Willow : Un début de série riche en enseignements (SPOILERS)

Date : 03 / 12 / 2022 à 14h00
Sources :

SYFY WIRE


Attention chers lecteurs, Spoiler Alert ! Si depuis 34 ans, vous vous posez la même question que se posent les fans du monde entier du film Willow de 1988, le premier épisode de la série Disney+ éponyme y répond. Alors si vous n’avez pas encore vu ce précieux premier épisode - ainsi que le 2e, n’allez pas plus loin, cet article est hyper-spoilerisant.

Et si cette question concerne le devenir de la petite Elora Danan, vous qui avez vu la série, avez été servis. Le créateur et showrunner de la série, Jon Kasdan, explique à SYFY WIRE qu’il s’interroge sur le bébé prophétisé depuis qu’il a vu le film pour la première fois, à l’âge de huit ans.

"Même en tant que jeune enfant, et c’est quelque chose que je n’ai vraiment l’impression d’avoir énoncé que ces deux derniers jours, j’ai toujours été un peu bouleversé par ce moment où Willow l’embrasse pour lui dire au revoir à la fin du film. Je me suis dit : « Comment peut-on être aussi proche d’un enfant et lui dire au revoir en le laissant dans les bras de quelqu’un d’autre ? » J’ai toujours eu envie d’en savoir plus sur cette relation."

Ron Howard et George Lucas, les architectes derrière le film, ont toujours été d’accord pour dire que qu’il aurait dû y avoir plus à l’histoire, et maintenant Kasdan a enfin donné aux fans de la mythologie la réponse à ce qui se passe ensuite. La série Disney+ - qui met en vedette deux acteurs du film original : Warwick Davis dans le rôle du sorcier éponyme et Joanne Whalley dans celui de la reine Sorsha - a présenté ses deux premiers épisodes. SYFY WIRE s’est entretenu avec Kasdan et plusieurs acteurs de sa distribution pour évoquer les premiers jours de tournage de la série, les inspirations de leurs personnages et cette grande révélation à la fin du premier épisode qui confirme l’ultime voyage au cœur de la série.

Willow, la série, a pour cœur une quête épique, qui oblige le sorcier Nelwyn à quitter une fois de plus sa zone de confort pour aider le plus grand bien. La colonne vertébrale de l’histoire de la série s’est-elle imposée à vous facilement ou a-t-elle été difficile à cerner ?

Kasdan : Il y avait une qualité organique dans le développement de cette histoire. Ce qui était en quelque sorte sous-entendu dans le film avec Warwick, c’est que ce type peu sûr de lui aspire à être génial dans quelque chose et, à la fin, il réussit. Mais c’est un succès douteux, en quelque sorte. Il confond l’ennemi, il ne le domine pas vraiment. En commençant à y réfléchir, nous nous sommes demandé comment cette victoire pouvait résonner dans la vie de Willow 25 ans plus tard. Qu’est-ce que cela lui fait penser de lui-même et de sa propre confiance ? Une chose qui nous a semblé intéressante - et que j’ai certainement trouvée intéressante en grandissant dans le milieu du cinéma - est de savoir s’il est rongé par l’insécurité. Et si ses échecs et les attentes des gens à son égard le hantaient, dans une certaine mesure ? Et qu’ils viennent particulièrement le hanter lorsqu’il se retrouve dans le rôle de mentor et de professeur. Cela semblait vraiment naturel pour l’histoire que nous voulions raconter. Parce que de l’autre côté, il y avait cette jeune femme qui avait aussi toutes ces attentes et cette pression sur elle. Elle venait tout juste de découvrir le pouvoir qu’elle avait, et comment elle allait le maîtriser, puis comment elle allait l’utiliser, finalement.

Kit et Airk, y a-t-il eu un "camp d’entraînement pour frères et soeurs" dans lequel vous vous êtes lancés afin de créer des liens dans la vie réelle pour mieux jouer les enfants jumeaux de Sorsha et Madmartigan ?

Dempsey Bryk (Airk) : J’ai l’impression que notre dynamique de jumeaux était naturelle. C’était immédiat. Mais nous avons eu un camp d’entraînement, ce qui a aidé tout le monde à créer des liens.

Ruby Cruz (Kit) : Ouais, pour apprendre à tous se connaître. Mais je pense que, pour nous, c’était très immédiat. Un peu comme, « Oh, je t’ai connu avant dans une vie antérieure et je peux me sentir à l’aise avec toi ». Et juste avec nous apprenant à nous connaître et à traîner en dehors du travail, ce qui je pense s’est vraiment traduit. Et avec Joanne aussi. Elle est tellement maternelle. Elle est juste une telle force d’ancrage et d’apaisement. Honnêtement, tout s’est mis en place très facilement.

Bryk : Ce qui m’a aidé avec Joanne et Warwick, et tous ceux qui ont fait partie de l’original, même ceux qui ont simplement aimé l’original, c’est qu’ils y tiennent tellement et que ça signifie tellement. Lorsque vous vous lancez dans quelque chose où vous avez déjà tout un collectif de personnes qui y tiennent vraiment, il est très facile de s’investir pleinement. C’est une chose qu’elle a faite, que Warwick a faite, que tout le monde a faite, et qui m’a beaucoup aidé.

Jade commence la série avec une amitié étroite et de longue date avec Kit. Il y a beaucoup d’atomes crochus entre elles. Pouvez-vous nous parler de la façon dont Jade gère cela alors qu’ils se lancent ensemble dans cette quête pour retrouver Airk et Willow ?

Erin Kellyman (Jade) : Je pense que Jade, en tant que personne, refoule tout ce qu’elle ressent. Elle est assez nerveuse pour exprimer toute sorte d’émotion. Et c’est peut-être dû à son environnement et à son entraînement pour devenir ce chevalier. Ils doivent rester dans le rang, respecter les règles et rester forts. Pour elle, cela se traduit par : « Je vais juste tout repousser, alors ». Je pense aussi qu’elle a cette relation avec Kit où elle veut garder ce respect. Même si elles sont meilleures amies, elle a été formée par des chevaliers et Kit est une princesse au bout du compte. Elle ne peut pas simplement exprimer son amour pour la princesse, donc elle garde les choses très professionnelles au début.

Boorman est l’homme de main de la quête, mais aussi l’élément comique. Y a-t-il des performances particulières dont Kasdan s’est inspiré ou que vous avez trouvées pour construire le personnage à votre image ?

Amar Chadha-Patel (Boorman) : Il y en a eu quelques-unes. Pour être honnête, lorsque la première répartition des rôles est arrivée, elle le décrivait comme le Han Solo et le Jack Sparrow du groupe. Ce qui était vraiment bien pour moi, c’est que lorsque j’ai lu cela, je savais que je pouvais le canaliser. Et en tant qu’homme sud-asiatique, nous n’avons pas l’occasion de le faire très souvent. J’étais vraiment excité de montrer ça. Je me disais : « Je comprends ces références. C’est mon enfance et j’ai hâte de le faire ! » Et puis nous avons construit ce personnage, Jon et moi ensemble, et Stephen Woolfenden qui était notre premier réalisateur. Une énorme influence sur "Boorman" était Toshiro Mifune du Garde du corps et Les Sept Samouraïs. Il a cette démarche désordonnée où il scrute tout le temps, mais il y a de l’intelligence derrière ses yeux. Je ne voulais pas trop m’approcher des archétypes que nous connaissons déjà et [Mifune] était en moi. Je voulais le façonner avec ces sortes de combattants samouraïs débraillés, et c’est ce que nous avons essayé d’apporter.

À la fin de l’épisode 1, lorsque la bande de héros atteint enfin Willow, celui-ci révèle que Dove est en fait Elora Danan, devenue adulte. C’est un moment décisif pour le personnage et pour la révélation du véritable protagoniste de la série. Cette révélation a-t-elle toujours été placée à cet endroit précis de la série ?

Kasdan : Oui. Cela a toujours été la raison de faire cette histoire, pour nous. L’opportunité existait de raconter une histoire sur l’apprentissage de la sorcellerie, et je voulais raconter cette histoire. Je savais que je ne pouvais retenir cela que pendant une très courte période si c’était la direction que nous prenions pour l’ensemble de l’aventure.

Ellie, parlez-nous du tournage de cette scène de révélation.

Ellie Bamber (Dove / Elora) : J’étais excitée pour ce moment ! C’était une journée intéressante. Nous étions dans ces magnifiques bois. Et puis, le moment où Warwick sort est tellement épique. Je me souviens juste de l’avoir vu sortir et d’avoir pensé : « Oh, wow, c’est fou ! » Et puis, « Oh, mon Dieu, c’est sur le point d’arriver ! » C’était un moment excitant pour elle.

Tony Revolori (Graydon) : C’était un moment excitant pour nous tous, pour être honnête. Même le moment où il s’approche de vous, et où sa baguette brille lorsqu’il pose sa main sur elle. Et en voyant la tache de naissance pour la première fois, j’étais comme, « Wow, c’est cool ». C’est une de ces scènes où, même si vous y êtes, vous vous dites « J’ai hâte de voir ça ! »

Les nouveaux épisodes de la série Willow sont diffusés le mercredi sur Disney+.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Willow : Un cliffhanger insoutenable (SPOILERS)
Willow : Les affiches personnages de la série Disney+
Willow : Un début de série riche en enseignements (SPOILERS)
Willow : Dempsey Bryk et Ruby Cruz évoquent leurs Airk et Kit de (...)
Willow : Une série Disney+ troublante et très différente du (...)
The Ark : Critique 1.01 Everyone Wanted to Be on This (...)
Fast X : La fin de route s’affiche pour le prochain volet (...)
Gotham Knights : Les portraits ennuyeux des personnages de la (...)
The Terminal List : La série Amazon de Chris Pratt devient (...)
Planète Cunk : Critique de la série
LA Brea : Une saison 3 au rabais pour la série NBC ?
Kindred : FX annule son adaptation du roman de Octavia E. (...)
Pardon le Cinéma Vol.2 : La critique du guide des 100 films (...)
Netflix - Bandes annonces : 5 février 2023
Star Wars - The Bad Batch : Critique 2.06 Tribu