Je s’appelle Groot : Critique de la saison 1

Date : 10 / 08 / 2022 à 09h01
Sources :

Unification


JE S’APPELLE GROOT

- Date de diffusion : 10/08/2022
- Plateforme de diffusion : Disney +
- Épisodes : 1.01 à 1.05
- Réalisateur : Kirsten Lepore
- Scénariste : Kirsten Lepore d’après l’œuvre de Stan Lee
- Interprète : Vin Diesel, Bradley Cooper

LA CRITIQUE

On retrouve le personnage apprécié des œuvres Les Gardiens de la Galaxie dans une petite série de 5 courts métrages de 5 minutes, Je s’appelle Groot, permettant de le mettre en avant lors de sa période enfantine entre les deux premiers films de la saga.

Les épisodes, écrits et réalisés par Kirsten Lepore, sont à chaque fois centrés sur l’événement qui survient dans la vie du personnage. Il s’agit donc à la fois de petites séquences montrant des éléments permettant de voir la manière dont ce dernier vit et grandit au cœur du vaisseau de ses amis.

Toutefois, la navette n’est pas le seul lieu que l’on découvre, alors que l’on peut voir Groot évoluer sur différentes planètes qu’il visite.

L’œuvre est bien faite est très bien animée. On prend beaucoup de plaisir à retrouver ce personnage bien sympathique et à voir la manière dont il appréhende le monde. Les épisodes sont d’ailleurs complètement indépendants et peuvent se regarder séparément ou s’enchaîner à la suite dans un programme d’une vingtaine de minutes.

Les amateurs seront donc ravis de découvrir les tribulations de l’arbrisseau au langage toujours aussi développé, doublé en version originale par Vin Diesel. Alors que son fidèle acolyte, doublé par Bradley Cooper, fait une petite apparition marquante dans un épisode explosif.

L’œuvre a pour principal objectif d’être fun et divertissante et remplit parfaitement cela. Toutefois, les aventures de Groot ne changent pas grand-chose à ce que l’on connaît de l’univers de Les Gardiens de la Galaxie. Il faut donc apprécier ces aventures comme des moments amusants permettant de comprendre mieux l’enfance du personnage, sans que le récit ait un impact sur la suite des longs métrages.

On prendra aussi plaisir à découvrir quelques jolies propositions de planète qui apportent un charme supplémentaire au baguenaudage d’un petit personnage auquel les enfants devraient beaucoup s’attacher.

Je s’appelle Groot est une bonne série amusante de courts métrages mettant en valeur un personnage vraiment particulier. Avec des histoires drôles et colorées, une belle réalisation et des éléments faciles à comprendre, l’œuvre est indispensable à regarder pour tous les amateurs du personnage.

Amusant et efficace.

SYNOPSIS

Il est impossible de protéger la galaxie de ce bambin malicieux ! Alors préparez-vous car Bébé Groot arrive sur le devant de la scène avec sa propre série, explorant ses jours de gloire et les ennuis qu’il s’attire en grandissant parmi les étoiles.

BANDE ANNONCE



Les films et séries TV (sauf Spider-Man et le Spider-verse) sont Copyright © Marvel Studios Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Marvel Studios.
Les films et séries TV Spider-Man et le Spider-verse sont Copyright © Sony Pictures et Marvel Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Marvel Studios.



 Charte des commentaires 


She-Hulk Avocate : Critique 1.06 Simplement Jen
She-Hulk Avocate : Critique 1.05 Méchante, verte et bien moulée (...)
She-Hulk Avocate : Critique 1.04 Les lois de la magie
She-Hulk Avocate : Critique 1.03 Le procès Blonsky
She-Hulk Avocate : Critique 1.02 Droit super-humain
She-Hulk Avocate : Critique 1.06 Simplement Jen
Athena : La critique du film Netflix
Avatar - La Voie de l’eau : James Cameron inquiet que le (...)
James Bond 26 : Trouvons d’abord un méchant digne du (...)
For All Mankind : Tyner Rushing rejoint la saison 4
Fantastic Four : Le reboot Marvel Studios a trouvé ses (...)
Les Mystères de Barcelone : La critique
The Terminal List : Une saison 2 dans le viseur de Chris Pratt (...)
Reacher : Serinda Swan et Rory Cochrane pour la saison (...)
Beverly Hills Cop - Axel Foley : Le retour de la vieille garde (...)