413 connectés

The Red Line : Review 1.03-1.04 For We Meet by One or the Other - We Need Glory for a While

Date : 09 / 05 / 2019 à 12h00
Sources :

Unification


Je ne me suis pas ennuyé un seul instant en regardant ces deux épisodes de The Red Line. Tous les protagonistes sont confrontés à des choix difficiles et prennent en pleine poire des événements pas évidents à gérer.

Comme prévu, Jira a rencontré sa mère Tia et si cette séquence a été particulièrement émouvante, il fallait aussi s’attendre à ce que ces retrouvailles soient marqués par un sentiment d’abandon et une certaine rancœur de la part de l’adolescente. La relation compliquée entre les deux femmes va ainsi constituer un des fils conducteurs des deux épisodes.

L’identité est une thématique au centre de la série. En effet, Tia ne connaît pas l’identité de son père biologique et ne ressemble pas du tout à sa mère. De plus, son père adoptif encore en vie est blanc : difficile de se construire sans anicroches quand en plus on a un père noir mort lors d’une bavure à caractère racial.

Justement, Paul Evans qui ne se souvient pas de ce qu’il a fait, a en possession la fameuse cassette de vidéo-surveillance. On peut s’étonner que sa collègue ne l’ai pas effacé et l’ai toujours gardé en sa possession. Forcément, la cassette va faire l’objet de spéculations scénaristiques pour le spectateur qui n’attend qu’une chose : qu’elle tombe entre les mains des proches du docteur assassiné.

La série cherche à ne pas être manichéenne et montre toutes les facettes d’Evans qui navigue entre déni et culpabilité. Sous la coupe de son entourage prêt à tout pour le défendre, il va néanmoins montrer une facette de lui plus héroïque, illustrant ainsi la complexité de la nature humaine.

La série parvient également à articuler le parcours de ses protagonistes avec une dimension plus sociétale. En voulant dénoncer les préjugés raciaux amenant certains policier à commettre des bavures, Tia va devoir faire face à des pressions. Pour défendre ses proches et ses idées, la jeune femme va devoir user des mêmes méthodes que ses adversaires, quitte à aller à l’encontre de son éthique personnelle. Je trouve que son parcours est une illustration plutôt pertinente des difficultés auxquelles on est ans doute confronté lorsque l’on veut mener un combat politique.

Un mot sur la prestation toujours pleine de justesse de Noah Wyle qui arrive à faire naître de l’empathie chez le spectateur. Je trouve qu’il a trouvé le curseur parfait entre colère contenue et émotion lacrymale.

Malgré un format que je trouve toujours un peu trop convenu et des péripéties prévisibles, The Red Line reste une série de qualité qui vaut le détour. J’ai vraiment hâte de découvrir les conséquences dantesques du cliffhanger qui a clôt le quatrième épisode !

EPISODE

- Episodes : 1.03 - 1.04
- Titres  : For We Meet by One or the Other - We Need Glory for a While
- Date de première diffusion : 05/05/2019 (CBS)
- Réalisateur : Aurora Guerrero - Matthew A. Cherry
- Scénariste : Sue Chung - Aaron Carter

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


The Society : Review de la Saison 1
See You Yesterday : La review du film Netflix
Good Sam : La review du film Netflix
The Red Line : Review 1.05-1.06 One Day We May Be More than a (...)
Doom Patrol : Review 1.13 Flex Patrol
[Spectacle] Le mentaliste Pourang - Labyrinthe : La critique
Fiasco : La critique du jeu de rôle narratif
Cinéma - Bandes Annonces : 19 mai 2019
Batwoman : La première bande annonce
The Society : Review de la Saison 1
Star Wars - Galaxy’s Edge : Une visite VIP
See You Yesterday : La review du film Netflix
Stubby : La critique
BH90210 : La première vraie bande-annonce
Polaris : Les romans dans les abîmes