Star Wars - Andor : Critique 1.09 - Personne n’écoute

Date : 04 / 11 / 2022 à 15h00
Sources :

Unification


STAR WARS - ANDOR

- Date de diffusion : 02/11/2022
- Plateforme de diffusion : Disney+
- Épisode : Personne n’écoute
- Réalisateur : Toby Haynes
- Créateurs : Tony Gilroy, Dan Gilroy, Stephen Schiff, Beau Willimon
- Scénariste : Beau Willimon
- Musique : Nicolas Britell
- Interprètes : Diego Luna, Genevieve O’Reilly, Stella Skarsgard, Adria Arjona, Fiona Shaw, Denise Gough, Kyle Soller

LA CRITIQUE

On sent comme une odeur de soufre cette semaine dans Andor. Pression grandissante de l’Empire, ambiance d’insurrection et impasse politique, tous les ingrédients du parfait feu d’artifice en vue de la conclusion de la première saison. Personne n’écoute, même s’il pose la narration, installe clairement les enjeux avec un habillage toujours aussi bluffant d’esthétisme.

Ce neuvième chapitre va nous prouver une chose : ceux qui vont au bout de leurs idées réussissent. Seul hic, la seule ayant les moyens de le faire, c’est Dedra Meero. Fini de rire, maintenant que l’officière a les mains libres pour obtenir des réponses, elle ne recule devant rien. Torture, mise en place de stratagème de tromperie, pressions et menaces, Dedra n’a plus de temps à perdre pour remonter le filon de la rébellion.

Car pour une fois que l’on peut voir les rouages du quotidien de l’Empire à l’œuvre, quel pied ! Surtout quand on comprend que, contrairement à des séries comme Rebels par exemple, la machine impériale est composée de fonctionnaires intelligents, qui déduisent suite à des enquêtes bien faites.

L’alliance rebelle naissante est menacée par la ténacité et la détermination de la superviseuse de la BSI. L’excellente interprétation de Denise Gough permet de ressentir encore plus cette impression. La scène d’ouverture montre à quel point elle maîtrise son sujet et sa montée en puissance dans son rôle de domination. D’autant que du côté de la résistance, dans le même temps, la raisonnabilité mène à la stagnation.

Que ce soit Cassian, qui prend son temps pour prévoir une éventuelle évasion mais sans succès, ou Mon Mothma, dont on apprend qu’elle n’est pas la seule de sa famille impliquée, comprend que sa diplomatie ne peut plus apporter grand-chose. La Sénatrice est d’ailleurs brillamment mise en scène que ce soit dans sa solitude ou au Sénat Galactique. Il est temps d’accélérer le mouvement séparatiste, sous peine de se retrouver acculé très prochainement. On peut presque sentir le drame que chacun va traverser pour les faire entrer dans la radicalité assumée.

Une nouvelle fois, la réalisation est réellement brillante. Du gros plan sur les yeux de Bix, à la mise en scène jouant sur les lignes d’horizon de la prison, la symétrie du cadre d’inspiration fasciste des bâtiments de Coruscant, tout est réfléchi. Reste encore le mystère autour de la personnalité de Syril. Son obsession fanatique pour l’Empire va-t-elle le conduire à sa perte ?

Le standard est maintenu cette semaine. On a hâte de voir la convergence des récits pour une explosion finale qui s’annonce grandiose.

BANDE ANNONCE - EXTRAITS



Les films et séries TV sont est Copyright © Lucasfilm Tous droits réservés. Les films, les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Lucasfilm.



 Charte des commentaires 


Star Wars - The Bad Batch : Critique 2.05 Ensevelis
Star Wars - The Bad Batch : Critique 2.04 Plus vite
Star Wars - The Bad Batch : Critique 2.03 Le Clone Solitaire
Star Wars - The Bad Batch : Critique 2.01 Butin de Guerre - 2.02 (...)
Star Wars - Andor : Critique 1.12 - Rix Road
Le Mystérieux Cercle Benedict : Fin du mystère sur Disney+
American Gigolo / Let the Right One In : Showtime annule à tour (...)
Caste : Jon Bernthal, Niecy Nash et tant d’autres pour le (...)
Maléfices : La critique de la 4ème édition du JdR qui sent le (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 2 février 2023
Lockwood & Co : Critique de la saison 1
DC Universe : Les plans cinématographiques de James Gunn (...)
DC Universe : Les plans télévisuels de James Gunn annoncés
DC Universe : Dave Bautista laisser tomber Bane !
The Ark : Une dépendance à la SF grâce à Star Trek pour Dean (...)