296 connectés

Brooklyn Affairs : La critique

Date : 01 / 12 / 2019 à 12h15
Sources :

Unification


Brooklyn Affairs est un très bon polar noir qui met en scène la ville de New York dans les années 70.

Le scénario d’Edward Norton, qu’il adapte lui-même et dont il joue le rôle principal, se base sur le roman de Jonathan Lethem. Un jeune homme ayant de nombreux tocs, il est atteint du syndrome de la Tourette, travaille dans une agence de détectives privés et va mener une enquête sur l’assassinat de son mentor. Il va se retrouver alors en plein cœur d’une machination à laquelle sont mêlés des gens très puissants de la ville.

La cité de New York est un véritable personnage à part entière, présente dans chacun des déplacements des personnages et des figurants. Une cité en pleine mutation, siège de la lutte que mènent les habitants de quartiers déclarés insalubres contre les représentants de la ville qui veulent exclure les minorités dont ils ne veulent pas, soit les afro-américains, les hispaniques et les juifs.

La reconstitution de l’atmosphère de la grande cité américaine au milieu du siècle précédent est particulièrement bien faite et on a vraiment l’impression de se retrouver plongé en plein dans le passé. Ce choix de période vient renforcer le dépaysement en rappelant un temps moins numérique dans lequel l’enquêteur doit fréquenter des lieux tels des bibliothèques et des bureaux pour obtenir des informations et ne compter que sur le téléphone fixe pour parler aux personnes éloignées.

Le tempo du film est assez lent, mais on ne voit jamais les 2h30 de ce dernier passer, tant il a un véritable charme intrinsèque et est passionnant à découvrir.

La mise en scène d’Edward Norton est vraiment magnifique. Ce dernier propose de travellings et des plans superbes. Associé à la très belle photographie de Dick Pope, ils offrent un voyage sortant de l’ordinaire, alors que le spectateur colle aux basques de l’enquêteur, arpentant en sa compagnie des quartiers pratiquement abandonnés et des lieux hauts en couleur comme un merveilleux bar spécialisé dans le jazz.

La musique de Daniel Pemberton est absolument splendide. Elle accompagne merveilleusement le long métrage et propose d’écouter des très nombreux passages de jazz qui rappellent à quel point cette musique peut être agréable à entendre, surtout interprétée par de grands artistes.

L’interprétation est vraiment très bonne. Bruce Willis fait une petite apparition vraiment marquante. Gugu Mbatha-Raw est superbe jeune femme afro-américaine se battant pour les droits des personnes devant être expulsées. Willem Dafoe est très bon en ingénieur tombé bien bas et Alec Baldwin est impressionnant en grand mania de la ville.

Mais c’est clairement Edward Norton qui crève l’écran. Celui-ci est impressionnant en enquêteur orphelin pugnace. Il réussit à donner de très nombreux tocs à son personnage sans casser son image d’homme intelligent en quête de vérité. Ce dernier est particulièrement intéressant et apporte une véritable profondeur à son personnage qui rend son interprétation magistrale à découvrir.

Le travail sur les décors de Beth Mickle et de Kara Zeigon et sur les costumes d’Amy Roth est très bien fait et renforce l’impression de retourner dans un monde antérieur. Il faut avouer que le rendu visuel de la ville de New York montrée de cette façon-là est assez impressionnant et qu’on ne peut qu’être admiratif devant un tel souci du détail et un réalisme aussi spectaculaire.

Brooklyn Affairs est un très bon polar permettant de s’immiscer dans les magouilles internes d’une grande ville en pleine mutation. Avec un scénario bien écrit, une superbe réalisation, une interprétation captivante, et surtout une bande originale absolument merveilleuse, ce voyage en plein cœur d’un New York du passé à la recherche de vérité est captivant à voir.

Touchant et enchanteur.

SYNOPSIS

New York dans les années 1950. Lionel Essrog, détective privé souffrant du syndrome de Gilles de la Tourette, enquête sur le meurtre de son mentor et unique ami Frank Minna. Grâce aux rares indices en sa possession et à son esprit obsessionnel, il découvre des secrets dont la révélation pourrait avoir des conséquences sur la ville de New York… Des clubs de jazz de Harlem aux taudis de Brooklyn, jusqu’aux quartiers chics de Manhattan, Lionel devra affronter l’homme le plus redoutable de la ville pour sauver l’honneur de son ami disparu. Et peut-être aussi la femme qui lui assurera son salut…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 25
- Titre original : Motherless Brooklyn
- Date de sortie : 04/12/2019
- Réalisateur : Edward Norton
- Scénariste : Edward Norton d’après l’œuvre de Jonathan Lethem
- Interprètes : Edward Norton, Gugu Mbatha-Raw, Alec Baldwin, Willem Dafoe, Bruce Willis, Ethan Suplee, Cherry Jones, Bobby Cannavale
- Photographie : Dick Pope
- Montage : Joe Klotz
- Musique : Daniel Pemberton
- Costumes : Amy Roth
- Décors : Beth Mickle, Kara Zeigon
- Producteur : Edward Norton, Bill Migliore, Gigi Pritzker, Rachel Shane, Michael Bederman pour Class 5 Films, Warner Bros. Pictures, MWM Studios
- Distributeur : Warner Bros. France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Brooklyn Affairs


Copyright : © 2019 Warner Bros. Ent. All Rights


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Paroles de bandits : La critique
Le Cristal Magique : La critique
One Mind - Une vie zen : La critique
Lillian : La critique
Pahokee, une jeunesse américaine : La critique
Star Wars - L’ascension de Skywalker : Spoilers en dernière (...)
The Witcher : Bande annonce finale
Dune : Une meilleure adaptation des romans de Frank Herbert (...)
His Dark Materials - À la croisée des Mondes : Review 1.06 (...)
Supergirl : Mr. Mxyzptlk dans la saison 5 de la série de The (...)
Maman, j’ai raté l’avion : Le reboot prend son envol (...)
Queens : Le remake US sera porté par Gal Gadot
Paroles de bandits : La critique
Them : 6 nouveaux acteurs pour la série d’anthologie (...)
PIFFF 2019 : Jour 2