241 connectés

Hostiles : La critique

Date : 12 / 03 / 2018 à 13h00
Sources :

Unification


Hostiles est un western crépusculaire présentant le dernier voyage, à la fin du 19ème siècle, d’un chef Cheyenne mourant retournant sur les terres ancestrales de sa tribu.

Ce dernier, prisonnier depuis des années est escorté par quelques membres de la cavalerie qui doivent veiller à sa sécurité. L’histoire suit leur traversée du pays, alors qu’ils sont confrontés à la violence de ce dernier.

Une survivante du massacre de sa famille se joint à eux chemin faisant, et ce mélange improbable d’individus se met progressivement au diapason pour lutter contre les menaces extérieures.

Le long métrage de Scott Cooper s’éloigne des canons classiques du western pour se pencher sur la psyché des habitants des États-Unis, alors que le pays connaissait son essor technologique. Et que la propagation du chemin de fer entraîne insidieusement le changement des habitudes de vie des individus.

À travers les deux personnages principaux, c’est le glas d’une période qui est montrée. Celle de l’enfermement des Indiens dans les réserves et l’abandon progressif de leurs traditions ancestrales. Et la fin d’une cavalerie amenée à disparaître alors que la technologie rend les chevaux de moins en moins efficace contre les transports en acier.

Mais avec le personnage féminin principal, c’est aussi l’arrivée de la culture au sein des lieux isolés. Un mode de vie plus tournée vers la modernité que par l’appel d’espaces désertiques de moins en moins vides.

Le scénario intéressant de Scott Cooper est aussi une clé de compréhension de l’amour des armes à feu des Américains et de la violence couvée dont ils font preuve de temps en temps, véritable écho d’un passé sans miséricorde ou la survie du plus fort l’emportait.

Sa réalisation est très belle, montrant des plans magnifiés par la fort jolie photographie de Masanobu Takayanagi qui capte parfaitement la nature et les espaces grandioses traversés par les protagonistes.

Néanmoins, des scènes de tueries sont bien présentes dans l’histoire et entre attaques de Comanches, trappeurs isolés, tueurs sans états d’âme ou paysans, les rencontres se révèlent souvent létales. Et les femmes ne sont pas épargnées par une barbarie ambiante exacerbée par un environnement sauvage et souvent hostile.

Il faut saluer le très beau travail fait par Donald Graham Burt sur les décors et de Jenny Eagan sur les costumes. On a vraiment l’impression de se retrouver plus d’un siècle en arrière, alors que beaucoup de choses restent à construire, mais que le cœur des humains du passé est identique au notre.

Le long métrage a une véritable ambiance renforcée par les atermoiements crédibles des personnages. Ces derniers sont d’ailleurs parfaitement interprétés.

Le trio principal a une alchimie fonctionnant très bien. Et tant Christian Bale en capitaine désabusée, Rosamund Pike en femme brisée que Wes Studi en chef déclinant, les relations qui s’installent entre eux participent pleinement à l’intérêt du récit.

D’ailleurs une partie des dialogues sont prononcés en langue Cheyenne, permettant à ces mots du passé de trouver une nouvelle vie.

Hostiles est un film puissant ne laissant pas indifférent. À travers une galerie de portraits divers, c’est l’esprit d’un pays en construction que l’on perçoit, doublé d’une étude psychologique toujours d’actualité. Une œuvre captivante bénéficiant d’une grande mise en scène et d’un trio d’acteurs formidables.

Impitoyable et touchant.

SYNOPSIS

En 1892, le capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre devenu gardien de prison, est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre Cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales. Peu après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à eux dans leur périple.
Façonnés par la souffrance, la violence et la mort, ils ont en eux d’infinies réserves de colère et de méfiance envers autrui. Sur le périlleux chemin qui va les conduire du Nouveau-Mexique jusqu’au Montana, les anciens ennemis vont devoir faire preuve de solidarité pour survivre à l’environnement et aux tribus comanches qu’ils rencontrent.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 13
- Titre original : Hostiles
- Date de sortie : 14/03/2018
- Réalisateur : Scott Cooper
- Scénariste : Scott Cooper
- Interprètes : Christian Bale, Rosamund Pike, Wes Studi, Adam Beach, Ben Foster, Jonathan Majors, Rory Cochrane, Jesse Plemons
- Photographie : Masanobu Takayanagi
- Montage : Tom Cross
- Musique : Max Richter
- Costumes : Jenny Eagan
- Décors : Donald Graham Burt
- Producteur : Ken Kao, John Lesher, Scott Cooper pour Waypoint Entertainment
- Distributeur : Metropolitan FilmExport

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Hostiles



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


La nonne : La critique
Climax : La critique
Leave no Trace : La critique
Avant l’aurore : La critique
Vaurien : La critique
One% : la critique du jeu de rôle motorpunk
Bandes Annonces & Co : 20 septembre 2018
Loki / La Sorcière Rouge : Des séries télé pour le service de (...)
Captain Marvel : Plus haut, plus loin, plus vite
Charlie’s Angels : Patrick Stewart au casting du reboot des (...)
Red Sonja : Bryan Singer à la réalisation ?
Bojack Horseman : Review saison 5
Netflix - Bandes annonces : 19 septembre 2018
Albin-Michel : Lancement de la collection Imaginaire
La nonne : La critique