Encanto - La fantastique famille Madrigal : La critique

Date : 21 / 11 / 2021 à 13h45
Sources :

Unification


Pour son 60ème long-métrage d’animation, les studios Walt Disney ont cherché à faire évoluer la formule habituelle qui ont fait leur succès en bouleversant certains des codes où le personnage principal est une fille. Ainsi, pour la première fois dans l’histoire des studios, Mirabelle Madrigal l’héroïne a des lunettes, et même si son physique est loin d’être disgracieux, elle n’a pas vraiment la morphologie très standardisée des princesses historiques que nous connaissons. Pour preuve, en voyant l’affiche, ma fille de quatre ans pensait que l’héroïne du film était " la très belle fille avec des fleurs " (en fait la sœur de Mirabelle) alors qu’elle n’était même pas au centre et a même exprimé sa franche déception quand je lui ai dit que c’était la fille bouclée à lunettes qui serait la protagoniste principale. Après la projection presse à laquelle je l’ai conviée elle m’a dit enthousiaste que « Mirabelle avait les mêmes lunettes qu’elle, les mêmes cheveux et qu’elle était trop belle ! ».

Cette anecdote a son importance, car elle reflète une des plus grandes réussites de Encanto, mais aussi " la morale " la plus accessible pour le jeune public, qui consiste à dire que le plus puissant et plus beau des pouvoirs est celui qui vient du cœur. Il faut avouer que c’est très réjouissant de voir la firme aux grandes oreilles proposer quelque chose d’aussi anti-Marvelien, même si on voit venir cela avant même d’avoir mis les pieds dans la salle.

Le cheminement permettant d’aboutir à la résolution du principal problème auquel est confrontée la famille Madrigal, à savoir la destruction progressive de leur maison magique, constitue l’ensemble des péripéties de l’intrigue. Même si notre héroïne ne part pas dans une grande quête à l’autre bout du monde, attendez-vous à être dépaysé plus qu’il n’en faut grâce à tous les secrets que recèle leur demeure. Le spectacle est de tous les instants, avec des décors époustouflants et des chorégraphies diablement entraînantes portées par les chansons très réussies composées par le talentueux Lin-Emmanuel Miranda. Enfants comme adultes ne pourront que savourer le spectacle visuel et sonore proposé, par contre si les premiers auront du mal à saisir les subtilités des valeurs familiales prônées par le film, les seconds trouveront le message délivré un peu trop simpliste.

Cependant, on ne pourra enlever aux réalisateurs et aux scénaristes d’Encato, qui font tous partie de la nouvelle garde du secteur animation de Disney en ayant réalisé ou scénarisé des succès public et critiques majeurs que sont Raiponce, Zootopie ou Vaiana leur volonté permanente de bouleverser les codes. Il n’y a pas d’antagoniste principal, celle qui se comporte comme une princesse est en fait malheureuse et le message politique est loin d’être anodin, les Madrigal étant des migrants à la recherche d’une nouvelle terre pour vivre en sécurité. Enfin, la volonté d’immerger le spectateur dans une culture étrangère (ici la Colombie) est plus poussée que Coco de Pixar en proposant des protagonistes de différentes origines raciales pour refléter la mixité de la population colombienne.

Au final, tout ceci participe à faire d’Encanto une œuvre majeure dans l’histoire de Disney. Est ce qu’à l’image des Eternals cela desservira son succès au box-office ou, au contraire, cette stratégie, au-delà de toute considération artistique, s’avérera être en phase avec les attentes du grand public ? Les résultats obtenus devraient nous donner de fortes indications sur la direction que prendra le studio dans la décennie à venir...

AN

Encanto est un très bon dessin animé qui raconte l’histoire d’une famille sortant vraiment de l’ordinaire.

En effet, le scénario des co-réalisateurs Jared Bush et Charise Castro Smith présente les Madrigal qui vivent au milieu de la Colombie dans un petit village coloré. Chacun de ses membres possède une faculté magique particulière qui lui permet d’aider les gens de la bourgade. À l’exception d’une jeune fille qui a le cœur sur la main. Mais suite à la disparition de la magie, celle-ci va enquêter afin d’en déterminer la raison.

Le film de Byron Howard, Jared Bush, Charise Castro Smith est extrêmement coloré et rempli d’énergie et de bons sentiments. Il est vraiment agréable que, pour une fois, un dessin animé de Disney ne présente pas de méchant. En effet, seuls les sentiments humains sont explorés, permettant une grande palette et montrant les liens qui relient tous les membres d’une famille entre eux.

De plus, les capacités magiques des divers personnages sont toutes bien trouvées et particulièrement drôles. Celles-ci sont fort bien mises en valeur, ce qui donne des séquences particulièrement impressionnantes. Sans compter que la maison familiale est elle-même magique et propose un personnage particulièrement truculent. Il est non seulement aisé de s’attacher à elle, mais il est difficile de ne pas vouloir la même, tant cette dernière est agréable et rend la vie de tous les jours bien plaisante.

Le dessin animé est aussi musical. Il y a donc 7 morceaux chantés qui s’invitent dans l’intrigue et un dernier qui se trouve dans le générique. C’est l’excellent auteur-compositeur Lin-Manuel Miranda qui les a écrits. Un très grand artiste que l’on a pu aussi découvrir en 2021 dans les formidables D’où l’on vient, Vivo et Tick, Tick…Boom !.

C’est d’ailleurs la seule remarque personnelle négative que je peux faire en tant que grande amatrice de comédie musicale. En effet, j’ai vu le dessin animé en version française, et si, comme à chaque fois, Disney prend un grand soin avec le doublage qui est tout à fait correct, la version originale des chansons est nettement meilleure à mes yeux. D’autant que l’accent des comédiens participe aussi pleinement à l’immersion au cœur de cette famille. Les spectateurs français pourront d’ailleurs découvrir vers la fin du film un titre chanté en espagnol qui n’a pas été doublé et qui est magnifique.

Les personnages ont tous une grande personnalité et une apparence qui va avec. Il est donc difficile de ne pas s’attacher à eux et on ne peut que souhaiter de bonnes choses a des personnages aussi sympathiques. De plus, à travers le personnage de la grand-mère, c’est aussi une page sombre de la Colombie qui est esquissée et qui plane sur l’ensemble de l’œuvre, montrant que l’on peut se reconstruire et trouver le bonheur, même en étant frappé de près par le drame.

Les couleurs sont très vives, les décors splendides et l’aventure bénéficie de nombreux rebondissements, souvent liés à la magie ambiante qui imprègne le récit. On sourit d’ailleurs régulièrement devant les péripéties des différents protagonistes.

Encanto est un très bon dessin animé plein de couleurs, d’énergie et de musique. Avec une histoire originale, une réalisation enjouée et des personnages attachants, il est facile de se laisser entraîner dans les aventures d’une famille qui sort de l’ordinaire.

Sympathique et divertissant.

IA

SYNOPSIS

Dans un mystérieux endroit niché au cœur des montagnes de Colombie, la fantastique famille Madrigal habite une maison enchantée dans une cité pleine de vie, un endroit merveilleux appelé Encanto. L’Encanto a doté chacun des enfants de la famille d’une faculté magique allant d’une force surhumaine au pouvoir de guérison. Seule Mirabel n’a reçu aucun don particulier. Mais lorsque la magie de l’Encanto se trouve menacée, la seule enfant ordinaire de cette famille extraordinaire va peut-être se révéler leur unique espoir…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 43
- Titre original : Encanto
- Date de sortie : 24/11/2021
- Réalisateur : Byron Howard, Jared Bush, Charise Castro Smith
- Scénariste : Jared Bush, Charise Castro Smith
- Interprètes VF : Camille Timmerman, José Garcia, Juan Arbelaez, Dominique Quesnel, Julián Andrés Ortiz Cardona, Sharon Laloum, Kaycie Chase, Ana Ka. Dolores
- Interprètes VO : Stephanie Beatriz, John Leguizamo, Wilmer Valderrama, María Cecilia Botero, Mauro Castillo, Carolina Gaitán, Diane Guerrero, Jessica Darrow
- Photographie : Nathan Detroit Warner, Alessandro Jacomini, Daniel Rice
- Montage : Jeremy Milton
- Musique : Lin-Manuel Miranda, Germaine Franco
- Décors : Lorelay Bove, Ian Gooding
- Producteur : Clark Spencer, Yvette Merino pour Disney
- Distributeur : The Walt Disney Company France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Encanto



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Sneakerella : La critique du film
Oussekine : La critique de la série Disney+
Esquisses : Critique de la saison 1
L’âge de glace - les aventures de Scrat : Critique de la (...)
Le monde de Nate : La critique du film Disney+
Star Trek Strange New Worlds : Critique 1.02 Children of the (...)
For All Mankind : La bande annonce de la saison 3
The Boys : Nouvelle bande annonce déjantée de la saison (...)
Doctor Who : Les retours de David Tennant et Catherine Tate (...)
Senior Year : La critique du film Netflix
Fast X : Alan Ritchson pour le film
Memento Mori : La critique
The First Omen : Un préquel à La Malédiction réalisé par Arkasha (...)
New York District / Law & Order - Organized Crime : (...)
The Beekeeper : Jason Statham dirigé par David Ayer