378 connectés

Chavelas Vargas : La critique

Date : 10 / 11 / 2017 à 09h30
Sources :

Unification


Chavelas Vargas est un excellent documentaire sur la chanteuse Mexicaine ayant marqué son pays, et le monde entier, de sa présence et son empreinte vocale.

En effet, cette dernière a eu une existence incroyable et a chanté des chansons qui n’ont pas pris une ride et sont d’une puissance incroyable.

Le documentaire alterne interviews de la chanteuse et de ceux qui l’on connu avec des images d’archives du Mexique à diverses périodes, de concerts et d’évènements captés.

Le très bon montage de Carla Gutierrez permet de suivre avec un grand intérêt de destin de cette chanteuse qui a défrayé la chronique, ouvert de nombreuses portes aux femmes et rempli des salles pleines d’admirateurs aux anges.

Et pourtant, rien dans la famille ne la prédestinait à une carrière d’artiste, spécialisée dans la musique mexicaine Ranchera. Cette dernière est née au Costa Rica en 1919 et est allée au Mexique dans les années 40 pour chanter dans les bars.

C’est sa rencontre avec le compositeur et célèbre chanteur de rancheras José Alfredo Jimenez qui va lui permettre d’interpréter certaines de ses chansons les plus célèbres des 80 albums qu’elle a enregistré en 50 ans de carrière.

Ses prestations ont d’ailleurs été en dents de scie avec une interruption d’une quinzaine d’années pour cause de forte addiction à l’alcool. Un démon qu’elle s’est décidée à combattre pour continuer à chanter.

Aussi, si pour beaucoup, elle était décédée, son retour sur scène a été magique et a relancé une carrière internationale impressionnante.

Le personnage est vraiment intense, charismatique et lumineux et les passages où on la voit chanter sont envoûtants. Pedro Almodovar qui est un fan inconditionnel, il a beaucoup utilisé ses chansons dans ses films, s’est battu pour qu’elle puisse chanter dans de grands théâtres, notamment l’Olympia à Paris. Son amitié transpire de ses propos émus lorsqu’il s’exprime sur la chanteuse disparue.

D’ailleurs, tous les intervenants nous font revivre avec leurs souvenirs l’image d’une femme intense et généreuse, parcourue ponctuellement de colère et de violence, et sachant rebondir par amour et appel de la musique.

Toutefois, si la carrière de Chavelas force l’admiration et donne envie d’écouter ses titres, cette dernière a aussi révolutionné l’image de la femme au Mexique. En effet, elle a choqué et attiré les regards sur elle en se mettant à porter des pantalons et à apparaître sur scène en pancho.

Et sa réputation de séductrice reste dans les annales, alors qu’elle a envoûté nombre de femmes de la haute société et a fini avec Ava Gardner lors du mariage d’Elizabeth Taylor pour laquelle elle avait chanté.

Cette femme complexe et passionnée a eu une vie incroyable et avait une notion de l’amour particulière qu’elle décrit fort justement dans ses chansons d’une beauté poignante. Elle a toujours su s’accommoder de la solitude qui l’a accompagné et l’a parfaitement apprivoisée au fil du temps.

Son humour, sa joie de vivre et de chanter et ses fêlures qu’elle a gardées toute sa vie, notamment liées au manque d’amour de ses parents, en font un personnage d’une grande profondeur. Et capable en quelques paroles susurrées ou chantées, de sa voix marquante, d’apaiser nos propres tourments intérieurs.

De plus, il faut souligner le très beau traitement apporté aux passages chantés du documentaire. Les paroles s’écrient élégamment en français au côté de l’artiste qui les exprime en espagnol, permettant au public non hispanophone de comprendre la puissance des textes.

Chavelas Vargas est un formidable documentaire à voir de toute urgence pour découvrir une immense femme, une superbe chanteuse et une leçon de vie forçant l’admiration. On ne peut sortir indifférent du visionnage de ce long métrage aussi passionnant qu’un thriller et réservant des rebondissements spectaculaires que seule la vie peut apporter.

Extraordinaire et incroyable.

SYNOPSIS

De Frida Kahlo à Pedro Almodovar, artiste inspirante et inspirée, ce récit composé d’images rares révèle une femme à la vie iconoclaste et d’une modernité saisissante.
Figure de proue de la musique mexicaine Ranchera, CHAVELA VARGAS, restera à jamais empreinte de récits et de légendes. Chavela s’est-elle vraiment glissée tard dans la nuit dans les chambres des maris pour leur voler leur femme ?
S’est elle vraiment enfuie avec Ava Gardner au mariage de Elisabeth Taylor ? Avant son retour triomphant en Espagne grâce au soutien et à l’admiration de Pedro Almodovar, elle avait arrêté de chanter pendant si longtemps que les gens avaient cru qu’elle était morte. Vêtue comme un homme, fumant et buvant comme un homme, portant un pistolet, CHAVELA n’a cessé d’affirmer sa liberté, sa singularité, son identité et sa passion pour la musique et les textes engagés.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 30
- Titre original : Chavela
- Date de sortie : 15/11/2017
- Réalisateur : Catherine Gund, Daresha Kyi
- Interprètes : Chavela Vargas, Pedro Almodóvar, Elena Benarroch, Miguel Bosé, Liliana Felipe, Laura García-Lorca, Mariana Gyalui, Jose Alfredo Jimenez Jr., Patria Jiménez Flores
- Photographie : Natalia Cuevas, Catherine Gund, Paula Gutiérrez Orio
- Montage : Carla Gutierrez
- Musique : Gil Talmi
- Producteur : Catherine Gund, Daresha Kyi pour Aubin Pictures
- Distributeur : Bodega Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Chavelas Vargas



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Argent amer : La critique
Justice League : La critique
La lune de Jupiter : La critique
Le Musée des Merveilles : La critique
Coco : La critique

Justice League : La part des reshoots de Joss Whedon
Future Man : Review des premiers épisodes de la saison (...)
Rampage : La première bande annonce
Wonder Woman 2 : Gal Gadot confirme que Brett Ratner n’est (...)
Deadpool 2 : Quand Rob Liefeld rencontre Cable
Trailers voDvd & co : 17 novembre 2017
Argent amer : La critique
Drifter : La critique du tome 3
Bandes Annonces & Co : 17 novembre 2017
Star Wars - Les derniers Jedi : Le rouge domine toujours autant (...)