376 connectés

PIFFF 2019 : Jour 2

Date : 13 / 12 / 2019 à 09h30
Sources :

Unification


Cette deuxième journée du PIFFF a tenu tous ses promesses. Un premier film en compétition qui est très propre et un autre franchement réussi. Quant à celui hors compétition, de Ronny Yu, il a bien rempli la salle d’amateurs souhaitant voir cette première mondiale de la version restaurée en 4K d’une œuvre majeure du réalisateur qui l’a fait connaître internationalement en 1993.

Comme pour tous les derniers films des 7 journées du PIFFF, le réalisateur Alexandre O. Philippe s’est déplacé pour présenter son œuvre et en discuter ensuite avec le public. Vous pouvez d’ailleurs découvrir la vidéo dans la suite de l’article.

Après les attentats, dont celui du Bataclan, 3 jours avant l’édition 2015, qui n’avait pas érodées le nombre de spectateurs s’étant tendu au festival, les gilets jaunes de l’année dernière qui ont obligé le public à rester pratiquement cantonné dans la belle salle du Max Linder Panorama dont les portes antiémeutes avait été fermées et cette année où la grève extrêmement sévère et la pluie abondante de la journée n’ont pas empêché un noyau dur de fidèles de se rendre à toutes les séances et celles des deux en fin d’après-midi d’être bien remplies.

D’ailleurs, certains spectateurs n’ont pas hésités à prendre une chambre d’hôtel à proximité du festival, les prix sur Paris s’étant effondrés, afin d’en profiter au mieux et de ne pas avoir à trop marcher, ou à rester coincé en banlieue.

Si vous avez l’occasion aujourd’hui à midi d’aller voir The Mortuary Collection, ne manquez pas cette anthologie de courts métrages horrifiques qui n’est pas sans rappeler Creepshow et autres grandes anthologies des années 80 et qui est vraiment extrêmement plaisante à suivre.

Trou, amants, histoires et exorcisme sont les mots-clés de la journée.

- SITE OFFICIEL
- SITE FACEBOOK


14h30 : The Hole in the Ground

Sarah file se réfugier avec son fils Chris dans un patelin rural reculé, démarrer une nouvelle vie. Après une installation placée sous le sceau de l’hostilité, le comportement de Chris s’assombrit peu à peu, comme sous l’effet de l’étrange cratère dans la forêt alentour.

Avis : Il s’agit d’un premier long métrage pour le réalisateur Lee Cronin qui s’inspire fortement de la nature irlandaise, et de ses contes concernant les changelings, pour montrer un huit-clos anxiogène entre une mère et son enfant qu’elle ne reconnaît plus comme son fils. Le film est bien réalisé et efficace, malgré un manque certain de budget. On suit de près les aventures de cette femme forte qui ne se laisse pas impressionner par les événements étranges auxquels elle assiste. S’il ne s’agit pas d’un grand film, il n’en reste pas moins très propre et intéressant et laisse augurer d’un réalisateur sur lequel il va falloir garder un œil dans les années à venir.


16h30 : The Bride with White Hair

Zhuo Yihang, un guerrier du clan Wu-Tang, tombe amoureux en plein champ de bataille. Evidemment, l’élue de son cœur appartient à une secte rivale, menée par une sœur et un frère siamois. Leur passion trouble et charnelle survivra-t-elle aux trahisons et autres coups sournois du sort ?

Avis : The Bride with White Hair est l’un des films cultes du réalisateur hongkongais Ronny Yu qui a permis à ce dernier d’être reconnu internationalement après sa sortie en 1993, et lui a donné l’occasion d’aller travailler à Hollywood. Créé pour lancer un nouveau studio, le long métrage était une nouvelle adaptation d’un roman racontant une très belle histoire d’amour entre deux grands maîtres du kung-fu appartenant à des factions opposées. Les effets spéciaux sont vraiment impressionnants pour l’époque et n’ont pas pris une ride. Alors que les scènes de combat sont vraiment spectaculaire est parfaitement orchestré. La très belle restauration en 4K permet de l’apprécier encore mieux sur grand écran. Les spectateurs pourront d’ailleurs le (re)découvrir en salle à partir du 25 décembre 2019.


19h15 : The Mortuary Collection

Sam entre dans une société funèbre, s’enquérir de l’annonce d’emploi affichée à l’extérieur. Elle est accueillie par l’imposant Montgomery Dark, croque-mort de son état. L’entretien d’embauche prend la forme de récits macabres racontés par le taulier, pour le grand plaisir de la candidate.

Avis : Faire une anthologie de courts métrages n’est pas chose aisée, les films pouvant être inégaux. C’est aussi un exercice se révélant très rarement rentable. Après avoir fait un court métrage, le réalisateur Ryan Spindell a décidé de faire une souscription Kickstarter afin de filmer les autres segments. Il propose ainsi une œuvre très bien construite et réservant de nombreuses surprises dans laquelle s’immisce des histoires de qualité, toutes plus horrifique les unes que les autres. Il a un véritable sens de la mise en scène et offre des passages tout à fait remarquables. Les deux acteurs principaux sont fort bons, avec une mention spéciale pour Clancy Brown qui est absolument magnifique en croque-mort réellement marquant. Je ne saurais trop que vous conseiller de voir cette œuvre si vous en avez l’occasion, car c’est rare de voir une anthologie de cette qualité. Encore un jeune réalisateur à suivre avec une grande attention, tant le talent de ce dernier est déjà impressionnante et sa maîtrise de l’horreur particulièrement intéressante.


21h30 : Leap of Faith : William Friedkin on The Exorcist

Montée comme la fusion idéale entre le commentaire audio des commentaires audios et le monologue mystique et érudit, cette interview a priori définitive de William Friedkin sur son film d’horreur culte retrace toutes les étapes de sa production, expose toutes les coulisses d’une expérience exceptionnelle.

Invité : Alexandre O. Philippe, Réalisateur

Avis : Après une rencontre improbable avec le réalisateur William Friedkin, Alexandre O. Philippe a conduit une série d’interviews en sa compagnie et s’est focalisé sur l’un de ses films cultes, L’exorciste. Le spectateur a donc droit à un documentaire absolument passionnant, à la fois sur le film et sur son tournage, vu par son réalisateur lui-même qui offre une foule d’anecdotes et de documents inédits permettant d’entrer au cœur de l’un des grands films du cinéma de ces dernières années. On apprend de très nombreuses choses et on découvre le témoignage, parfois étonnant, d’un homme qui avoue que le dieu des films s’est penché sur son histoire et que le destin l’a guidé pour réaliser cette œuvre impressionnante. Le documentaire est vraiment à découvrir, surtout si on est un amateur du film qu’il décrypte. Encore une œuvre que le PIFFF a choisi avec attention et qui ne peut que ravir les spectateurs du festival.

Présentation du film et session de questions-réponses avec le public du réalisateur Alexandre O. Philippe :



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Cartoon Movie : Les récompenses de la 22ème édition
Cartoon Movie : Jour 1 de la 22ème édition
Cartoon Movie : 22ème édition du 3 au 5 mars à Bordeaux
Festival de Gérardmer 2020 : Le bilan
Festival de Gérardmer 2020 : Le palmarès
Feel Good : Review de la saison 1
Bluebird : La bande annonce
Tales From the Loop : Le making-of de la série Amazon Prime (...)
Maverick : La série First Daughter de The CW recrute Mark (...)
Survivre : Le nouveau thriller de Vincent Hauuy
VOD DVD - Bandes Annonces : 28 mars 2020
Mad Max - Furiosa : George Miller a contacté Anya Taylor-Joy pour (...)
Thor - Le Monde des ténèbres : Patty Jenkins explique son départ (...)
Messiah : Le messie ne reviendra pas parmi les siens
Le goût du vin : La review du film Netflix