Ginny & Georgia : Critique de la saison 2

Date : 21 / 01 / 2023 à 11h30
Sources :

Unification


GINNY & GEORGIA

- Date de diffusion : 05/01/2023
- Plateforme de diffusion : Netflix
- Épisodes : 2.01 à 2.10
- Réalisateurs : James Genn, Audrey Cummings, Danishka Esterhazy, Sharon Lewis, Rose Troche
- Scénaristes : Sarah Lampert, Debra J. Fisher, Danielle Hoover, David Monahan, Mike Gauyo, Anil K. Foreman, Kale Futterman, Angela Nissel, Megan Hartenstein, Jordan Dumbroff
- Interprètes : Brianne Howey, Nikki Roumel, Antonia Gentry, Diesel La Torraca, Jennifer Robertson, Felix Mallard, Sara Waisglass, Scott Porter, Raymond Ablack, Katie Douglas, Chelsea Clark

LA CRITIQUE

C’est avec un bonheur non dissimulé que nous retrouvons, dans cette saison 2, les personnages de ,Ginny & Georgia, la série créée par Sarah Lampert. Ces nouveaux épisodes restent fidèles à la dynamique mise en place dans la première saison.

Les scénaristes font toujours évoluer la partie thriller de l’intrigue au travers du passé de Georgia avec habileté, construisant un arc narratif qui continue de prendre de l’ampleur et nous tient en haleine en pointillé dans chacun des épisodes. Mais le plus de cette saison est leur volonté d’explorer de façon approfondie deux thématiques plus psychologiques : l’automutilation et la dépression. Ces deux sujets sont abordés frontalement, illustrés visuellement et surtout l’histoire explique comment les approcher avec les personnes concernées. Il y a donc une volonté d’insérer une vision sur des souffrances (qui ne sont d’ailleurs pas réservées aux adolescents) qui reflète la réalité et c’est une réussite.

Certes, ils n’évitent tout de même pas des sous-intrigues de drama adolescents qui tournent un peu en rond et ralentissent parfois le rythme de certains épisodes, mais dans l’ensemble, on dévore cette série tant on veut savoir ce qu’il va se produire, comment les relations entre les personnages déjà existants vont tourner et comment les nouveaux protagonistes vont s’intégrer au récit. Sur ces derniers, ils nous réservent d’ailleurs quelques surprises intégrant d’autres sujets sociaux à ceux déjà évoqués lors de la saison 1.

Ils ne cherchent pas à rendre cette histoire morale et relancent l’intrigue en enfonçant encore et toujours le clou des actes du passé de Georgia comme autant de pavés dans la mare d’un futur radieux. On se prend au jeu et évidemment, on se retrouve à espérer que cette héroïne aux actes souvent discutables, mais super attachante va s’en sortir.

Les différents réalisateurs font un très bon travail pour à la fois maintenir une cohérence au travers des épisodes et faire monter la tension au fur et à mesure pour nous guider vers un ultime moment qui nous laisse en suspens et nous fait déjà attendre la saison 3. Les atmosphères, les costumes, les décors sont travaillés et apportent de la profondeur soit aux personnages eux-mêmes, soit à leur ressenti soit aux situations. Il faut signaler l’excellent travail des réalisatrices Sharon Lewis et Rose Troche pour leurs mises en scène respectives et alignées sur les épisodes 8 et 9 qui se répondent en terme narratif scène par scène et point de vue par point de vue avec un impact inattendu. Ce sont certainement les deux meilleurs épisodes de cette saison.

Les acteurs sont de véritables atouts pour mettre en valeur ce récit. Brianne Howey, qui interprète Georgia Miller, fait résonner beauté fatale et danger. Son accent en version originale la distingue de tous les autres personnages et accroît l’impression d’avoir à faire à une personnalité unique. Son jeu tout en force et en sensibilité est remarquable. Nikki Roumel, qui interprète Georgia jeune, est toujours aussi convaincante pour créer un écho très crédible à la Georgia adulte.

Antonia Gentry interprète Ginny Miller avec une belle précision pour nous faire ressentir toutes ses peines intérieures et les contradictions de son environnement familial. Elle rend l’intelligence de Ginny ainsi que son envie de trouver un peu d’équilibre palpables. Felix Mallard, qui joue Marcus Baker, est excellent pour illustrer ce que traverse son protagoniste. Diesel La Torraca est toujours aussi convaincant dans le rôle du petit Austin Miller et Scott Porter apporte ce qu’il faut de stabilité dans son rôle du Maire Paul Randolph. Le charme de Raymond Ablack agit toujours autant dans son interprétation de Joe et l’énergie déployée par Sara Waisglass dans le rôle de Maxine Baker demeure très appréciable.

La saison 2 de Ginny & Georgia est un plaisir coupable qui se regarde d’une traite. Ses thèmes difficiles et son intrigue prenante en font définitivement une série qu’on aime suivre et dont on attend la suite avec grande impatience.

SYNOPSIS

Georgia et Ginny tissent de nouveaux liens et abordent de nouveaux défis à Wellsbury… jusqu’à ce que des secrets enfouis dans le passé viennent tout remettre en question.

BANDE ANNONCE



Les films et séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films et séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


Planète Cunk : Critique de la série
Lockwood & Co : Critique de la saison 1
Valkyrie Apocalypse : Critique de la saison 2 - partie (...)
Makanai - Dans la cuisine des maiko : Critique de la (...)
En place : Critique de la saison 1
The Ark : Critique 1.01 Everyone Wanted to Be on This (...)
Fast X : La fin de route s’affiche pour le prochain volet (...)
Gotham Knights : Les portraits ennuyeux des personnages de la (...)
The Terminal List : La série Amazon de Chris Pratt devient (...)
Planète Cunk : Critique de la série
LA Brea : Une saison 3 au rabais pour la série NBC ?
Kindred : FX annule son adaptation du roman de Octavia E. (...)
Pardon le Cinéma Vol.2 : La critique du guide des 100 films (...)
Netflix - Bandes annonces : 5 février 2023
Star Wars - The Bad Batch : Critique 2.06 Tribu