700 connectés

Star Wars - The Mandalorian : La Review Recap de la saison 2

Date : 26 / 12 / 2020 à 14h30
Sources :

Unification


Quelques jours se sont désormais écoulés depuis la conclusion de la deuxième saison de The Mandalorian. Un temps nécessaire à Unif pour distribuer les bons et mauvais points sur ces huit épisodes.

Cette review va révéler un grand nombre de points d’intrigues et tournants scénaristiques. Si vous lisez ces lignes, vous avez vu la saison dans son intégralité.

Pourquoi Faire Aussi Court ?

Commençons par l’éléphant au milieu de la pièce, la durée parfois minimaliste de certains épisodes. Autant le Chapitre 9 - The Marshal a une durée de 52 minutes, format des plus classiques de séries d’action hebdomadaire aux USA, introduisant parfaitement cette deuxième saison, autant la moitié des épisodes ont une durée inférieure de 30 minutes réelles (hors générique).

Si l’intrigue principale avançait à grand pas lors de ces formats courts, ce ne serait pas un problème, mais ce n’est jamais le cas. Ce sont des épisodes fillers, avec une seule intrigue simple ralentissant le récit principal. 

Bien entendu, ils peuvent apporter du corps à l’Univers global (cf Chapitre 15), mais avec seulement huit épisodes, on peut parfois s’impatienter. 

Pour preuve, lorsque l’on regarde les trois épisodes les plus longs de la saison, ce sont les meilleurs et ce n’est sûrement pas une coïncidence. Pour répondre à la question initiale, on peut peut-être apercevoir une logique mercantile made in Disney, avec une volonté d’étirer la série sur le plus de saisons possibles.Disney ayant donné les clés de la maison Star Wars à Dave Filoni pour les prochains projets annoncés, il fallait bien assurer sa présence avec ce show qui lui tient particulièrement à cœur. 

Filoni - Favreau, Duo Gagnant 

A tout Seigneur, tout honneur. Si The Mandalorian est le meilleur contenu SW depuis le rachat, avec Rogue One, il faut bien reconnaître que Jon Favreau n’y est pas étranger.Ce véritable fan de la première trilogie, ayant pris conseil auprès du Maître Lucas, a instauré une cohérence visuelle directement dans la lignée de l’œuvre originelle. Avec en plus une connaissance profonde des romans, comics, séries animées, le réalisateur du remake du Roi Lion a tout ce qu’il faut pour donner un contenu populaire, tout en étant force de références pour les puristes. 

Avec l’apport croissant de Dave Filoni dans le projet, on se dit que cet élan ne va que s’accentuer dans le bon sens. Le père des excellentes séries The Clone Wars et Rebels à veiller à ce que les clins d’oeils aux personnages utilisés par ses soins auparavant, soit fait de la bonne manière, en termes de caractère et visuellement. L’union de ces deux hommes assurent un niveau qualitatif élevé. Malgré quelques déceptions ponctuelles, aucun épisode ne descend sous les 3.5/5.

Patte artistique dans la diversité

Sept réalisateurs pour autant de liberté de moduler et d’apporter une touche unique. Filoni et Favreau ont installé le cadre, les directeurs peignent à leur guise. Cela permet d’être agréablement surpris par les prises de risque de mise en scène. 

Les variations musicales du thème principal sont indéniablement un atout majeur. Les différents épisodes ont tous une version propre, symphonique, dans le même esprit que le générique tout en apportant une originalité. Mention spéciale au thème tribal accompagnant Ahsoka Tano.

Cahier des charges bien tenu

The Mandalorian n’a jamais renié le fait d’être une série d’action. Et Dieu sait que Mando aime ça ! En même temps, chasseur de primes + suivant un credo rigide = sensibilité accrue à la bagarre en tout genre.

En vaisseau, avec des blasters, à mains nues, les affrontements pullulent. C’est toujours hyper bien chorégraphié, rythmé, avec parfois une petite dose d’humour, le tout avec une badassitude de tous les instants.

Même si dans les épisodes courts, la place de l’action est un poil trop importante, question de temps, on ne peut qu’admettre que l’on ne s’ennuie jamais devant cette série. Certaines initiatives tendant vers l’angoisse (Chapitre 10) ou l’infiltration (Chapitre 15), même si elles ne sont pas parfaites, peuvent néanmoins être saluées.

De la même manière, l’Univers étendu est très présent. Du simple "œuf de Pâques" à l’implication dans le scénario, Il n’y a pas un chapitre de cette saison sans une référence à d’autres œuvres SW. A tel point que cela semble presque obligatoire. L’apparition de Luke, l’évocation de Thrawn, le dragon Krayt, etc. Toutes ces références viennent clairement satisfaire l’égo des fans de la première heure.

Du fan service non-ostentatoire, habilement utilisé. Les différentes planètes sont également utilisées à bon escient. Cela apporte une touche, une couleur, un cachet. Prenons pour exemple Corvus. Planète dévastée, vivant sous le joug d’un bastion impérial opprimant la population locale. Une logique respectée. Si on ajoute le côté mystique lié à la Force, tout est cohérent à l’écran.                                 

Incohérences et questionnements scénaristiques

Ce paragraphe va être une suite de questions sur des incohérences et des questionnements sur la suite de la série. L’exercice ne se veut pas que sérieux.

Où va-t-on avec Luke ? Déjà, son arrivée annule tous les efforts des héros. Il aurait réussi à récupérer Grogu seul. Mais lorsque l’on voit la rigidité due à la technique du De-Aging - une fois son visage révélé, il devient une statue - comment va-t-il être utilisé s’il réapparaît ? En dehors de l’aspect technique, cela pose d’autres questions sur les révélations de Luke dans l’épisode VII quant à ses élèves. Pourquoi ne pas avoir choisi un Jedi méconnu du grand public ? Après, pour être totalement honnête, nous sommes quelques-uns à avoir eu une excitation non contrôlable avec l’arrivée de cet homme au sabre vert, dévastant les Darks Troopers ! 

Pourquoi Mando ne récupère pas son jet pack ? Il passe pour un idiot, mais en même temps, Grogu aurait été sauvé...

The Mandalorian est-il une simple introduction à un SWCU ? Avec le nombre d’annonces faites récemment, la scène post-crédit du dernier épisode, l’utilisation de Tano. Et si cette excellente série n’était que la première marche et du coup ne devenait qu’anecdotique ? 

Quel avenir pour Mando ? Le principal atout de la série venait de la relation Grogu-Mando, maintenant que cela est cassé, quelle intrigue pourra réellement animer l’homme casqué ? 

Un vaisseau en lambeau, ça se répare aussi rapidement ? Ou il fallait juste permettre à Mando et Cara de se séparer pour mettre en avant le personnage de cette dernière ? 

En quoi le scan du visage de Mando est obligatoire sur le terminal de l’Empire, alors qu’il n’est pas référencé en tant que membre impérial ? Ou il l’est et il y a une piste intéressante à creuser, ou cette action n’a aucun sens ? D’autant que Mayfeld n’est pas reconnu par l’officier supérieur par la suite, alors à quoi bon ? D’ailleurs, Mayfeld est le seul sans casque, et ça ne choque personne au sein de la base ? D’ailleurs pourquoi ne pas utiliser des vaisseaux volants pour cette substance hautement inflammable ? Dont un simple dos d’âne peut créer une explosion...

Grogu est-il réellement un être unique ? Pourquoi ne pas nous en avoir donner un peu plus sur son espèce ? Va-t-il avoir sa propre série pour vendre des produits dérivés ? 

Pourquoi avoir montré Pedro Pascal durant 15 minutes lors de l’avant-dernier épisode ? La révélation de son visage lors de l’adieu à Grogu est nettement moins impactant...

The Book of Boba et Mando peuvent-ils cohabiter ? Mando a dorénavant plus de contenance que Boba (ne me flagellez pas SVP), on connaît ses origines, son caractère, son credo. Est-ce que l’écriture de Boba saura rivaliser ? A part si les aventures de Mando, malgré qu’elles devraient continuer, s’arrêtent ici.

En vrai, la série pourrait s’arrêter ici, non ? Et tout cela resterait malgré tout comme l’une des meilleures œuvres cinématographiques Star Wars. 

Car malgré ces défauts, ne boudons pas notre plaisir. The Mandalorian est une véritable belle série, perfectible et faite par des amoureux de Star Wars, pour des amoureux de Star Wars, étant une introduction idéale à l’univers étendu pour les non-initiés.



SAISON

- Episodes : 2.01 à 2.08
- Titres : The Marshal ; The Passenger ; The Heiress ; The Siege ; The Jedi ; The Tragedy ; The Believer, & The Rescue
- Date de première diffusion : date (chaîne)
- Réalisateurs : Jon Favreau ; Peyton Reed ; Bryce Dallas Howard ; Carl Weathers ; Dave Filoni ; Robert Rodriguez ; Rick Famuyima & Peyton Reed.
- Scénaristes : Jon Favreau ; Dave Filoni & Rick Famuyima

BANDE ANNONCE - EXTRAITS



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Falcon et le Soldat de l’hiver : Review 1.04 Le monde nous (...)
Falcon et le Soldat de l’hiver : Review 1.03 Traffic (...)
Falcon et le Soldat de l’hiver : Review 1.02 L’homme (...)
Falcon et le Soldat de l’hiver : Review 1.01 Un nouvel (...)
WandaVision : Review 1.09 Le grand final
Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings : Les derniers détails (...)
The Nightingale [DVD / Blu-Ray] : La critique
Les 4400 : La distribution du reboot gagne 3 nouveaux (...)
Ancient Aliens : Et la série documentaire deviendra film
Powerpuff : Robyn Lively sera Sara Bellum
Projet Justin Timberlake : Confessions d’un homme dangereux (...)
L’homme de l’année tome 17 - 1975 : La critique
Canal + - Bandes Annonces : 14 avril 2021
Star Trek Picard : La pression et le plaisir de reprendre le rôle (...)
DCEU : Chris Terrio dénonce un manque flagrant de planification