740 connectés

Cruella : La critique

Date : 20 / 06 / 2021 à 12h15
Sources :

Unification


Cruella est un excellent film Disney qui revient sur l’origine du personnage rendu célèbre dans le dessin animé Les 101 dalmatiens.

Le scénario de Tony McNamara, Dana Fox, Steve Zissis, Kelly Marcel, Aline Brosh McKenna et de Jez Butterworth revient sur la vie de Cruella et sur la manière dont celle-ci est devenue cette femme acerbe et parfois méchante. Néanmoins, le personnage s’éloigne un peu de celle que l’on a pu connaître par la suite et il n’est pas impossible, que, à l’image de Maléfique, son personnage soit quelque peu réhabilité. D’ailleurs, le changement de direction se laisse deviner dans une scène supplémentaire qui se niche dans le générique final du long métrage. De plus, une suite est déjà annoncée.

L’écriture est très belle et fait référence, parfois subtilement, à la Cruella du dessin animé. Tout cela est toujours très bien amené et ravira les spectateurs les plus attentifs.

Le film de Craig Gillespie est franchement brillant. La mise en scène est inventive et d’une grande créativité, à l’image des deux protagonistes qui s’affrontent dans le milieu de la mode. On retrouve parfois un peu de Le diable s’habille en Prada dans l’intrigue. En effet, le personnage principal va travailler pour la grande reine de ce milieu et en subit les désirs de plein fouet. Néanmoins, elle va avoir envie de s’émanciper d’une façon plutôt spectaculaire et son alter ego Cruella va essayer d’attirer la presse et le grand public de son côté.

L’œuvre mélange plusieurs genres. On trouve ainsi le film de casse, l’étude sociale, le milieu du monde du travail ou encore la vengeance. Alors que les thématiques tournent autour de la famille et de l’amitié, mais aussi de la passion, du pouvoir et de ce que l’on est prêt à faire pour arriver au sommet.

Le long métrage est porté par deux actrices exceptionnelles. Emma Stone est impressionnante en jeune femme passionnée par la mode voulant devenir la meilleure et découvrir la raison de la disparition de sa mère. La comédienne est particulièrement impressionnante dans les deux personnalités qu’elle possède et la manière dont elle a réussi à exploiter ses capacités.

Emma Thompson crève littéralement l’écran à chacune de ses apparitions. Elle a une présence particulièrement imposante et fait complètement croire à son personnage amoral ne reculant devant rien pour rester au plus haut. Sa prestation d’antagoniste d’anthologie pourrait bien lui valoir des prix à venir.

Les deux comédiennes sont impeccables et fonctionnent parfaitement ensemble. Leur affrontement se trouve au cœur du récit et tient toujours toutes ses promesses.

Joel Fry est très bon en meilleur ami de la jeune femme ayant souvent des idées pour essayer d’avoir un coup d’avance. Paul Walter Hauser l’est tout autant dans le rôle de son autre meilleur ami qui veut toujours s’enrichir d’une manière ou d’une autre. Les trois jeunes gens forment une étonnante famille particulièrement attachante veillant les uns sur les autres.

Kirby Howell-Baptiste est très bonne en jeune journaliste voulant écrire la vérité. Et Mark Strong est vraiment intéressant en chef de la sécurité de la reine de la mode.

De nombreux effets spéciaux sont parfaitement intégrés dans la trame narrative. Certains concernent d’ailleurs les animaux que l’on voit à l’écran, leur permettant de faire des cascades impressionnantes. Les chiens sont évidemment à l’honneur du film. L’un d’entre eux appartenant à Cruella, le second à son ami proche et les dalmatiens à la femme qu’elle admire et déteste à la fois. Les animaux sont de véritables personnages à part entière et ont une grande utilité dans les événements qui se déroulent dans le récit.

De nombreuses séquences ne seraient pas aussi impressionnantes et marquantes sans le formidable travail sur les décors de Fiona Crombie. Les lieux sont très variés, les espaces impeccablement aménagés et les bals et défilés qui ponctuent l’œuvre sont de toute beauté.

Quant aux costumes de Jenny Beavan, ils sont époustouflants. On en prend vraiment plein les yeux et quelques robes sont d’une beauté incroyable. L’intrigue se déroule au 20ème siècle en Angleterre, et montre un milieu particulièrement foisonnant dans lequel les créations des deux femmes s’affrontent en tout endroit.

La photographie de Nicolas Karakatsanis est magnifique. Elle apporte une véritable touche supplémentaire à un visuel très travaillé que l’on prend grand plaisir à découvrir. Le montage de Tatiana S. Riegel est aussi très bon. On suit sans aucun problème les aventures des divers protagonistes, notamment au cours de leurs effractions qui sont toujours particulièrement plaisantes à voir.

La composition de Nicholas Britell est aussi très bonne. Elle accompagne à merveille les péripéties du personnage principal et la montée en puissance de son double bien moins sympathique.

Cruella est un film excellent qui possède non seulement de l’humour bien noir, mais ose montrer des personnages qui ne sont jamais complètement positifs. Avec une histoire formidablement écrite, une réalisation proposant des séquences incroyables, un duo d’actrice splendide et un travail visuel envoûtant, on ne voit jamais passer le temps devant l’histoire de cette femme brillante prête à tout pour se hisser au sommet.

Une destinée hors du commun qui est une véritable inspiration, surtout si on passe sur les côtés les plus sombres du personnage, et qui valorise la volonté, la création et le travail. Mais aussi l’amitié, la famille et la débrouillardise.

Impressionnant et captivant.

SYNOPSIS

Londres, années 70, en plein mouvement punk rock. Escroc pleine de talent, Estella est résolue à se faire un nom dans le milieu de la mode. Elle se lie d’amitié avec deux jeunes vauriens qui apprécient ses compétences d’arnaqueuse et mène avec eux une existence criminelle dans les rues de Londres. Un jour, ses créations se font remarquer par la baronne von Hellman, une grande figure de la mode, terriblement chic et horriblement snob. Mais leur relation va déclencher une série de révélations qui amèneront Estella à se laisser envahir par sa part sombre, au point de donner naissance à l’impitoyable Cruella, une brillante jeune femme assoiffée de mode et de vengeance…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 14
- Titre original : Cruella
- Date de sortie : 23/06/2021
- Réalisateur : Craig Gillespie
- Scénariste : Tony McNamara, Dana Fox, Steve Zissis, Kelly Marcel, Aline Brosh McKenna, Jez Butterworth d’après l’œuvre de Dodie Smith
- Interprètes : Emma Stone, Emma Thompson, Paul Walter Hauser, Emily Beecham, Joel Fry, Kirby Howell-Baptiste, Mark Strong, Jamie Demetriou
- Photographie : Nicolas Karakatsanis
- Montage : Tatiana S. Riegel
- Musique : Nicholas Britell
- Costumes : Jenny Beavan
- Décors : Fiona Crombie
- Producteur : Kristin Burr, Andrew Gunn, Marc Platt pour Walt Disney Company
- Distributeur : The Walt Disney Company France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Cruella



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


American Nightmare 5 - Sans limites : La critique
Pour l’éternité : La critique
Le Tour du monde en 80 jours : La critique
Milla : La critique
Jungle Cruise : La critique
What if...? : Une nouvelle vidéo montre de nouvelles images de la (...)
Star Wars - The Bad Batch : Review 1.14 War Mantle
American Nightmare 5 - Sans limites : La critique
Batgirl : J.K. Simmons de retour dans le DCTV ?
Sweet Tooth : Netflix commande une saison 2
American Horror Story - Double feature : Une affiche et une bande (...)
Breathe : Florencia Lozano & Juan Pablo Espinosa pour la (...)
Assassin’s Creed Fragments : Le roman de La Lame (...)
Netflix - Bandes annonces : 1er août 2021
Hawkeye : Les studios Marvel donnent une date pour le lancement (...)