303 connectés

Meurs, Monstre, Meurs : La critique

Date : 11 / 05 / 2019 à 09h00
Sources :

Unification


Meurs, Monstre, Meurs est un film espagnol fantastique qui est captivant dans sa première partie, avant que son final n’en vienne gâcher le plaisir.

Un homme, dont l’épouse est sauvagement assassinée, devient le principal suspect dans une série de crime touchant des femmes de la région. Il décide alors d’enquêter et se retrouve en proie à des visions de monstre et à une voix intérieure étrange.

L’œuvre repose sur la confrontation entre le mari et le policier, amant de la femme de ce dernier. Le scénario joue sur les frontières de la réalité, de la folie et du fantastique. Néanmoins, son final grand guignolesque fait complètement décrocher l’attention et casse complètement la subtilité de la trame scénaristique développée jusque-là.

J’ai vu le film en compétition à l’Étrange Festival, où une autre œuvre similaire avec un final grotesque mettant aussi en avant un monstre, Amalia était présentée, et cette dernière avec sa thématique plus aboutie sur la folie rendait le long métrage plus satisfaisant. Ce qui fait que si on devine le véritable message du réalisateur, et scénariste, Alejandro Fadel, ce dernier n’a pas séduit les festivaliers de l’Étrange Festival et de Gérardmer qui ne lui ont pas donné de prix.

C’est d’autant plus dommage que le film a de vraies qualités, entre une atmosphère particulière, un formidable travail sur la photographie de Julian Apetzteguia et Manuel Rebella et deux très bons acteurs, Victor Lopez en homme frappé par le chagrin et Esteban Bigliardi en flic tenace.

Sans compter que les décors naturels sont magnifiques et la chaîne de montagne, écrasant de son poids les protagonistes, apporte une présence menaçante à un récit parfois écrasé par le soleil ou noyé par la pluie.

Meurs, Monstre, Meurs est un film qui ne m’a pas emballée. La dichotomie entre les parties est trop grande, et le final qui aurait pu faire passer l’œuvre dans le n’importe quoi jouissif, domaine dans lequel les Japonais sont si bons, ne fait finalement pas rire et laisse édifié devant la proposition cinématographique faite. Trop sérieux pour être déjanté, trop décalé pour proposer une narration crédible, au lieu de se sublimer, les deux parties s’annihilent, laissant un amer-goût un peu amer, alors que le long métrage avait de vraies qualités pour séduire.

Décevant et frustrant.

SYNOPSIS

Dans une région reculée de la Cordillère des Andes, le corps d’une femme est retrouvé décapité. L’officier de police rurale Cruz mène l’enquête. David, le mari de Francisca, amante de Cruz, est vite le principal suspect. Envoyé en hôpital psychiatrique, il y incrimine sans cesse les apparitions brutales et inexplicables d’un Monstre. Dès lors, Cruz s’entête sur une mystérieuse théorie impliquant des notions géométriques, les déplacements d’une bande de motards, et une voix intérieure, obsédante, qui répète comme un mantra : “Meurs, Monstre, Meurs”…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 49
- Titre original : Muere, Monstruo, Muere
- Date de sortie : 15/05/2019
- Réalisateur : Alejandro Fadel
- Scénariste : Alejandro Fadel
- Interprètes : Victor Lopez, Esteban Bigliardi, Jorge Prado, Sofia Palomino, Stéphane Rideau, Romina Iniesta
- Photographie : Julian Apetzteguia, Manuel Rebella
- Montage : Andrés P. Estrada
- Musique : Alex Nante
- Costumes : Florencia Caligiuri
- Producteur : Fernando Brom, Benjamin Delaux, Alejandro Fadel, Jean-Raymond Garcia, Julie Gayet, Édouard Lacoste, Antoun Sehnaoui, Dominga Sotomayor Castillo, Nadia Turincev, Omar Zúñiga Hidalgo pour Unión de los Ríos, La Rouge International, Uproduction
- Distributeur : UFO Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Meurs, Monstre, Meurs



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Stubby : La critique
The Dead don’t Die : La critique
Divorce à l’italienne : La critique
Just Charlie : La critique
Séduis-moi si tu peux ! : La critique
Fiasco : La critique du jeu de rôle narratif
Cinéma - Bandes Annonces : 19 mai 2019
Batwoman : La première bande annonce
The Society : Review de la Saison 1
Star Wars - Galaxy’s Edge : Une visite VIP
See You Yesterday : La review du film Netflix
Stubby : La critique
BH90210 : La première vraie bande-annonce
Polaris : Les romans dans les abîmes
Comme dirait ma Pika-Femme...