Star Wars - The Acolyte : Critique 1.01 et 1.02

Date : 08 / 06 / 2024 à 14h00
Sources :

Unification


STAR WARS – THE ACOLYTE

- Date de diffusion : 05/06/2024
- Plateforme de diffusion : Disney+
- Épisodes : 1.01 et 1.02
- Créateur : Leslye Headland
- Auteurs : Leslye Headland ; Jason Micallef ; Charmaine DeGrate ; Jasmyne Flournoy ; Eileen Shim ; Claire Kiechel ; Kor Adana ; Cameron Squires ; Jocelyn Bioh ; Jen Richards
- Réalisateurs : Leslye Headland ; Kogonada ; Alex Garcia Lopez ; Hanelle Culpepper
- Interprètes : Amandine Stenberg ; Lee Jung Jae ; Manny Jacinto ; Dafne Keen ; Charlie Barnett ; Jodie Turner-Smith ; Rebecca Henderson ; Dean-Charles Chapman ; Joonas Suotamo ; Carrie-anne Moss

LA CRITIQUE

Avant toute chose il semble important de contextualiser The Acolyte. Depuis 5 ans, Disney a eu à cœur de développer sa propre époque de la Haute République. Avec des romans et des comics. Ils ont fait le choix d’inventer tout un pan du passé des films Star Wars. Cette série s’inscrit dans cette timeline.

Portée par Leslye Headland, cette création originale se déroule à une période faste de la République durant laquelle l’Ordre Jedi règne en maître dans la gestion des conflits au sein de ce système.

Le hic, il y a une tueuse de Jedi dans la nature, qui s’en est prise dès l’introduction à Maître Indara, avec succès. Nous allons donc suivre la constitution de l’équipe d’enquête ainsi que notre héroïne, principale suspecte car sosie de la tueuse.

Nouveauté et Classicisme

De l’inédit ici. Tout d’abord le carton d’introduction préféré au texte défilant habituel. Ensuite, les combats sans sabre laser, plutôt correctement chorégraphiés dans l’ensemble et bien entendu cette période précise, un siècle avant l’Empire.

En revanche, que ce soit dans la construction et la narration, Dieu que l’ensemble manque cruellement d’originalité pour le moment. Des Jedis différents mais correspondant à des archétypes vus et revus : le frimeur, le sage, l’érudit discrète.

Visuel et incohérences

Au niveau esthétique, malgré un travail dans les décors intérieurs précis, on retrouve très vite le défaut des mauvaises productions SW récentes, la claustrophobie. Un deuxième épisode en quasi huis clos entre les rues, le vaisseau et le temple Jedi. Du budget visible pour les effets visuels mais peu d’ambition quant à la mise en scène globale.

Et que dire des incohérences incessantes de ces séries Star Wars. The Acolyte n’y échappe pas. Entre les visions de Osha d’une personne visiblement vivante, le fait de faire l’enquête avec la troupe Jedi alors qu’elle est suspecte, de laisser partir un complice d’un potentiel cerveau visant à exterminer des Jedis, de la temporalité des plus incompréhensibles... Il y a une fainéantise d’écriture inquiétante pour une série ambitieuse.

Pour le moment , le jeu des acteurs est pour le moins inégal, afin de faire dans l’euphémisme positif. Un début faible, faisant le minimum syndical avec des ficelles bien trop grosses et des défauts bien trop visibles pour être satisfaisant.

BANDE ANNONCE - EXTRAITS


Les films et séries TV sont est Copyright © Lucasfilm Tous droits réservés. Les films, les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Lucasfilm.



 Charte des commentaires 


Star Wars - The Acolyte : Critique 1.03
Star Wars - The Acolyte : Critique 1.01 et 1.02
Star Wars - Tales of The Empire : Critique de la première (...)
Star Wars - The Bad Batch : Critique 3.15 La Cavalerie (...)
Star Wars - The Bad Batch : Critique 3.14 En Ligne de (...)
The Instigators : La bande annonce d’un braquage qui tourne (...)
The Boys : La critique des trois premiers épisodes de la saison (...)
Blade : Le reboot maudit de Marvel Studios ?
Doctor Who : Critique 1.08 La légende de Ruby Sunday
Mission Impossible 8 : Tom Cruise a prévenu Shea Whigham
Star Wars Outlaws : La nouvelle bande annonce et 10 minutes de (...)
Annecy Festival 2024 : Rencontre avec Adam Elliot, Cristal du (...)
Those About to Die : La bande annonce
Que la bête meure : La critique
Star Trek : La lettre de fête des pères de Julie Nimoy