279 connectés

La Maison de la mort : La critique

Date : 20 / 09 / 2019 à 10h30
Sources :

Unification


La Maison de la mort est un film de 1932 qui ne fait vraiment plus peur aujourd’hui, mais garde un certain cachet un peu nostalgique.

Des voyageurs trouvent refuge dans une étrange maison isolée en plein dans un orage épouvantable qui a coupé les routes. Les nouveaux venus vont alors découvrir que la maison recèle bien des secrets qui pourraient leur coûter très cher.

Le scénario de Benn W. Levy est basé sur le roman de J.B. Priestley. Il présente un huis clos intéressant en présence d’une poignée de protagonistes dont on va découvrir progressivement la personnalité. L’intrigue fait monter la pression et se veut de plus en plus horrifique. Mais il faut avouer que sa portée n’est plus la même que dans les années 30, les films ayant depuis beaucoup changé et le public s’étant adapté à l’horreur. Néanmoins, il est agréable de voir monter l’angoisse des personnages, alors que les éléments se déchaînent à l’extérieur.

Il faut d’ailleurs saluer la qualité des effets spéciaux, que l’on peut d’autant mieux apprécier que la copie est très belle. On voit parfaitement comment l’éboulement principal a eu lieu, mais l’inventivité est bien là et la scène fonctionne toujours aussi bien.

La maison a une atmosphère imposante qui apporte une véritable âme au long métrage de James Whale. Ce dernier utilise d’ailleurs très bien les différents décors et la pluie extérieure qui isole les lieux pour renforcer la sensation de malaise planant sur le récit.

Il est amusant que ce soit Boris Karloff, fort du succès précédent de Frankenstein, qui soit mis en avant, bien que son rôle soit loin d’être le principal. Il incarne un majordome particulier à la mine patibulaire. Gloria Stuart est sympathique en jeune femme charmante et Lilian Bond campe très bien une femme débrouillarde. Il faut aussi souligner le rôle ambigu de la maîtresse de maison incarnée par Eva Moore.

Du côté des autres hommes, Melvyn Douglas est très bon un ancien combattant de la guerre de 14-18, alors que Raymond Massey est touchant en homme amoureux de sa femme. Et que Charles Laughton fait rire en homme débonnaire ayant fait fortune. Il faut aussi saluer la prestation d’Ernest Thesiger, impeccable en hôte de la maison à l’apparence tellement british.

La Maison de la mort est un film intéressant qui, s’il ne fait pas peur, a quand même bien vieilli et permet de se (re)plonger avec délices dans un huis clos réservant des surprises et mettant en scène une galerie de personnages variés interprétés par les stars de l’époque. La belle restauration et le charme d’antan agissent bien et le long métrage est à découvrir sans hésiter par les cinéphiles et les curieux.

Intéressant et distingué.

SYNOPSIS

Alors qu’ils traversent une région isolée du pays de Galles, M. et Mme Waverton et leur ami Philip sont pris dans une terrible tempête. Ils trouvent refuge dans une vieille demeure tenue par Rebecca Femm et son frère Horace, secondés par Morgan, leur étrange majordome muet et défiguré. Un peu plus tard dans la soirée, deux autres visiteurs viennent à leur tour demander l’hospitalité : Sir William Porterhouse et son amie Gladys Duquesne. À mesure que la nuit s’installe, l’atmosphère se fait de plus en plus pesante entre les hôtes et leurs invités. Le terrible secret de cette demeure est alors sur le point d’être révélé !

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 12
- Titre original : The Old Dark House
- Date de sortie : 25/09/2019
- Réalisateur : James Whale
- Scénariste : Benn W. Levy d’après l’œuvre de J.B. Priestley
- Interprètes : Boris Karloff, Melvyn Douglas, Charles Laughton, Gloria Stuart, Lilian Bond, Ernest Thesiger, Eva Moore, Raymond Massey
- Photographie : Arthur Edeson
- Montage : Clarence Kolster
- Musique : Bernhard Kaun
- Décors : Charles D. Hall
- Producteur : Carl Laemmle Jr. pour Universal Pictures
- Distributeur : Carlotta Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

La Maison de la mort



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


5 est le numéro parfait : La critique
NTA (Nuke Them All) : La critique
Camille : La critique
Maléfique le pouvoir du mal : La critique
Warrior Women : La critique
Star Wars - L’Ascension de Skywalker : Des précisions sur (...)
Matrix 4 : Jessica Henwick en négociations
The Batman : Paul Dano sera l’Homme Mystère
The Suicide Squad : Idris Elba, John Cena et Viola Davis derrière (...)
Cassian Andor : Tony Gilroy vient de signer pour la nouvelle (...)
Eli : La review du film Netflix
Comic Con Paris 2019 - Star Trek Picard : Patrick Stewart présent (...)
Prime Video - Bandes annonces : 18 octobre 2019
The Stand : Heather Graham arrive, Greg Kinnear confirmé
5 est le numéro parfait : La critique