586 connectés

For All Mankind : Ouvrir la route vers Star Trek

Date : 19 / 02 / 2021 à 14h30
Sources :

Trek Movie


Le scénariste/producteur Ronald D. Moore a fait ses débuts à Hollywood sur Star Trek, avec à son actif, des dizaines de crédits de scénarios de The Next Generation, Deep Space Nine, et même de Voyager. Il a également co-écrit 2 longs métrages de Trek (Generations et Premier Contact). Il a été très occupé au cours des 2 décennies qui ont suivi la fin de la franchise Trek, et a notamment remporté un Emmy et un Peabody Award pour sa réimagination de Battlestar Galactica.

For All Mankind est la dernière série de science-fiction de Moore, qui est diffusée sur le service de streaming Apple TV+. La série, qui a son lot de références à Star Trek, raconte l’histoire alternative d’une course spatiale élargie qui n’a jamais pris fin, à partir du moment où les Soviétiques ont été les premiers à faire atterrir un homme sur la lune. La deuxième saison de la série débute cette semaine et fait avancer la série dans le temps. Dans la première partie d’un chat exclusif entre Trek Movie et Moore, ils discutent de la saison 2 et de la manière dont elle est imprégnée de l’ADN de Star Trek.

Votre synopsis de For All Mankind montre une histoire alternative du "programme spatial qu’on nous avait promis mais que nous n’avons jamais eu." La saison 1 était très ambitieuse, mais la saison 2 est un peu plus sombre. Essayez-vous de montrer le prix à payer pour une course à l’espace prolongée et l’échauffement de la guerre froide ?
Enfin, dans une certaine mesure. Cela montre certainement que même un programme spatial élargi avec de nobles objectifs ambitieux, ne sera pas du gâteau. C’est toujours une activité dangereuse. Elle est toujours prise dans la géopolitique et la politique intérieure, et les militaires y seraient certainement impliqués. Oui, il y a un aspect plus sombre et plus dangereux dans la deuxième saison parce que cela semblait être la réalité au début des années 80, de la guerre froide, de l’arrivée de Reagan et tout ça. Mais la série a toujours un point de vue très optimiste sur la place du voyage spatial dans nos vies et la façon dont il peut améliorer la vie de chacun sur Terre reste un des principes fondamentaux de la série.

La deuxième saison était en cours de préparation au moment où la nouvelle force spatiale venait d’être annoncée. Je me demandais si cela n’avait pas joué un rôle dans les tensions entre la NASA et le Département de la Défense lors de la saison 2, et s’il y avait une allégorie ou un avertissement concernant la militarisation de l’espace ?
C’est au moins une mise en garde. L’affaire de la Space Force a été évoquée, oui, alors que nous étions en train de faire des choses, et nous avons tous levé les yeux au ciel. Comme, "Oh mon Dieu, c’est quoi cette absurdité ? Mais les militaires ont fait partie du programme spatial depuis le début. C’était une entreprise militaire à bien des égards. La NASA est devenue une agence civile, mais elle était peuplée de nombreux officiers militaires. Et la plupart, si ce n’est tous les astronautes originaux, étaient des pilotes d’essai et des pilotes de chasse américains. Une grande partie de l’ADN du personnel de la NASA provenait du complexe militaro-industriel. Et comme le programme spatial s’est développé dans la réalité, il y avait des plans pour certaines des choses que se trouvent dans la deuxième saison. Dans la saison 2, l’armée de l’air a sa propre aile de navettes militaires qui partent de la base aérienne de Vandenberg. C’était un vrai plan. Ils avaient vraiment des plans pour cela. Ils n’ont abandonné ces plans qu’après l’accident de Challenger. Donc, beaucoup de choses dont nous parlons dans la deuxième saison en termes de militarisation de l’espace ne sont pas seulement de la science-fiction. C’est une réalité car il y a un intérêt militaire dans l’espace. Il y a un intérêt de sécurité nationale dans l’espace. Vous ne pouvez pas simplement prétendre que cela ne fait pas partie de l’équation.

Vous avez déjà eu un certain nombre d’anciens de Trek (et Battlestar) sur For All Mankind, comme Maril Davis, David Weddle et Bradley Thompson. Et pour la deuxième saison, vous avez fait appel à Joe Menosky. Premièrement, avait-il déjà quitté The Orville, ou l’aviez-vous rameuté grace à votre vieil ami Bannon [Braga] ? Et comment était-ce de travailler à nouveau avec Joe, qui est bien sûr un incroyable scénariste des séries Star Trek ?
Non, il venait de boucler son séjour sur The Orville. Et c’est génial de travailler à nouveau avec Joe. On se connaît depuis longtemps. J’ai passé beaucoup d’années dans les writers’ rooms avec Joe et c’était comme si je me remettais dans le bain. Il a un esprit vraiment fascinant. C’est l’une des personnes que je préfère avoir dans une writers’ rooms parce qu’il écoute beaucoup et il écoute tous les dialogues, les conversations et les débats, et puis il dit soudain quelque chose qui va droit au but que vous avez toujours manqué, ou bien il lance une idée complètement à gauche à laquelle vous n’aviez jamais pensé. Vous vous diriez : "Oh mon Dieu, c’est ça ! J’aime donc travailler avec Joe. Et aussi, Maril, David et Brad étaient de Trek, ainsi que de Battlestar. Maril a commencé sur Star Trek quand elle était assistante de production, puis assistante. Et puis David et Bradley ont écrit sur Deep Space Nine.

Les post-crédits de la fin de la saison 1 montraient un lancement dramatique de Sea Dragon, qui est quelque chose qui a véritablement été proposé. Faites-vous appel à des consultants spatiaux pour vous aider dans ce domaine, ou est-ce que ce genre de choses dont vous et votre équipe avez entendu parler à l’époque et que vous pouvez maintenant rendre réel dans la série ?
Un peu des 2. Lorsque nous avons lancé la série et que j’ai réuni l’équipe d’écriture, j’ai en quelque sorte plongé dans les projets que la NASA avait imaginés et qui n’ont jamais été réalisés. Au début, je pensais qu’il n’y aurait que 2 ou 3 choses à trouver, mais il s’avère qu’il y a des centaines de choses. Il y a tous ces plans et propositions de conception partout. Et certains d’entre eux ont été compilés dans des ebooks et d’autres médias sur lesquels j’ai commencé à faire des recherches. Et certains d’entre eux étaient simplement inspirants, comme le Sea Dragon, que je suis tombé par hasard. Je suis un aficionado du programme spatial américain et je n’ai jamais entendu parler de ce concept, et j’ai été époustouflé par celui-ci. Et puis j’ai regardé sur YouTube et il y avait des sites qui avaient fait de l’animation et ce à quoi cette chose ressemblerait en sortant de l’océan et je me suis dit que c’est la chose la plus cool que j’ai jamais vue. Et visuellement, cela nous distingue de la réalité que le public connaît. Ils n’ont jamais vu ce genre de lancement et j’ai pensé que ce serait incroyable. Et puis ça a parfaitement fonctionné dans notre intrigue, parce que dans la saison 2, nous disons que Sea Dragon est la façon dont ils transportent les principaux composants de la base de Jamestown vers la lune. Sea Dragon est tellement plus capable de soulever des charges lourdes que même Saturne V, donc les gros composants de la base de Jamestown et les missions de réapprovisionnement se font avec le Sea Dragon.

On a donc fouillé dans toutes sortes de projets qui ont été proposés mais qui n’ont jamais été réalisés. Nous cherchions des choses intéressantes et amusantes, des choses plausibles, et nous essayions de les rassembler en un programme cohérent qui ait un sens pour la façon dont les parties fonctionnent ensemble. La navette spatiale fait toujours partie de ce système. Le Skylab fait toujours partie de ce système. Mais il y a aussi une base lunaire. Quel était le but de la base lunaire ? Eh bien, pourquoi pas l’exploitation minière ? Parce que c’est comme ça qu’ils ont commencé l’exploitation minière. Donc la base est construite de manière à ce que l’exploitation minière soit logique. Et quels sont les autres satellites qu’ils peuvent avoir ? Quel est le but de Skylab ? Nous voulions que tous ces composants fassent partie d’un ensemble organique plus grand.

La deuxième saison nous emmène dans les années 80. En tant que personne née dans les années 60, cette décennie pourrait être encore plus marquante pour vous qui avez grandi à cette époque. Avez-vous dû tempérer vos pulsions de nostalgie des années 80 ?
Je n’étais pas trop tenté d’aller trop loin parce qu’il y a eu tellement de choses déjà faites dans les années 80 qu’on en fait trop, où tout est question de coiffure et de vêtements. J’ai dit à notre costumière : "Je ne veux pas faire les grandes épaulettes Dynasty". Nous ne faisons pas ça. Nous ne faisons pas les choses qui sont devenues caricaturales encore et encore. Il fallait en avoir certains éléments, juste pour que ce soit les années 80. Ronald Reagan est un personnage incontournable. Certaines musiques sont vraiment iconiques et vous ne pouvez pas ne pas jouer certaines de ces musiques si vous voulez être dans les années 80. Mais quand je vivais dans les années 80, je n’avais pas l’impression que c’était une caricature exagérée. J’avais juste l’impression que c’était la réalité. Nous l’avons tous traité comme quelque chose de normal, c’était juste notre sens de la norme. Donc vous voulez que la série soit comme ça. Les personnages ne savent pas qu’ils sont dans une pièce d’époque. Les personnages ne font que vivre leur vie. Donc vous ne vouliez pas essayer de vous encombrer de toutes les références des années 80 auxquelles vous pouviez penser. Vous vouliez juste le présenter comme si c’était un jour comme les autres.

Vous utilisez quelques astuces pour incorporer des personnages historiques dans la série, comme dans la première saison où vous aviez Nixon mais surtout avec de l’audio. Dans la deuxième saison, vous avez eu une vidéo avec Reagan et d’autres utilisant des images d’archives mais aussi des trucs qui sont faux. Pouvez-vous nous dire comment vous avez donné vie à tout cela ?
La technologie, faute d’un meilleur terme, est la fausse technologie profonde dont les gens parlent toujours. C’est quelque chose que nous avons essayé d’exploiter. Comment faire pour que Ronald Reagan, lors d’une conférence de presse ou sur un vidéophone, parle à nos personnages et change le dialogue ? Et c’est certainement possible, mais c’est toujours un processus coûteux et difficile. Nous avons donc dû en quelque sorte choisir nos moments, et ils ne sont toujours pas bon marché et faciles. Cette technologie va évidemment s’améliorer au fil du temps, mais pour l’instant, nous avons dû décider du moment où nous allions le faire, et il fallait que ce soit très précis. Cela demande beaucoup de travail. Les clips source originaux ne sont évidemment pas de qualité HD. C’est un défi. Il faut des gens qui peuvent imiter de manière convaincante la voix des gens, que ce soit celle de Johnny Carson ou de Ronald Reagan. Et puis vous devez faire face à ce qu’on appelle le "lip flap", qui consiste littéralement à regarder leur bouche bouger dans certaines formes pour former des voyelles et des consonnes. Cela demande un travail intense et c’est juste un processus très fastidieux à mettre en place. Vous pouvez donc voir que nous l’avons fait quelques fois ici et là.

L’un des changements constatés sur For All Mankind est la diversification précoce de la NASA, avec encore plus de nouveautés dans la deuxième saison. Est-ce juste une réalité que vous ne pouvez pas faire une série dans les années 2020 avec seulement une bande de blancs ? Ou pensez-vous que cette course à l’espace, qui s’est développée plus rapidement, aurait fait entrer davantage de personnes de couleur et de femmes dans le programme spatial ?
Ce fut l’un des concepts fondamentaux de la série. J’ai eu l’impression de faire une histoire alternative du programme spatial qui était plus grande et meilleure. Et pourquoi est-elle meilleure ? Ce n’est pas seulement parce que nous avons beaucoup de nouvelles technologies, de nouveaux vaisseaux spatiaux et de nouvelles bases lunaires que nous n’avons jamais vus. C’est aussi parce que nous créons un monde meilleur. Pour le ramener à Trek, c’est la route vers Star Trek. En quoi consiste la route vers Star Trek ? C’est devenir de meilleures personnes, avoir une meilleure société. Et comment le programme spatial pourrait-il nous aider à devenir une société meilleure ? Et si nous mettions les femmes dans l’espace avant que cela n’arrive ? Pourquoi cela arriverait-il ? Eh bien, les Soviétiques ont envoyé une femme dans l’espace 20 ans avant la NASA. Alors peut-être que dans le contexte de notre réalité alternative, les Soviétiques continuent à faire monter les enjeux et ils ont mis une femme sur la lune. Et cela a fait dire aux États-Unis : "Oh, mon Dieu, où sont les femmes, nos astronautes ?

Et puis ce qui commence comme un coup de pub pour les égaler, devient quelque chose de plus grand quand on voit soudain des femmes faire dans l’espace des choses héroïques et dangereuses qui jusqu’alors n’étaient faites que par des hommes blancs. Et ce genre d’expérience nationale de voir cela se produire déclencherait davantage de changements sociaux. Parce que vous parlez du début des années 70, quand il y avait déjà beaucoup de changement social dans l’air. Il y a eu le Mouvement de libération des femmes. Il y a eu beaucoup de mouvements afro-américains pour les droits civiques qui ont eu lieu. L’agitation devait en quelque sorte aller encore plus loin. C’est ce que nous avons dit : Comme la NASA a montré la voie et a montré à l’Amérique différents types de héros, la société allait évoluer de la même façon. Et la NASA allait se diversifier encore plus. Et cela se produirait à un rythme plus rapide. Une fois de plus, cela ferait bouger le pays et le monde sur la voie d’un avenir plus inclusif.

Ils ont récemment annoncé la troisième saison, alors vous avancez d’une décennie ? Comme For All Mankind avance dans le temps, y a-t-il des inquiétudes à propos des divergences trop importantes qui pourraient ne plus être réelles ?
Une des choses que nous avons dites dans la writers’ room est que nous ne voulons pas nous éloigner de l’histoire réelle au point d’avoir l’impression que c’est un monde différent. Ce n’est pas encore le cas. Nous voulions que ce soit plausible, comme si toutes ces choses avaient vraiment pu se produire. C’est le chemin que nous n’avons pas pris. Vous voulez qu’il soit capable de reconnaître certains moments clés de l’histoire, et des moments de l’histoire de la culture populaire. Pour que lorsque vous regardez la série, vous puissiez vous dire : "Oh, oui, ce sont les années 80". Ce sont des années 80 différentes de celles dont je me souviens, mais oui, il y a beaucoup de choses qui se ressemblent. Ronald Reagan est là. Je me souviens de cet air. Je sais qui est John Lennon."

Et oui, nous allons passer aux années 90 dans la troisième saison. Et nous allons à nouveau essayer de conserver certaines références de ce qui se passait vraiment dans les années 90. Cela dit, plus on avance dans cette voie, plus on s’éloigne de la branche principale. Et plus on s’éloigne de la branche principale, plus les choses vont changer, de plus en plus. Il y a donc un point où le présent qui est exposé dans For All Mankind sera assez différent du monde que nous connaissons. Mais même dans ce cas, nous essaierons de rester en contact avec notre réalité.

Vous avez écrit votre première histoire alternative il y a plus de 30 ans avec "Yesterday’s Enterprise". Star Trek vous a-t-il préparé à écrire l’histoire alternative dans For All Mankind ?
Oui, je pense que Star Trek m’a essentiellement appris à écrire pour la télévision de bien des façons. Et nous avons fait beaucoup d’épisodes de voyage dans le temps. Nous avons parlé en interne de beaucoup d’histoires, de beaucoup d’idées d’histoires alternatives. Ce n’était pas seulement comme "Yesterday’s Enterprise", il y avait d’autres sujets dans l’air, des lignes de temps qui changeaient et des séries que nous n’avions jamais faites, ou du moins des concepts de cette histoire ou d’une réalité alternative qui étaient certaines choses qui se passaient et qui n’avaient pas lieu. J’ai donc été engagé dans des conversations sur ce genre de concepts comme exercice théorique pendant très longtemps. Ainsi, l’approche de ce projet m’a semblé très familière. Et c’était amusant parce que j’avais fait tout ce travail de base dans Trek et c’était aussi quelque chose que j’ai apprécié. J’aime l’histoire et j’ai toujours aimé le genre de jeu "Et si ?" de l’histoire. Et si cela arrivait ? Et si l’amiral Nagumo faisait un choix différent à la bataille de Midway ? Comment cela aurait-il affecté le reste de la Seconde Guerre mondiale, et ainsi de suite ? Alors, ça a joué en ma faveur.

La seconde saison de For All Mankind fait avancer la série une décennie plus tard, en 1983 et au plus fort de la guerre froide, les États-Unis et les Soviétiques s’affrontant pour contrôler des sites riches en ressources sur la lune. La seconde saison de 10 épisodes fera ses débuts dans le monde entier avec le premier épisode le vendredi 19 février 2021, suivi d’un nouvel épisode hebdomadaire, tous les vendredis, exclusivement sur Apple TV+.



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


For All Mankind : Ronald D. Moore tease le passage aux années 90 (...)
For All Mankind : Sur la route vers Star Trek, un petit passage (...)
For All Mankind : Ouvrir la route vers Star Trek
For All Mankind Saison 2 : Une bande annonce qui prouve que la (...)
For All Mankind : Michaela Conlin rejoint la saison 2
The Boys : Jusqu’où ira l’irrévérence de la série (...)
Le Passager n°4 : La review du film Netflix
Falcon et le Soldat de l’hiver : De l’importance (...)
The Empty Man : La review du film Disney+ Star
Disney+ : La filmothèque Sony bientôt sur les plates-formes de (...)
22 contre la Terre : Un court métrage Soul arrive sur (...)
The Rookie : Emily Deschanel invitée chez Nathan Fillion
Rock ’Em Sock ’Em Robots : Vin Diesel se lance dans (...)
Florida Man : Edgar Ramírez pour mener la distribution de la (...)
La Brea : Josh McKenzie & Chloe De Los Santos pour le pilote (...)