Becoming Father : La critique

Date : 23 / 07 / 2022 à 11h00
Sources :

Unification


BECOMING FATHER

- Date de sortie : 27/07/2022
- Titre original : Miyamoto kara Kimi e
- Durée du film : 2 h 08
- Réalisateur : Tetsuya Mariko
- Scénaristes : Tetsuya Mariko, Takehiko Minato d’après l’œuvre de Hideki Arai
- Interprètes : Sosuke Ikematsu, Yû Aoi, Tokio Emoto, Kanji Furutachi, Hidetoshi Hoshida, Wataru Ichinose, Arata Iura, Kenichi Matsuyama

LA CRITIQUE

C’est après avoir adapté en série le manga d’Hideki Arai, montrant le personnage principal avant sa rencontre avec celle qu’il aime, que le réalisateur Tetsuya Mariko s’est focalisé sur le cœur de l’intrigue du livre avec ce très beau Becoming Father.

Le scénario de Tetsuya Mariko et de Takehiko Minato présente un jeune employé qui va tomber amoureux d’une femme un peu plus âgée que lui qui va l’utiliser pour se débarrasser d’un ex encombrant. Toutefois, l’amour et la volonté du jeune homme va les rapprocher, alors qu’une terrible situation va être le déclencheur de grands changements.

L’interprète principal Sosuke Ikematsu, qui jouait déjà le rôle dans la série, est remarquable. Ce dernier est tout à fait convaincant en homme follement amoureux qui va tomber dans une masculinité toxique, tout en essayant de s’en extirper pour se dévouer à la femme qu’il aime. Celle-ci est magnifiquement interprétée par Yû Aoi proposant le portrait très intéressant d’une femme moderne et combative qui n’est pas insensible aux efforts de celui qui lui fait la cour.

Le film de Tetsuya Mariko bénéficie d’une double temporalité vraiment intéressante. Une série de flashbacks linéaires permet de se plonger dans le passé des protagonistes principaux que l’on découvre dans une situation délicate. Avec des petites touches subtiles, le spectateur comprend enfin la raison pour laquelle cette romance a évolué d’une telle manière et les traumatismes des différents personnages.

Attention toutefois. L’œuvre est interdite aux moins de 12 ans, toutefois au moins deux séquences sont particulièrement marquantes, voire horrifiques. La mise en scène est d’ailleurs remarquable, mais les événements narrés sont perturbants.

Il est vraiment facile de rentrer dans le long métrage et de découvrir au fil du temps comment les personnages se sont rapprochés et la raison de l’explosion de violence de celui principal que l’on découvre dès la première minute du film.

Néanmoins, il s’agit avant tout d’une très belle histoire d’amour. Et si elle parle de comportements non adaptés et parfois impardonnables, la jeune femme, entourée de plusieurs hommes toxiques, fait propres choix et les assume complètement

Becoming Father est un très bon film montrant les grandes qualités d’un jeune réalisateur, Tetsuya Mariko, qui propose une très belle adaptation d’un manga qui a visiblement marqué les Japonais. Avec une histoire captivante, une réalisation jouant complètement sur la temporalité et un duo de comédiens formidables, l’œuvre s’émancipe de ce qu’on a l’habitude de voir traditionnellement et propose un surprenant portrait de couple restant longtemps en mémoire.

Curieux et sincère.

SYNOPSIS

Maladroit et naïf, Miyamoto, jeune salaryman d’une entreprise de papeterie, tombe amoureux de l’énigmatique Yasuko. Celle-ci utilise Miyamoto pour se débarrasser d’un petit ami indésirable, mais finit par s’attacher au zèle de son admirateur. Alors que leur relation est mise à rude épreuve, Miyamoto s’enferme dans un cycle d’extrême violence pour sauver son honneur et reconquérir Yasuko…

Une histoire d’amour et de vengeance adaptée du manga culte de Hideki Arai.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Hidetoshi Shinomiya
- Musique : Shoji Ikenaga
- Producteur : Junko Sato pour Star Sands
- Distributeur : Capricci Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Becoming Father



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Nope : La critique
One Piece Red : La critique
Dodo : La critique
Bullet Train : La critique
L’année du requin : La critique
Nope : La critique
Black Panther - Wakanda Forever : Un nouveau regard sur (...)
The Killer : Omar Sy en nouveau tueur pour John Woo et (...)
Luck : La critique du film
Those About to Die : Des Gladiateurs dirigés par Roland Emmerich (...)
Max Headroom : Le retour d’un personnage emblématique pour (...)
Outlander : Un préquel nommé Blood of My Blood pour StarzPlay
Warhammer - Mort sur le Reik : La suite de la campagne de (...)
Netflix - Bandes annonces : 7 août 2022
Prey : La critique du film