276 connectés

Watchmen : La déconstruction des super-héros selon Damon Lindelof

Date : 22 / 09 / 2019 à 13h00
Sources :

EW via SyFyWire


Alors que les incarnations de super-héros sont multiples et diverses tant au cinéma qu’à la télévision, on pourrait penser que la série Watchmen d’HBO casserait quelque peu cette image du super-héros comme l’ont su le faire avec brio les Deadpool de la Fox en 2016 et 2018 et autres The Boys, la série d’Amazon Prime Video cette année. En effet, la série de comics Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons créée en 1986 verse pourtant bien dans ce registre de la déconstruction mais Damon Lindelof - showrunner de la série à venir - s’il ne réfute pas cet aspect de la série, il le nuance néanmoins. C’est dans un entretien avec Entertainment Weekly que le créateur s’est exprimé à ce sujet.

"Pleinement conscient de [l’idée que la déconstruction des super-héros n’est pas nouvelle], j’ai commencé à penser que pour Watchmen, le point le plus intéressant est peut-être de penser aux masques et à la police comme étant un complément aux super-héros. Dans Watchmen, personne n’a de super-pouvoirs - le seul individu super-puissant est le Dr Manhattan et il n’est actuellement pas sur la planète. Dans The Boys, vous avez des individus super-puissants en capes qui peuvent tirer des lasers avec leurs yeux et voler et sont des démonstrations d’exploits, de force et deviennent invisibles. Personne dans Watchmen ne peut faire ça. J’avais donc l’impression que nous ne déconstruisions pas le mythe du super-héros parce que tous les personnages de Watchmen ne sont que des humains qui jouent à se déguiser."

"Il serait plus intéressant de poser des questions psychologiques sur les raisons pour lesquelles les gens se déguisent, pourquoi cacher leur identité est une bonne idée, et il y a des thèmes intéressants à explorer ici quand votre masque vous cache et vous montre en même temps - parce que votre masque reflète ce que vous êtes. Quel traumatisme peut faire qu’une personne se mette à porter un masque ? Tout cela m’a fait penser à Watchmen. Encore une fois, ce ne sont pas des idées originales, mais j’ai pensé qu’elles étaient opportunes quand nous avons tous ces différentes identités dans le code maintenant."

Située 30 ans après les événements de la bande dessinée originale, Lindelof reconnaît que s’il a d’abord qualifié la série de "remix", il s’agit aussi d’une suite - l’action principale de la série débute à Tulsa dans l’Oklahoma, à la suite de la résurgence d’un groupe terroriste appelé le Septième Kalvari. Le groupe s’inspire de Rorschach, un justicier de la bande dessinée originale qui a préféré mourir plutôt que de compromettre ses principes, et est ainsi devenu une figure martyre pour certains extrémistes.

En conséquence, les membres du Kalvary portent tous leur propre version du masque tacheté d’encre qui caractérise Rorschach. Une nouvelle loi qui protège l’identité des policiers de ceux qui voudraient les cibler, les autorise à porter eux aussi des masques. Ainsi, les officiers en uniforme portent des masques jaunes, tandis que les détectives prennent leurs propres identités secrètes, à l’image de Angela Abar (Regina King), qui devient Sister Night.

Lindelof a également donné quelques pistes concernant le passé législatif de cette Amérique fictive - dans laquelle Robert Redford a été président pendant 28 ans - et la façon dont il a conduit à un tel monde rempli de masques :

"Nous vivons dans un monde où les combustibles fossiles ont été éliminés comme source d’énergie. Toutes les voitures n’émettent aucune émission et fonctionnent à l’électricité ou à l’aide de piles à combustible - en grande partie grâce aux innovations du Dr Mahattan des décennies plus tôt. Il y a aussi cette loi qui a été adoptée, la Victims Against Racial Violence, qui est en quelque sorte une forme de réparation communément appelée « Redford-ations ». Il s’agit d’une exonération d’impôt à vie pour les victimes et leurs descendants directs d’injustices raciales subies tout au long de l’histoire des États-Unis, dont la plus importante, en ce qui concerne notre série, est le massacre de Tulsa en 1921. Cette loi a eu un effet d’entraînement sur une autre mesure de légalisation, la Defense of Police Act, qui permet aux policiers de se cacher le visage derrière des masques parce qu’ils étaient la cible d’organisations terroristes qui se voulaient protecteurs des victimes de l’acte initial."

L’intrigue de la série Watchmen reste secrète. Mais Lindelof et ses collègues utilisent l’action pour aborder un certain nombre de questions sociales.

"J’ai eu beaucoup de réserves à propos de beaucoup de choix créatifs qui ont été faits dans la série. Je ne pense pas qu’aucun des choix n’ait été fait sans réserves, sans conversations et, en fin de compte, sans décision. Je ne suis pas sûr de pouvoir défendre toutes les décisions que j’ai prises, mais je pourrai expliquer pourquoi je les ai prises."

En attendant, la série sera sur HBO à partir du 20 octobre (dans la foulée sur OCS en France). Elle mettra en vedette Regina King, Don Johnson, Jeremy Irons, Jean Smart, Tim Blake Nelson, Louis Gossett Jr., Yahya Abdul-Mateen II, Hong Chau, Andrew Howard, Tom Mison, Frances Fisher, Jacob Ming-Trent, Sara Vickers, Dylan Schombing et James Wolk.

Watchmen est une co-production White Rabbit Productions en association avec Warner Bros Television, adaptée de la série de comics éponyme de DC Comics. Lindelof produit par délégation avec Nicole Kassell, Stephen Williams, Tom Spezialy et Joseph Iberti.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


NYCC 2019 - Watchmen : Les fans face à l’ultra-violence de (...)
Watchmen : L’affiche de la série HBO
Watchmen : La déconstruction des super-héros selon Damon (...)
Watchmen : La nouvelle conspiration se dévoile en bande (...)
Watchmen : La frontière entre le bien et le mal
Star Wars - L’Ascension de Skywalker : Des précisions sur (...)
Matrix 4 : Jessica Henwick en négociations
The Batman : Paul Dano sera l’Homme Mystère
The Suicide Squad : Idris Elba, John Cena et Viola Davis derrière (...)
Cassian Andor : Tony Gilroy vient de signer pour la nouvelle (...)
Eli : La review du film Netflix
Comic Con Paris 2019 - Star Trek Picard : Patrick Stewart présent (...)
Prime Video - Bandes annonces : 18 octobre 2019
The Stand : Heather Graham arrive, Greg Kinnear confirmé
5 est le numéro parfait : La critique