397 connectés

Dopesick : Michael Keaton pour la mini-série Hulu réalisée par Barry Levinson

Date : 23 / 06 / 2020 à 07h45
Sources :

Deadline


Après Nine Perfect Strangers avec Nicole Kidman et Melissa MaCarthy, après The Other Typist avec Keira Knightley, voilà que Hulu donne un autre feu vert pour une mini-série adaptée d’un roman à succès avec une énorme star à sa tête. Cette fois-ci, c’est Michael Keaton qui sera dans Dopesick, une série limitée de 8 épisodes, adaptée du best-seller éponyme de Beth Macy. Et là encore, le talent de renom ne sera pas simplement devant la caméra, il sera également derrière puisque c’est Barry Levinson (Rain Man, Good Morning, Vietnam) qui réalisera.

Le projet était jusque-là en développement entre les mains de Danny Strong, co-créateur, scénariste et producteur délégué d’Empire, de Warren Littlefield, producteur délégué de The Handmaid’s Tale, et des équipes de Fox 21 Television Studios.

Dopesick est décrit comme un regard ambitieux, poignant et fascinant sur la lutte de l’Amérique contre la dépendance aux opiacés. Elle emmènera - en 2021 - les téléspectateurs à la découverte d’une communauté minière de Virginie en détresse, dans les couloirs de la DEA et dans l’opulence du "one percenter" de l’industrie pharmaceutique incarnée par Big Pharma Manhattan. Les portraits sans ménagement mais profondément humains des différentes familles touchées et leurs histoires entrecroisées dressent un miroir de la situation actuelle de l’Amérique, tout en jetant un éclairage plein d’espoir sur les héros qui luttent contre la pire épidémie de drogue de l’histoire américaine.

Keaton sera Samuel Finnix, un médecin de la vieille école qui aborde sa mission avec gentillesse et compassion, mais qui se retrouve empêtré dans le secret mortel de Big Pharma.

C’est en 2018 que Fox 21 et The Littlefield ont acquis les droits sur le roman Dopesick - Dealers, Doctors and the Drug Company that Addicted America de Macy pour en faire une série télévisée. D’abord destinée à FX, la mini-série est finalement passée à Hulu. Danny Strong, quant à lui, a rejoint le projet alors qu’il était sous contrat avec 20th Century Fox TV, le studio "frère" de Fox 21. Il a d’ailleurs fait l’objet d’un transfert pour l’occasion. Dopesick prend maintenant véritablement de l’ampleur avec l’arrivée de Keaton et Levinson.

Bert Salke, président de Fox 21, a déclaré : "Bien que nous ayons été très conscients et empathiques face à l’horrible douleur causée par la crise des opiacés pour des millions de personnes dans ce pays, nous avons été époustouflés lorsque Warren Littlefield nous a montré le livre Dopesick de Beth Macy. Par conséquent, Danny Strong avait élaboré son propre récit de l’épidémie d’opiacés et, sous la forme typique de Danny, il était fascinant. [...] Le fait que Warren et Danny collaborent sur ce projet est le rêve d’un studio. Avec Barry Levinson et Michael Keaton, nous avons toutes les raisons de croire que cette histoire importante sera l’un des événements télévisés de l’année à venir".

Craig Erwich, vice-président des originaux de la plate-forme de streaming passée sous contrôle de Disney, a expliqué : "Dès que nous avons rencontré Danny Strong au sujet du best-seller de Beth Macy, nous avons immédiatement su que c’était le genre de série révolutionnaire qu’il nous suffisait d’apporter à Hulu. Le point de vue inébranlable et profondément convaincant de Danny sur la crise des opiacés aux États-Unis va donner vie à l’une des histoires les plus importantes ayant un impact sur notre culture. Ajoutez à cela la vision cinématographique de Barry Levinson et le talent extraordinaire de Michael Keaton, et nous avons une série incontournable qui incarne parfaitement notre marque Hulu Originals".

Dopesick sera produite en délégation par Strong et Levinson, mais aussi avec Keaton, John Goldwyn (Dexter), Littlefield, Macy et Karen Rosenfelt (Twilight).

Pour Danny Strong, lauréat d’un Emmy, il s’agira de sa toute 1ère série pour Hulu : "Je suis très heureux de raconter cette histoire avec une entreprise aussi audacieuse que Hulu. La crise des opiacés est l’une des histoires les plus importantes de notre époque et je suis honoré non seulement de rendre hommage à ses victimes, mais aussi de mettre en lumière les héros qui ont riposté. Des lois ont été violées et de nombreux mensonges ont été racontés. Le système nous a fait défaut et Dopesick va montrer à tout le monde comment tout cela s’est passé".

La mini-série marque le plus gros projet télévisuel de Michael Keaton depuis The Company en 2013. Nominé aux Oscars pour son rôle dans Birdman, Keaton sera dans The Trial of Chicago 7, le drame criminel d’Aaron Sorkin, le film d’action Morbius de Sony et le thriller The Asset de Martin Campbell. Le voici ci-dessous dans Spotlight, le drame de Tom McCarthy, aux côtés de Rachel McAdams.

Dopesick est enfin la 2e série consacrée au fléau des opiacés aux USA. Au début de l’année, Netflix a également commandé Painkiller, réalisée par Peter Berg.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Nine Perfect Strangers : Michael Shannon sur Hulu
Nine Perfect Strangers : Tiffany Boone se joint à Nicole (...)
Nine Perfect Strangers : Au tour de Grace Van Patten de rejoindre (...)
Nine Perfect Strangers : Melvin Gregg pour la prochaine (...)
The Great : Sa Majesté reviendra pour une saison 2 sur (...)
Mulan : Le film prend la direction de Disney+, mais cela aura un (...)
The Boys : La bande annonce finale complètement dingue de la (...)
Arrowverse : Les héros DC de The CW luttent aussi contre le (...)
The Fugitive : Review des 5 premiers épisodes de la série (...)
Warrior : La bataille pour San Francisco continue dans la bande (...)
L’Infirmière : La critique
Apollo 10 ½ - A Space Age Adventure : Un film hybride innovant (...)
Invincible : Zachary Quinto et 7 anciens de TWD pour vocaliser la (...)
Beyond Good & Evil : Le réalisateur de Détective Pikachu aux (...)
void TRRLM() ; //Void Terrarium : La critique du jeu sur (...)