Santa Evita : Critique des 3 premiers épisodes

Date : 27 / 07 / 2022 à 12h00
Sources :

Unification


SANTA EVITA

- Date de diffusion : 27/07/2022
- Plateforme de diffusion : Disney +
- Épisodes : 1.01 à 1.03
- Réalisateurs : Rodrigo García, Alejandro Maci
- Scénaristes : Marcela Guerty, Pamela Rementería d’après l’œuvre de Tomás Eloy Martínez
- Interprètes : Natalia Oreiro, Diego Velázquez, Francesc Orella, Diego Cremonesi, Ernesto Alterio, Dario Grandinetti, Damián Canduci, Guillermo Arengo, Gaby Ferrero

LA CRITIQUE

Santa Evita, c’est ainsi que certaines personnes appellent Eva Perón, l’ancienne femme du président de l’Argentine décédée d’un cancer du col de l’utérus à 33 ans en 1952.

Toutefois, si la vie de celle qui continue de marquer le pays de sa présence a été courte, mais intense, et a révolutionné beaucoup de choses en Argentine, à commencer par le droit de vote pour les femmes, sa mort est tout aussi rocambolesque.

En effet, son mari a fait embaumer son corps qui a été au bout de 3 ans enlevé par la dictature militaire qui a pris le pouvoir, et n’a été rendu que plus d’une décennie plus tard. Car la femme, même morte, faisait frémir les soldats hauts gradés qui redoutaient son impact sur le peuple.

Le scénario de Marcela Guerty et de Pamela Rementería, qui s’inspire du livre de Tomás Eloy Martínez, revient sur les péripéties de la disparition de son corps. Toutefois, à l’aide de nombreux flashbacks, c’est aussi la vie d’Évita qui est brossée, de son début de carrière en tant qu’actrice, à sa rencontre avec l’homme qui deviendrait son mari, et par la suite le président de l’Argentine.

La trame narrative se développe autour d’un journaliste qui en 1971, en entendant des rumeurs comme quoi le corps allait être rendu à son mari, décide d’enquêter dessus. Il va progressivement se passionner par la disparition de celui-ci et par la véritable vie d’Eva Perón.

Les trois premiers épisodes sont d’une très belle facture et permettent d’esquisser le début de l’ascension de la dame, tout comme la manière dont son corps a été embaumé et est finalement tombé aux mains des militaires, après que ceux-ci aient accédé au pouvoir et en aient chassé Juan Perón.

La reconstitution est très bien faite et on a l’impression de se retrouver au cœur d’un pays en pleine instabilité, alors que la dictature est toujours bien présente. D’autant que de très nombreuses images d’archives de l’époque sont insérées et permettent de prendre conscience de l’ampleur, et de l’impact, de la vie et de la mort d’une icône, détestée par certains et adulée par de nombreuses personnes.

L’interprétation est très bonne. C’est Natalia Oreiro qui incarne impeccablement Evita. La comédienne est très à l’aise dans le rôle de cette femme volontaire et engagée qui s’est beaucoup battue pour les ouvriers et les personnes n’ayant pas grand chose. Diego Velázquez est formidable en journaliste pugnace essayant de découvrir la vérité et développant une véritable fascination pour le puzzle qu’il commence à reconstituer. Ernesto Alterio est excellent en colonel responsable de l’enlèvement du corps aux raisons parfois ambivalentes. Le reste du casting est très bon. Il fait croire à cette histoire abracadabrante qui a tenu un pays en haleine pendant 20 ans.

Santa Evita est une très bonne série, dont les trois premiers épisodes, sur les 7 d’une quarantaine de minutes qui la compose, donnent vraiment envie d’en savoir plus sur le destin hors norme d’une femme qui a déchaîné les passions aussi bien vivante que morte.

Cette histoire, parfois incroyable, bénéficiant d’une réalisation très soignée, d’une belle reconstitution de l’époque et d’un casting convaincant vaut vraiment la peine d’être découvert.

Incroyable et passionnant.

SYNOPSIS

Pendant 22 ans, le corps embaumé d’Evita a connu un parcours mouvementé. Tout aussi mouvementé que ses 33 années de vie. Evita décède en 1952, mais son cadavre attend pendant trois ans d’être enterré dans un monument qui ne sera jamais érigé. En 1955, un coup d’État militaire renverse Perón et le corps est caché pendant 19 ans pour éviter qu’il ne devienne une arme contre le régime. Evita a été une personnalité politique pendant six ans en tant qu’épouse du général Perón ; mais sa dépouille aura influencé la politique argentine pendant plus de deux décennies, devenant l’objet d’une histoire étrange qui fait désormais partie de la mythologie argentine. Pour les officiers militaires qui avaient pris le pouvoir, Evita était encore plus dangereuse morte que vivante. Tout le monde craignait ce cadavre errant sans tombe. Santa Evita raconte l’histoire de ce cadavre sans sépulture et de sa légende.

D’après le best-seller "Santa Evita", de Tomás Eloy Martínez.

BANDE ANNONCE



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Pinocchio : La critique du film
The Orville - New Horizons : Critique 3.10 Future Unknown
Prey : La critique du film
The Orville - New Horizons : Critique 3.09 Domino
Santa Evita : Critique des 3 premiers épisodes
Le Téléphone de M. Harrigan : La critique du film Netflix
Black Panther - Wakanda Forever : Ryan Coogler décortique sa (...)
Dune - The Sisterhood : Emily Watson & Shirley Henderson pour (...)
Agatha - Coven of Chaos : Emma Caulfield Ford de retour pour le (...)
MonsterVerse : Anders Holm pour la série Godzilla de (...)
The Cursed [DVD / Blu-Ray / VOD] : La critique
Licu, une histoire roumaine : La critique
Insaisissables 3 : Nouveau tour de passe-passe pour Ruben (...)
Emancipation : La bande annonce du film Apple TV+
Nosferatu : Bill Skarsgard & Lily-Rose Depp pour le remake de (...)