Domingo et la brume : La critique

Date : 25 / 05 / 2022 à 12h15
Sources :

Unification


DOMINGO ET LA BRUME

- Date de sortie : Prochainement
- Titre original : Domingo Y La Niebla
- Durée du film : 1 h 32
- Réalisateur : Ariel Escalante Meza
- Scénariste : Ariel Escalante Meza
- Interprètes : Carlos Ureña, Sylvia Sossa, Esteban Brenes Serrano, Aris Vindas

LA CRITIQUE

Domingo et la brume est un bon film costaricien qui présente un homme particulier voulant garder sa ferme, un endroit où il a une étrange relation avec la brume qui parcourt régulièrement les lieux.

Le scénario du réalisateur Ariel Escalante Meza présente un homme vivant dans une petite ferme isolée. Le lotissement où il se trouve doit être rasé pour faire passer une nouvelle autoroute et celui-ci refuse de céder aux menaces utilisées par l’entrepreneur. Carlos Ureña est vraiment impressionnant en homme prêt à tout pour rester là où il est. Sylvia Sossa, qui incarne sa fille, est touchante. Et Esteban Brenes Serrano et Aris Vindas sont très intéressants dans les rôles de ses meilleurs amis.

Le film d’Ariel Escalante Meza tourne autour de son protagoniste principal que l’on voit essayer de vivre malgré les événements. En effet, les menaces de plus en plus présentes vont être bien compliquées à gérer pour lui, alors que ses amis sont aussi confrontés au choix de céder leurs habitations et leurs terres ou de rester au péril de leurs vies.

À travers cette histoire avant tout humaine, c’est aussi une dénonciation du comportement des promoteurs qui se soucient bien peu des populations concernées par leurs projets et n’hésitent pas à employer des gros-bras armés. Sans compter qu’il s’agit avant tout d’une population peu aisée qui se retrouve confrontée à leurs exactions et qui n’a pas beaucoup de recours pour se défendre contre des agissements parfois criminels.

De plus, la qualité du film doit aussi beaucoup à l’étrange relation que le protagoniste principal a avec la brume. En effet, celle-ci se déploie régulièrement au cœur de scènes particulièrement spectaculaires.

En effet, la brume se répand aussi bien dans des vallées que dans la forêt, dans la maison du protagoniste principal, que dans le lit des rivières. Cette dernière est merveilleusement filmée et la fort belle photographie de Nicolás Wong Díaz lui rend un bien bel hommage. On a vraiment l’impression qu’elle est vivante et on croit à cette étrange relation qui unit le personnage principal avec elle. D’autant que les paysages naturels sont parfois enchanteurs et forment un contraste saisissant avec leur transformation, et disparition, inéluctable liée au développement du pays.

Domingo et la brume est un bon film présentant un personnage attachant que l’on suit au crépuscule de sa vie. Avec une histoire permettant de montrer les malversations de certains promoteurs, une réalisation qui capte la brume et lui donne une grande dimension poétique comme rarement montrée et une ambiance étonnante, l’œuvre est singulière et hante longtemps les esprits.

Insolite et entêtant.

Le film est en sélection officielle à Un Certain Regard au Festival de Cannes 2022.

SYNOPSIS

Dans les montagnes tropicales du Costa Rica, Domingo, qui a perdu sa femme, possède une terre convoitée par des entrepreneurs, déterminés à construire une nouvelle autoroute. Multipliant les actes d’intimidation, ils délogent les habitants les uns après les autres. Mais Domingo résiste car cette terre renferme un secret mystique.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Nicolás Wong Díaz
- Montage : Lorenzo Mora Salazar
- Musique : Alberto Torres
- Producteur : Felipe Zúñiga Sanchez, Nicolás Wong Díaz, Gabriela Fonseca Villalobos, Julio Hernández Cordón, Ariel Escalante Meza pour Doha Film Institute, Incendio Cine
- Distributeur : Epicentre Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Domingo et la brume



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Peter von Kant : La critique
Thor - Love and Thunder : La critique
Les Minions 2 - Il était une fois Gru : La critique
The Sadness : La critique
As Tears Go By - Ainsi vont les larmes : La critique
Peter von Kant : La critique
Tom Swift : La série victime de la vente de The CW... et de ses (...)
The Horror of Dolores Roach : Nouvelles annonces de casting pour (...)
The Girls on the Bus : Melissa Benoist confirmée pour la série (...)
Un Slasher dont vous êtes le héros : Prenez la place d’une (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 6 juillet 2022
Thor - Love and Thunder : La critique
The Flash : Un échange de bon procédé entre Warner Bros et Ezra (...)
Star Trek - Strange New Worlds : La saison 2 sera Klingonne ou ne (...)
Monsterverse : Premières annonces de casting pour la série (...)