Westworld : Critique 4.02 Well Enough Alone

Date : 03 / 07 / 2022 à 14h30
Sources :

Unification


WESTWORLD

- Date de diffusion : 27/06/2022
- Plateforme de diffusion : OCS
- Épisode :4.02 Well Enough Alone
- Réalisateur : Craig William Macneill
- Scénariste : Matthew Pitts & Christina Ham
- Interprètes : Evan Rachel Wood, Thandiwe Newton, Jeffrey Wright, Ariana DeBose, Tessa Thompson, Aaron Paul, Jame Marsden, Ed Harris

LA CRITIQUE

Chaque saison de Westworld est construite comme une partie d’échec ; c’est-à-dire qu’elles sont construites en trois temps : l’Ouverture stratégique, le milieu de partie et le duel de Rois. Dans ce cadre, les deux premiers épisodes font office d’ouverture de partie. Ainsi, les deux premières heures montrent le déploiement des pièces et pions par de grands forces antagonistes parmi lesquelles figurent Dolores Wyatt – via William et Delos.

En premier lieu, le premier épisode constituait un état des lieux du positionnement de chaque personnage et montrait le premier mouvement d’ouverture – celle de William et Maeve. Ce premier mouvement permettait de mettre en lumière l’objectif de la saison.

Une bonne histoire nécessite un objectif identifié et exposé clairement vers laquelle converge tous les personnages. Celle de la saison, voire de Westworld, est la survivance. Et celle-ci passe par une clé qui ouvre les portes d’une dimension parallèle dénommé " Sublime ".

D’un côté, elle constitue un jardin d’Eden salutaire pour les consciences robotiques. D’un autre côté, elle est la clé ouvrant la porte à l’immortalité pour les consciences humaines.

En second lieu, en filant la métaphore de la partie d’échec, le 2ème épisode poursuit l’ouverture avec les premières synergies entre les matériels (Pièces, pions) de chaque camp, qui vont progresser sur l’échiquier Westworld / Futurworld.

Ces premières rencontres et connexions sont l’occasion pour les showrunners de commencer à donner de l’épaisseur à l’intrigue, compte tenu du saut temporel (8 ans) avec la dernière saison. Le parti-pris narratif de faire l’impasse sur la guerre civile anti-réoboham a besoin d’être justifié bien que rien n’indique que cette guerre ne soit pas explorée plus tard.

En effet, le titre « les augures » du premier épisode, rappelle une des grandes signatures narratives de Westworld : le chevauchement de plus timeline au sein des saisons. Durant la Rome anrtique, les augures désignaient les prêtres spécialisés dans l’art de la divination, c’est-à-dire l’art de lire dans les évènements à venir.

Outre la timeline, pour que l’histoire prenne réellement de l’épaisseur, l’objectif, nécessaire à la narration, est au service d’un principe directeur. Celui de Westworld porte sur le libre arbitre de toute forme de vie consciente.

Superbement traité dans les deux premières saisons, celui-ci a été plus en retrait durant la saison 3 au profit d’un propos plus anarchique, conspirationniste et survivaliste proche des thématiques du Terminator Cameronien, avec une touche de fight club. Encore en retrait, Westworld gagnerait à tisser son arc narratif autour de ce principe directeur afin de corriger les écueils et manquements propres à la 3ème saison.

Si au niveau narratif, le premier épisode faisait office d’état des lieux des forces en présence, la deuxième heure apporte un mouvement qui fait progresser l’histoire en ouvrant des sous-intrigues qui annoncent une belle épopée et des escarmouches.

Vu le rythme de Westworld, l’ouverture stratégique s’achèvera sûrement au 3ème épisode dont le but sera de préparer le milieu de partie. Aux échecs, le milieu de partie comprend les duels et altercations entre les forces antagonistes pour l’obtention de positions centrales avec des échanges et des sacrifices - nécessaires pour mieux attaquer le Roi adverse.

SYNOPSIS

A Westworld, un parc d’attractions dernier cri, les visiteurs paient des fortunes pour revivre le frisson de la conquête de l’Ouest. Dolores, Teddy et bien d’autres sont des androïdes à apparence humaine créés pour donner l’illusion et offrir du dépaysement aux clients. Pour ces derniers, Westworld est l’occasion de laisser libre-cours à leurs fantasmes. Cet univers bien huilé est mis en péril lorsqu’à la suite d’une mise à jour, quelques robots commencent à adopter des comportements imprévisibles, voire erratiques. En coulisses, l’équipe, qui tire les ficelles de ce monde alternatif, s’inquiète de ces incidents de plus en plus nombreux. Les enjeux du programme Westworld étant énormes, la Direction ne peut se permettre une mauvaise publicité qui ferait fuir ses clients. Que se passe-t-il réellement avec les androïdes ré-encodés ?

BANDE ANNONCE



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Westworld : Critique 4.06 Fidelity
Westworld : Critique 4.05 Zhuangzi
Westworld : Critique 4.04 Generation Loss
Westworld : Critique 4.03 Annees Folles
Westworld : Critique 4.02 Well Enough Alone
Nope : La critique
Black Panther - Wakanda Forever : Un nouveau regard sur (...)
The Killer : Omar Sy en nouveau tueur pour John Woo et (...)
Luck : La critique du film
Those About to Die : Des Gladiateurs dirigés par Roland Emmerich (...)
Max Headroom : Le retour d’un personnage emblématique pour (...)
Outlander : Un préquel nommé Blood of My Blood pour StarzPlay
Warhammer - Mort sur le Reik : La suite de la campagne de (...)
Netflix - Bandes annonces : 7 août 2022
Prey : La critique du film