485 connectés

Le Colocataire : La critique

Date : 28 / 06 / 2020 à 09h15
Sources :

Unification


Le colocataire est un film intéressant, mais un peu long, qui traite de l’homosexualité en Argentine.

Le scénario de Marco Berger présente deux travailleurs qui vont cohabiter dans le même logement. Ces derniers vont progressivement se rapprocher et entamer une liaison qu’ils cachent aux autres.

Le sujet plutôt délicatement traité. Le réalisateur Marco Berger se focalise sur le jeune homme qui emménage et le suit de près. Il capte sans arrêt ses émotions, son regard, sa posture. Il saisit les échanges, les frôlements et les caresses que les deux hommes s’envoient, parfois subtilement.

En effet, beaucoup de passages ont peu de répliques, ce qui permet de laisser du temps à la relation de se déployer et de s’épanouir devant nos yeux. Bien que ce parti-pris entraîne aussi certaines longueurs qui peuvent faire parfois décrocher l’attention. D’autant qu’il y a une trame narrative qui se focalise quasiment exclusivement sur l’appartement que partage les deux hommes et qui n’amène jamais de véritables rebondissements.

L’interprétation est très juste. Gaston Re est vraiment superbe en homme amoureux espérant pouvoir vivre sa vie sans ne plus avoir à se cacher. Le comédien incarne fort bien cet homme taiseux et son regard et l’expression de son visage sont extrêmement parlant et content à merveille l’attirance, le doute et parfois la déception qui l’habite. Alfonso Barón est très intéressant en personne aimant le sexe, mais ne voulant pas avouer qu’il a des relations avec les hommes.

La mise en scène choisit des cadrages intéressants et des plans très travaillées. Plutôt que de capter des individus, la caméra s’attarde sur une main, ou un geste qui sont parlant d’eux-mêmes. On assiste donc à de très beaux passages, mais qui parfois ne font pas beaucoup avancer une histoire dont on décode assez rapidement le devenir.

Le colocataire est un film qui capte bien le désir et le sentiment amoureux, mais qui manque un peu de passion pour vraiment emballer le spectateur. Avec des passages très intéressants, un vrai travail sur l’esthétique et deux acteurs qui fonctionnent bien ensemble, on peut apprécier cette histoire proche de la réalité et qui permet de brosser un certain portrait de l’homosexualité en Argentine. Un long métrage montrant avec une vraie pudeur l’acceptation de ce que l’on est, et qui laisse une fin ouverte, bien que la démonstration soit un peu trop longue pour être toujours captivante.

Intéressant et imagé.

SYNOPSIS

Juan doit vite trouver un colocataire après le départ de son frère. C’est finalement Gabriel, son collègue charmant et taciturne, qui emménage. Ce qui débute comme un arrangement innocent se transforme rapidement en attraction naissante, puis en passion…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 51
- Titre original : Un Rubio
- Date de sortie : 01/07/2020
- Réalisateur : Marco Berger
- Scénariste : Marco Berger
- Interprètes : Gaston Re, Alfonso Barón, Malena Irusta, Ailín Salas, Ishbel Mata, Eduardo Mendábal, Uriel Ledezma
- Photographie : Nahuel Berger
- Montage : Marco Berger
- Musique : Pedro Irusta
- Producteur : Marco Berger, Lucas Papa, Gaston Re pour Universidad del Cine
- Distributeur : Optimale Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Le colocataire



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


La voix du succès : La critique
Eté 85 : La critique
Abou Leila : La critique
Mon Ninja et moi : La critique
Felicità : La critique
Projet DC : Un univers The Batman en préparation sur HBO (...)
USS Greyhound - La Bataille de l’Atlantique : La review du (...)
La voix du succès : La critique
Charlie et ses drôles de dames : Pourquoi Thandie Newton a refusé (...)
The Fall [VOD] : La critique
Mystery Men : Le concours
Les 3 lois : La critique du recueil de scénarios inspirés des (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 14 juillet 2020
Wonder Woman 1984 : Lancer de javelot olympique
Doom Patrol : Review 2.05 Finger Patrol