556 connectés

Doom Patrol : Une série sauvage qui a su rester humaine (SPOILERS)

Date : 30 / 06 / 2020 à 13h45
Sources :

Collider


Doom Patrol en est à sa saison 2 depuis quelques jours seulement sur DC Universe et HBO Max et son showrunner Jeremy Carver - qui "ne sait vraiment pas comment décrire" sa propre création - s’est entretenu avec nos amis de Collider pour nous expliquer en quoi la saison 1 de la série influence irrémédiablement cette toute nouvelle histoire centrée sur la plus étrange équipe de super-héros de DC. Le scénariste et producteur délégué en chef s’est également exprimé sur le processus créatif mis en branle pour cette saison, mais pas seulement.

Pour rappel, la saison 2 de Doom Patrol voit nos Cliff Steele alias Robotman (Brendan Fraser / Riley Shanahan), Larry Trainor alias Negative Man (Matt Bomer / Matthew Zuk), Rita Farr alias Elasti-Woman (April Bowlby), Jane alias Crazy Jane (Diane Guerrero) et Victor Stone alias Cyborg (Joivan Wade) être en pétard contre Niles Caulder alias Le Chef (Timothy Dalton) alors que ce dernier n’a pas été très sympa avec eux. Notre joyeuse bande d’inadaptés sociaux - devenus touts petits - doivent également apprendre à vivre avec un nouveau membre dans la famille, Dorothy Spinner (Abigail Shapiro), la fille de Niles, qui possède de son côté des pouvoirs un peu plus que menaçants.

Dans quelle mesure la saison 2 est-elle proche de votre idée de départ ? Ce que nous voyons est fondamentalement ce que vous pensiez qu’elle serait, ou est-ce que la première saison a changé un peu ce que vous vouliez faire ?

C’est une bonne question. C’est en grande partie la façon dont nous voulions le faire. Je ne peux pas dire que, dans la saison 1, nous avons même relié tous les points qui allaient se produire dans la saison 2, mais en termes d’arc global de la découverte de ce que le chef avait fait, et puis l’introduction de la raison pour laquelle il a fait ce qu’il a fait, étant sa fille Dorothy, et l’utilisation de cela comme tremplin pour explorer ce qui allait en découler dans la saison 2 était pleine d’heureux accidents. Mais nous nageons dans les bonnes eaux.

Y a-t-il des choses que vous avez faites dans la première saison [...] qui ont affecté ce que vous pouviez faire ou ajouter dans la deuxième saison ?

Oui, y a deux ou trois choses. Premièrement, nous avons réalisé que la bouche de tout le monde n’a pas besoin de bouger pour être un personnage influent. Vous pouvez avoir beaucoup de personnages différents qui ne sont pas nécessairement ce que les gens s’attendent à voir. Deuxièmement, nous étions heureux, car nous pensons avoir réussi, en tant qu’équipe d’écriture, à revenir dans l’histoire avec nos personnages principaux et à faire beaucoup de travail de style. Cela se poursuit dans la saison 2. Cela nous permet d’en dire plus sur nos personnages et parfois, cela a même l’effet supplémentaire de nous permettre de raconter un peu plus l’époque dans laquelle ils vivaient, ce qui nous plaît.

Il y a beaucoup de choses dans cette série que je ne sais pas comment vous avez fait, des personnages qui n’ont pas de bouche, jusqu’à avoir un cafard et un âne et une rue comme personnages. Ce sont toutes des choses qui semblent n’avoir jamais dû fonctionner, mais elles ont vraiment donné à cette série le charme qu’elle a.

Oui, c’est très bien. La série s’est mise en place très rapidement, dans la saison 1, donc nous avons dû avancer à une vitesse assez rapide. [...] Il y avait une énergie nerveuse et un courant électrique dans la salle des scénaristes, et les gens ont foncé. C’était absolument merveilleux d’être dans cette salle, l’année dernière, comme cette année aussi.

Vous avez dit que vous pouviez aller où vous voulez avec cette série, en termes de folie [...]. Y a-t-il jamais eu un moment où quelque chose est allé trop loin ou a été trop fou ? Avez-vous déjà trouvé cette limite ?

Il y a eu des moments où je me suis vraiment demandé si je devais ou non faire une séquence de quatre à sept minutes d’un cafard géant [en train d’embrasser] un rat géant. Je pensais que nous étions peut-être entrés dans la grande zone interdite, mais j’étais très heureux de cet épisode. C’était un gros risque, tout autour, et nous nous sommes beaucoup amusés à le réaliser.

Vous avez décidé de revenir avec tout le monde encore minuscule. Quels sont les plus grands défis à relever pour réaliser quelque chose comme ça, visuellement [...] ?

L’épisode 1 a été un grand défi technologique pour le réalisateur de l’épisode, Chris Manley, ainsi que pour la conception de la production et les effets visuels, et ils ont fait un travail vraiment merveilleux. L’endroit idéal pour le tournage de cet épisode est devenu cet immense circuit de course qui se trouve dans la chambre de Cliff. Avec toute la considération qui a été apportée à la conception du décor pour donner vie à tout cela, et en mariant cela avec les effets visuels, c’est une réalisation vraiment extraordinaire que ces gars ont réussi. C’était difficile. C’était notre tout premier épisode, mais comme c’était la deuxième saison, nous voulions nous surpasser, de manière créative. C’était, comme on dit, un travail d’amour pour y parvenir.

Cela semble être une révélation assez difficile à surmonter, [de savoir] que la raison pour laquelle l’équipe s’est retrouvée dans cette situation [...] c’est à cause du Chef. Est-ce que c’est quelque chose qui va continuer à se produire ? Vont-ils devoir continuer à creuser profondément, afin d’être d’accord avec ce qu’il leur a fait à tous ?

La révélation selon laquelle Le Chef a causé tous les accidents qui ont fait d’eux ce qu’ils sont maintenant est une bombe de la saison 1, et une partie du véritable enthousiasme pour plonger dans la saison 2 a été d’explorer comment exactement ces personnages vont y faire face. Je pense que vous voyez, dès le saut dans le premier épisode, qu’ils font tous face à la situation de manière légèrement différente. Lorsqu’on les décompose vraiment, ils ont des raisons très différentes de se comporter.

Cliff est amer, et la question est de savoir s’il pourra un jour faire passer la rage qu’il ressent envers le chef, et si vous ressentez une telle rage, que faites-vous encore là ? Pourquoi êtes-vous encore dans cette maison ? C’est une question qui est constamment posée, et elle s’inscrit dans le thème de la saison « Vous êtes ici, vous êtes petits et vous vivez sur une piste de course. Allez-vous grandir ou pas ? »

La double révélation ou le fait d’entendre que le chef a causé leur douleur et que la raison en est Dorothy, sa fille, oblige l’équipe à se pencher encore plus sur eux-mêmes et sur leur passé, et à explorer tous les traumatismes générationnels dont ils ont fait partie, quand il s’agissait de leur propre famille, quand ils étaient enfants et quand ils étaient adultes. Trouver un passé qui les occupe pendant une grande partie de la saison.

Cette saison, il y aura le Doctor Tyme, les Candlemaker, Red Jack et les SeX-Men. Qu’est-ce qui vous enthousiasme le plus, avec ces personnages ?

J’adore le fait que les scénaristes s’imprègnent de la tradition de la bande dessinée Doom Patrol pour en tirer des personnages de toutes les époques. C’est ce qui a fait de Doom Patrol, la bande dessinée, une série si amusante au fil des ans. Le fait que nous puissions faire des tirages profonds et donner vie à ces méchants moins connus de l’univers DC, tout comme la Doom Patrol était une partie moins connue de l’univers DC, c’est très amusant. Même les plus petits d’entre nous ont des sentiments, des émotions et des plans diaboliques, et c’est très amusant de pouvoir mettre cela en lumière. Pour tous les personnages que vous avez mentionnés, j’adore ce qui a été fait avec eux cette année. Donner vie à ces personnages est bien plus que des mots sur une page, car il faut vraiment un effort artistique incroyablement intensif de la part de toute l’équipe pour réaliser certaines de ces choses. C’est tellement agréable de voir et de ressentir la fierté qu’il faut pour créer ces personnages. Leur donner vraiment l’amour qu’ils méritent a été un plaisir.

Avez-vous un processus pour déterminer quels personnages vous voulez faire entrer ?

C’est un peu une troisième option. Nous essayons de nous mettre à la place de nos personnages, principalement les arcs que nous avons établis pour nos personnages principaux, pendant la saison. Donc, le plus souvent, une fois que nous savons où nous voulons que nos personnages principaux de la Doom Patrol soient, émotionnellement, c’est là que nous entrons dans la bande dessinée de Doom Patrol et que nous en sortons certains des bons et des méchants qui peuvent être utilisés d’une manière qui nous permet essentiellement de raconter ou d’illustrer les voyages émotionnels que font nos personnages principaux.

Bien que nous aimions les personnages fous que nous sortons, et croyez-moi, il y a eu de nombreuses fois où nous avons sorti un personnage et l’avons fait fonctionner parce que nous voulions juste y voir un personnage spécifique, pour la plupart, le type de gentils et de méchants que nous sortons des bandes dessinées est destiné à souligner les voyages émotionnels de notre distribution actuelle.

Dorothy est un personnage si intéressant parce que c’est quelqu’un qui ne peut pas vraiment grandir. Qu’est-ce que cela ajoute à la narration de cette saison ?

Une des grandes choses que Dorothy apporte est que, malgré son éclat et son optimisme, elle n’a pas moins souffert de traumatismes que quiconque dans cette maison, mais malgré cela, elle est l’un des rares membres de cette famille qui peut se réveiller avec un sourire sur le visage.

Cela ne fait que remettre en question les adultes, « Si cet enfant peut tenir le coup, pourquoi pas moi ? », et cela les oblige vraiment à faire face à certaines des choses qui les empêchent d’aller de l’avant dans leur vie. Mais quand vous dites que Dorothy ne peut pas grandir, je mettrais une croix sur cette hypothèse et j’attendrais de voir ce qui va se passer.

J’aime que nous ayons plus de Mark Sheppard dans la saison 2. Qu’est-ce qui a fait de lui le personnage que vous vouliez, et qu’est-ce qui vous a décidé à le faire revenir ?

Je suis juste un de ses fans, et je pense qu’il fait un travail absolument extraordinaire en rendant un personnage fondamentalement mauvaise si convaincante qu’on ne se soucie même pas de savoir à quel point elle est mauvaise parce qu’elle est tellement amusante à regarder. Il y a des niveaux et il est délicieusement dans le monde du flou. Au moment où nous avons décidé d’utiliser le personnage de Willoughby Kipling, la question de savoir qui ce serait n’a pas été très claire.

Qu’est-ce qui vous a le plus impressionné dans le travail de la distribution et ce qu’elle a apporté à ces personnages ?

Quand vous êtes dans une série de super-héros, certains éléments de la série ne sont parfois pas aussi importants que d’autres, et ce que cette distribution a fait, dès la première image de la série, a été de comprendre et d’illustrer qu’il s’agit d’une série, avant tout, sur les êtres humains et la condition humaine.

Ils traitent toutes les circonstances, des plus traumatisantes aux plus absurdes, avec la même honnêteté, et ils m’époustouflent par leur dévouement à leurs personnages et aux histoires que nous racontons tous. Et puis, vous avez des personnages, comme Robotman et Larry Trainor, qui sont joués par deux personnes différentes. C’est un beau lien d’humanité, avec ces quatre personnes différentes qui jouent deux personnages. Pour moi, c’est tout simplement incroyable qu’ils puissent insuffler autant de vie à ces gens, sans être tous ensemble dans le même espace... Cette série est tout ce qu’il y a dans une bouteille, et tout est question d’équilibre, de montage et de réussite. Nous n’avons peur de rien. Nous croisons les doigts parfois et espérons que tout va marcher, mais nous avons eu beaucoup de chance d’avoir des gens aussi brillants pour réaliser ce projet.

Concernant l’avenir de Mr. Nobody (Alan Tudyk), cette saison, Carver botte en touche : "Je le considère comme quelque peu irrésolue, mais je ne vous promets pas que nous allons résoudre cette histoire cette saison". Cette réponse semble ouvrir la voie à une saison 3, mais le scénariste explique tout simplement que "Nous avons des idées, mais rien de concret encore".


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Doom Patrol : Une série sauvage qui a su rester humaine (...)
Doom Patrol : Bande annonce de la saison 2 de la série DC (...)
Doom Patrol : Premières images et affiches de la saison (...)
Doom Patrol : La jeune Abigail Shapiro pour le bijoux de DC (...)
SDCC 2019 - Doom Patrol : Une saison 2 pour notre série coup de (...)
Star Trek Lower Decks : Vers la comédie animée et au (...)
Projet DC : Un univers The Batman en préparation sur HBO (...)
USS Greyhound - La Bataille de l’Atlantique : La review du (...)
La voix du succès : La critique
Charlie et ses drôles de dames : Pourquoi Thandie Newton a refusé (...)
The Fall [VOD] : La critique
Mystery Men : Le concours
Les 3 lois : La critique du recueil de scénarios inspirés des (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 14 juillet 2020
Wonder Woman 1984 : Lancer de javelot olympique