356 connectés

[email protected] - Lovecraft Country : L’horreur à tous les étages dans la série HBO / OCS

Date : 30 / 07 / 2020 à 12h15
Sources :

Slashfilm


La série Lovecraft Country, produite par Jordan Peele et J.J. Abrams pour HBO, semble détenir tous les ingrédients pour être l’une des meilleures séries d’horreur du réseau câblé de l’année, et si une chose semble également certaine, c’est qu’elle est aussi un condensé d’horreur Lovecraftienne (du nom de H.P. Lovecraft, l’auteur de bon nombre de romans fantastique et horrifique), mais prend aussi des allures de série qui montre l’horreur du racisme dans un contexte du Jim Crow, ces lois qui ont été mises en place dans les États du Sud des USA et qui visaient à entraver l’effectivité des droits constitutionnels des Afro-Américains acquis au lendemain de la Guerre de Sécession, le Treizième amendement de la Constitution.

Présents au panel virtuel du [email protected] de ce weekend, Jurnee Smollett-Bell, Jonathan Majors, Michael Kenneth Williams, Aunjanue Ellis, Wunmi Mosaku, Abbey Lee et Courtney B. Vance, et ce qui est ressorti le plus de ce panel, garanti 100% sans spoilers, c’est la façon dont la série détaille des événements du passé qui sont encore, malheureusement, pertinents aujourd’hui.

La série Lovecraft Country, qui sera sur HBO (mais aussi sur OCS en France) en août prochain, est centrée sur "Atticus Freeman (Majors), son amie Letitia (Smollett-Bell) et son oncle George (Vance) à travers l’Amérique régie par le Jim Crow des années 1950, alors qu’ils surmontent les terreurs racistes et les monstres terrifiants arrachés à un roman de H.P. Lovecraft".

Mais alors que Jurnee Smollett-Bell qualifie Lovecraft Country de "drame familial", Courtney B. Vance ajoute que la série traite de la façon dont les choses qui se passaient dans les années 1950 se passent encore aujourd’hui. Lovecraft Country est une série qui traite directement du racisme, ce qui rend presque impossible toute séparation avec le moment présent dans lequel nous nous trouvons.

Une séquence a particulièrement marquée les membres de la distribution de la série, et elle impliquait... des policiers racistes, dans une "ville du coucher du soleil" - ville de l’époque où les Noirs devaient être hors de vue avant qu’il ne fasse nuit, sinon ils seraient du beau gibier à chasser et à tuer. La discussion sur cette scène a finalement conduit au point fort du panel quand Vance à déclaré que les Noirs sont actuellement malades et fatigués d’être dans un cycle de racisme sans fin.

Smollett-Bell, quant à elle, a parlé de la façon dont Lovecraft Country explore notamment le racisme structurel et le racisme systémique, en particulier celui qui concerne la police. Le thème du traumatisme générationnel résonne à travers la série. Au-delà de cela, il a été beaucoup question du fait que Lovecraft Country est comme une famille, et comment la showrunneuse Misha Green a contribué à favoriser cela avec le monde qu’elle a créé.

Finalement, la meilleure raison de regarder Lovecraft Country, selon Courtney B. Vance, est que la série est "si différente, et si engageante, surtout dans la période où nous vivons maintenant".




Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Last of Us : La série HBO sera une extension du jeu (...)
The First Shot : La chasse au vaccin contre la COVID-19 se fera (...)
[email protected] - Lovecraft Country : L’horreur à tous les (...)
In Treatment : Le reboot de retour chez HBO ?
Room 104 : La bande annonce de la quatrième saison
Pinocchio : Disney voudrait Tom Hanks pour jouer Geppetto dans le (...)
Virus tome 2 : La critique
VOD DVD - Bandes Annonces : 8 août 2020
Captain Marvel 2 : On sait qui réalisera le film Marvel (...)
Raised by Wolves : HBO Max dévoile une bande-annonce
Monster Hunter : Le film est 100% prêt
Stargirl : Review 112 - Stars & S.T.R.I.P.E. Part (...)
DC FanDome : La bande annonce de l’évènement virtuel
Netflix - Bandes annonces : 7 août 2020
Yakari, le film : La critique