mahershala Ali était étonné, car j’étais parfois confus quand je demandais quelque chose au réalisateur, puis j’allais voir Nic.

Comment la série a été tournée, endroit par endroit, période par période ?

Ils ont commencé par tourner dans les années 80 pendant 1 mois. Puis, alors qu’on s’y était bien habitué, on est passé aux années 90. On a alors changé de look. Ensuite, on a alterné les allers-retours entre les diverses périodes et celle de la fin, en 2015. Mahershala a commencé à tourner plus tôt pour cette période, car il avait les interviews des journalistes à faire et que je ne suis pas présent dans ces scènes. On a tourné lieu par lieu.

Quel est l’impact de la saison 1, car cette troisième saison la rappelle ?

J’aime beaucoup la saison 1. Je ne lis pas les critiques, mais chaque fois qu’on me parle, on évoque cela, que la saison 1 est réussie et la 2 moins. Cela blesse toujours Nic, car ce sont ses créations. On retrouve un binôme de flics avec cette fois une femme au premier plan. L’intrigue se passe sur 3 décennies et c’est une histoire criminelle. Le script entraînait parfois beaucoup de confusion, mais la façon dont la série est montée, cela la rend très facile à suivre. De plus, on repère bien les époques différentes grâce à la coiffure des deux personnages.

VIDÉOS

Rencontre avec Stephen Dorff :


Bande annonce :


© 2018 Home Box Office, Inc. All rights reserved. HBO ® and all related programs are the property of Home Box Office, Inc.


True Detective est Copyright © Lee Caplin / Picture Entertainment, Passenger et Anonymous Content Tous droits réservés. True Detective, ses personnages et photos de production sont la propriété de Lee Caplin / Picture Entertainment, Passenger et Anonymous Content.



 Charte des commentaires 


True Detective Saison 3 : Le question-réponse avec Stephen (...)
True Detective Saison 3 : La rencontre avec Stephen Dorff
True Detective Saison 3 : Une nouvelle bande annonce à travers le (...)
True Detective : La bande annonce de la saison 3 de la série (...)
True Detective : Une date et des photos pour la saison (...)
Swamp Thing : Un premier teaser alors que la production est (...)
Star Trek Picard : Trois nouveaux membres recrutés
Star Wars - l’Ascension de Skywalker : La fin changée en (...)
American Gods : Review 2.06 Donar the Great
Manifest : La série renouvelée pour une saison 2
Child’s Play : Une première image de Chucky
MacGyver : Peter Weller sera le ‘jumeau’ maléfique de (...)
Methusaleh : Jon Watts en négociation pour réaliser le film avec (...)
Lake Success : Jake Gyllenhaal pour la future série d’HBO
Goblin Slayer roman : La critique du tome 1