384 connectés

Lettre à Inger : La critique

Date : 30 / 04 / 2019 à 09h30
Sources :

Unification


Lettre à Inger est un bon documentaire portant sur une femme indépendante qui a permis pendant des décennies le développement du court-métrage, puis du long-métrage documentaire.

Cette dernière est tombée par hasard dans la production et la réalisation est a créé avec Chris Marker et d’autres personnes le collectif Slon en 1967, avant que ce dernier en 1973 ne prenne le nom de Iskra.

Utilisant parfois son argent personnel, et sans affiliation, cette dernière a œuvré, souvent dans l’ombre, pour parler de tous les problèmes sociétaux et aborder des sujets qui fâchent. Ce qui lui a d’ailleurs valut d’avoir beaucoup de mal pour diffuser ses documentaires.

Cette dernière, extrêmement méticuleuse, a gardé toute sa documentation et les pellicules tournées, ce qui offre un fond documentaire inestimable, tant du point de vue sociologique que psychologique, du demi-siècle précédent.

Le documentaire de Maria Lucia Castrillon donne la parole à l’intéressé elle-même, ainsi qu’à ses proches et ses collaborateurs qui reviennent sur le destin hors norme de cette femme d’exception. Le film est entrecoupé de nombreuses images d’archives et d’éléments provenant de la collection de la dame et permettent de se replonger dans une époque pas si lointaine que cela.

Les œuvres de la productrice font maintenant partie du patrimoine français et permettent d’avoir accès à des documents réalisés de façon brute et sans arrière-pensée d’événements du passé qui brossent le portrait sociétal d’une France de ces 5 précédentes décennies.

De nombreuses archives vidéo sont parfois commentées par la voix off de la réalisatrice, et scénariste, Maria Lucia Castrillon, qui lit certaines des lettres qu’Inger Servolin a envoyé à ses interlocuteurs. Des éléments précieux permettant de repositionner les images dans leur contexte, et de montrer parfois à quel point ces dernières ont été difficiles à obtenir.

Lettre à Inger est un documentaire vraiment intéressant rendant un bel hommage à une femme qui s’est battue pour son métier et la représentation visuelle et documentaire d’une certaine France. Ce beau portrait entre-maillé de multiples documents d’époque vaut la peine d’être découvert et rappelle que l’indépendance et la ténacité permettent de faire survivre au cours du temps ce qu’il ne faut pas oublier et que certains trouvent de peu d’intérêt sur le moment.

Instructif et plaisant.

SYNOPSIS

Inger Servolin est l’une des premières femmes productrices de documentaires en France. Elle fonde en 1968 la coopérative Slon devenue Iskra en 1973, une des rares maisons de productions de l’époque qui existe encore. Ces films constituent une part essentielle du patrimoine documentaire français.

BANDE ANNONCE

BA "Lettre à Inger" from La Ruche Productions on Vimeo.


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 16
- Titre original : Lettre à Inger
- Date de sortie : 01/05/2019
- Réalisateur : Maria Lucia Castrillon
- Scénariste : Maria Lucia Castrillon
- Interprètes : Manon Leroy
- Photographie : Maria Lucia Castrillon, André Lafont, Nicolas Chopin-Despres
- Montage : Maria Lucia Castrillon, Suzanne Fenn, Marine de Contes
- Musique : Manu la Main Rouge, Raúl Maya, Rodrigo Henao
- Producteur : Laura Townsend pour La Ruche Productions
- Distributeur : La Ruche Productions

LIENS

- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Lettre à Inger



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Anna un jour : La critique
Buñuel après l’âge d’or : La critique
Dirty God : La critique
Tolkien : La critique
Noureev : La critique
X-Men - Dark Phoenix : Simon Kinberg assume la responsabilité de (...)
Swamp Thing : Review 1.03 He Speaks
Spider-Man Far from Home : La garde robe en 3 bannières
Titans : Drew Van Acker sera Aqualad
Chernobyl : La série HBO explose tous les records
Elba vs. Block : Idris Elba cascadeur pour Quibi
Anna un jour : La critique
Paradise Lost : Bridget Regan et Josh Hartnett pour la série de (...)
Buñuel après l’âge d’or : La critique
La roue du temps : Les tomes 5 et 6 en poche chez Bragelonne