Destruction Babies : La critique

Date : 22 / 07 / 2022 à 11h00
Sources :

Unification


DESTRUCTION BABIES

- Date de sortie : 27/07/2022
- Titre original : Disutorakushon beibîzu
- Durée du film : 1 h 48
- Réalisateur : Tetsuya Mariko
- Scénariste : Tetsuya Mariko, Kohei Kiyasu
- Interprètes : Yûya Yagira, Masaki Suda, Nana Komatsu, Nijirô Murakami

LA CRITIQUE

Destruction Babies est un surprenant film japonais montrant la spirale de violence dans laquelle s’engage un jeune homme.

C’est après avoir parlé avec un certain nombre de jeunes hommes qui lui ont raconté leurs problèmes de violence dans leur jeunesse que le réalisateur Tetsuya Mariko a décidé de porter sur écran cette histoire. Il présente un jeune adulte décidant de quitter la ville où il habite pour enchaîner des adversaires de plus en plus forts. Alors qu’il est recherché par son petit frère qui aimerait bien savoir ce qu’il est devenu.

Le spectateur assiste à un enchaînement de bagarres dans la première partie du film qui s’étend bientôt à d’autres protagonistes. Le traitement de la violence est remarquablement fait et si elle débute par des rencontres musclées, elle se fait de plus en plus insidieuse.

La mise en scène de Tetsuya Mariko est très impressionnante. On est bien loin des films d’action et des affrontements chorégraphiés. Les différentes rencontres du protagoniste principal sont très crédibles et vraiment brutales.

Celui-ci est d’ailleurs remarquablement incarné par Yûya Yagira qui est particulièrement spectaculaire. Le comédien, tout en jouant un rôle quasiment muet et peu expressif au niveau du visage, est vraiment convaincant. On comprend progressivement ses motivations et le ballet de ses bagarres ainsi que son énergie déployée sont franchement fascinantes.

Masaki Suda est formidable en jeune homme se rapprochant de lui et rentrant dans son tourbillon de violence. Nijirô Murakami est très bon en frère cadet voulant retrouver la seule famille qui lui reste. Et Nana Komatsu est impeccable en jeune femme se retrouvant dans une bien mauvaise posture.

Ce sont des lieux diversifiés qui servent à suivre la progression du protagoniste principal. Certains endroits sont d’autant plus marquants, qu’on n’y voit pas ce genre de comportements violents. Alors que dans la localité natale de l’anti-héros, c’est un vrai festival qui a lieu et dans lequel des individus s’affrontent avec violence. Il n’est donc pas surprenant que le film soit interdit aux moins de 16 ans, d’autant qu’il est particulièrement bouleversant à certains endroits.

Destruction Babies est un bon film, premier long métrage professionnel d’un réalisateur qui réussit fort bien à capter les marginaux et la colère qui les habite. Avec un récit fascinant, une réalisation brillante et des comédiens très bons, si la violence et le sang ne vous dérangent pas, n’hésitez pas à aller découvrir cette œuvre franchement atypique.

Surprenant et marquant.

SYNOPSIS

Mitsuhama, port du Shikoku, sud le plus rural du Japon. Là vivent deux frères orphelins, Taira et Shota Ashiwara. L’aîné, Taira, est obsédé par l’idée de se battre. Un jour où il a été passé à tabac par un groupe, il rejoint Matsuyama, la grande ville la plus proche, à la recherche d’adversaires forts à qui se mesurer. Débute alors dans son sillage une escalade de violence.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Yasuyuki Sasaki
- Montage : Hidemi Lee
- Musique : Hidenori Mukai
- Producteur : Yoshitaka Ishizuka, Toshikazu Nishigaya, Yuki Nishimiya, Kan Odagiri, Eisei Shu pour Tokyo Theatre Co. Inc.
- Distributeur : Capricci Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Destruction Babies



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Mes rendez-vous avec Léo : La critique
She Will : La critique
Fumer fait tousser : La critique
Le lycéen : La critique
Saint-Omer : La critique
The Marvels : De nouvelles images de Captain Marvel 2
Namor : Un film solo ? Non, on n’en a pas le droit (...)
Mes rendez-vous avec Léo : La critique
DCU : Une bannière unifiée sous la houlette de James Gunn et (...)
The Equalizer 3 : Denzel Washington a de la compagnie
Dors Dragon d’Or : La critique du jeu
Cinéma - Bandes Annonces : 29 novembre 2022
Mercredi : Critique de la saison 1
Dune - Partie II : Zendaya sur les plateaux de tournage à Abu (...)
Black Panther - Wakanda Forever : Une romance ? Non, pas vraiment (...)