Peacemaker : Critique 1.08 It’s Cow or Never

Date : 19 / 02 / 2022 à 13h45
Sources :

Unification


PEACEMAKER

- Date de diffusion : 17/02/2022
- Plateforme de diffusion : HBO MAX
- Épisode : 1.08 It’s Cow or Never
- Réalisateur : James Gunn
- Scénariste : James Gunn
- Interprètes : John Cena, Danielle Brooks, Freddie Stroma, Chukwudi Iwuji, Jennifer Holland, Steve Agee, Robert Patrick

LA CRITIQUE

Avec ce huitième épisode, c’est déjà, malheureusement, la fin de la première saison de Peacemaker qui a tenu toutes ses promesses.

Il n’est donc pas surprenant qu’une deuxième saison soit déjà signée et que, à la grande joie des spectateurs, ce soit son créateur James Gunn qui signera à la fois le scénario et la réalisation de tous les nouveaux épisodes. Et s’il reste dans la lignée de ce qu’il nous a proposé jusqu’à présent, on peut déjà s’attendre à du très bon, et haut, niveau.

Le scénario se poursuit dans la ligne directe de ce qui était proposé précédemment. La petite équipe, déjà fatiguée, doit se débarrasser de l’unique source de nourriture des papillons pour éviter que leur invasion continue de se développer.

Et évidemment, au vu du nombre imposant de ceux-ci regroupés sur le site qu’ils visent, c’est vers de la subtilité qu’ils vont se tourner. Mais que le spectateur se rassure, il aura bien droit à un déchaînement impressionnant d’affrontements qui viennent clore en beauté une série atypique.

Entre le très bel endroit servant de décor à la « vache », et des effets spéciaux toujours aussi soignés, on en prend visuellement plein les yeux. D’autant que les balles fusent un peu partout et que chacun se bat réellement pour sa vie jusqu’à la dernière limite.

Mais la grande force de l’épisode est vraiment de continuer à se focaliser sur les personnages et de leur offrir de merveilleux moments permettant de continuer à s’attacher à eux. D’ailleurs, ce n’est, pour une fois, pas le combat final qui vient clore l’épisode. Celui-ci laisse la place à une dizaine de minutes permettant de retrouver les personnages et de comprendre et de digérer les vrais événements que l’on a suivis depuis le premier épisode.

C’est cette ultime respiration qui rend l’œuvre aussi grande. L’humour reste présent, mais c’est bien l’humanité qui en ressort grandie. Car avec des personnages aussi singuliers, pas forcément sympathiques de prime abord, c’est bien une nouvelle famille que nous offre James Gunn en montrant comment ses membres ont finalement réussi à trouver ce qu’il leur manquait et leur a permis, surtout dans le cas du Peacemaker, de grandir et de choisir enfin sa propre voie.

En quelque scène, des regards qui se croisent, voire même une photo, le réalisateur crée une base solide d’individus que l’on retrouvera avec vraiment grand plaisir dans une nouvelle aventure.

L’interprétation est très bonne. John Cena a su faire évoluer d’une façon remarquable son personnage et à lui apporter une présence et une nouvelle maturité formidable. Danielle Brooks est magnifique en jeune femme prenant enfin ses responsabilités et faisant équipe d’une fort belle façon avec le personnage principal. Jennifer Holland est impeccable en nouvelle cheffe d’équipe entièrement dévouée à sa mission. Freddie Stroma est toujours incroyable en personnage à la limite de la moralité et souvent décalé. Steve Agee est enfin mis en valeur d’une splendide façon en homme du support logistique au grand cœur. Et bien sûr, Eagly reste toujours un compagnon adorable !

Ce dernier épisode résume parfaitement une saison qui nous a conté la création d’une équipe originale pour lutter contre des éléments extraordinaires. Une bande aux personnages entiers qui savent parfaitement exploiter les qualités et les défauts des uns et des autres et qui ne tombe jamais dans le bien-pensant ou la facilité.

La fin, absolument superbe, laisse ouverte la possibilité d’une étonnante collaboration. Toutefois, il faut faire confiance au créateur pour nous offrir encore des aventures que l’on n’aura pas vu venir.

Le dernier épisode de Peacemaker est vraiment excellent et réussi à proposer encore plus que ce à quoi on pouvait s’attendre. Avec un scénario qui révèle toute sa subtilité, une réalisation remarquable et des acteurs impeccables, on s’amuse beaucoup et on passe un grand moment de divertissement en compagnie de ces étranges sauveurs de l’humanité.

Formidable et jubilatoire.

BANDE ANNONCE





 Charte des commentaires 


Superman & Lois : Critique 2.15 Waiting for Superman
Superman & Loïs : Critique 2.14 Worlds War Bizarre
Superman & Lois : Critique 2.13 All Is Lost
Superman & Lois : Critique 2.12 Lies That Bind
Superman & Lois : Critique 2.11 Truth and Consequences
The Girls on the Bus : Melissa Benoist confirmée pour la série (...)
Un Slasher dont vous êtes le héros : Prenez la place d’une (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 6 juillet 2022
Thor - Love and Thunder : La critique
The Flash : Un échange de bon procédé entre Warner Bros et Ezra (...)
Star Trek - Strange New Worlds : La saison 2 sera Klingonne ou ne (...)
Monsterverse : Premières annonces de casting pour la série (...)
Full Monthy : Hugo Speer viré de la série Disney+
Jusqu’au bout du rêve : Peacock laisse tomber la (...)
Les boucanières : Apple TV+ commande une série adaptée du roman (...)