235 connectés

Orcs et Gobelins : La critique du tome 11

Date : 19 / 03 / 2021 à 07h45
Sources :

Unification France


Kronan
Orcs et Gobelins tome 11

. Editeur : Soleil Prod
. Scénario : Jean-Luc Istin
. Dessin : Sébastien Grenier
. Coloriste : J. Nanjan
. Date de sortie : 27 janvier 2021
. Format : 23.4 x 32.41 cm
. Nombre de pages : 56
. ISBN : 9782302089488
. Prix : 14.95 € (9€99 en numérique)

Quand Jean-Luc Istin s’inspire d’un des textes de Robert E. Howard, le père de Conan, il nous livre un récit épique et intriguant !

Antarya traverse une crise des plus graves depuis que la reine Nawell a perdu la raison. Lors d’une trahison de haut vol, elle fait exécuter ses soldats. L’orc Kronan, capitaine de sa garde en réchappe. Pour lui, celle qui dit se nommer Nawell est une usurpatrice et il compte bien le prouver mais aussi se venger. Et quand Kronan se venge, il trace toujours un sillon de sang sur son chemin.

Découvrez un extrait.

Décryptage

Pour avoir remis en question l’intégrité de la reine Nawell d’Antarya, sa violence soudaine lui faisant penser qu’elle est une usurpatrice, l’orc Kronan alors Capitaine de la garde, se retrouve crucifié et laissé pour mort par l’ignoble Prince Syrius. Rabba Karoslav, un chef barbare pillard, le sauve in-extremis d’une mort certaine, lui promettant sa vengeance s’il le sert et devient son bras armé. Kronan n’aura de cesse de préparer sa revanche en faisant grossir les rangs de sa fidèle armée.

Ce 11ème tome de la saga Orcs et Gobelins est indiscutablement une histoire de vengeance et d’allégeance et indéniablement un hommage non dissimulé à Conan le Barbare, l’œuvre de Robert E. Howard. Comme Conan, Kronan est une force de la nature, comme Conan, Kronan est laissé pour mort et sauvé d’une mort certaines pour préparer sa vengeance et arriver à ses fins quoi qu’il en coute. Les similitudes sont encore plus nombreuses, et sont amusantes à relever tout le long du récit.

Très sombre dans le développement et dans les dessins, le récit est assez simple mais terriblement efficace, comme la vengeance de Kronan et sa soif de sauver sa reine en danger. Comme il est coutume dans les récits se déroulant sur la terre d’Arrans, on y retrouve des personnages familiers comme ici Torum de l’Ordre des Boucliers qui vient porter main forte à Kronan.

Les dessins superbes représentent merveilleusement bien toutes les situations et Sébastien Grenier propose des grandes planches de combats véritablement impressionnantes. Il existe une version en noir & blanc sublime de cette BD, comme certaines BD de Conan parue chez Glénat). Le personnage sanguinaire est finalement très attachant, extrêmement fidèle à sa reine, tout comme l’histoire qui le place comme l’une des meilleures de la série, dont le niveau est déjà très élevé.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Dévolution : La critique
Marqués : La critique du tome 1
Blade Runner 2019 : La critique du tome 2
Golgotha : La critique du tome 1
L’homme de l’année tome 17 - 1975 : La critique
Eternals : Ça fait quoi de bosser pour Marvel Studios, Chloe Zhao (...)
Black Adam : Un jeune Black Adam dans le film DC à venir (...)
The Big Ugly : La review du film Canal+
Imperceptible : La review du film Netflix
Stargirl : Une saison 3 annoncée avant le lancement de la saison (...)
Netflix - Bandes annonces : 5 mai 2021
Twilight of the Dead : Le chant du cygne de George Romero devrait (...)
The Staircase : Toni Collette se fera tuer par Colin Firth sur (...)
Emily in Paris : Début de production en France pour la saison (...)
Hot Pink : David Arquette rejoint Sarah Michelle Gellar pour (...)